LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Cours: Analyse Et Production Du Message

Dissertation : Cours: Analyse Et Production Du Message. Recherche parmi 299 000+ dissertations

Par   •  25 Avril 2012  •  1 784 Mots (8 Pages)  •  1 160 Vues

Page 1 sur 8

ANALYSE ET PRODUCTION DU MESSAGE

Séquence I :

Eléments de linguistique :

I- LES MOTS ET LEURS SENS

A - Les mots et leurs sens. Il faut être très attentifs aux différents sens d'un mot, puisque un même mot peut avoir plusieurs sens et peut donc vouloir dire des choses différentes.

Les champs lexicaux sont aussi très importants, il faut prendre le temps de les repérer, de les analyser et de les comprendre.

II- L'ENONCIATION

A- La situation d'énonciation

L'étude l'énonciation est un des éléments majeur. L'énonciation c'est ce qui désigne l'acte par lequel un locuteur adresse un énoncé à un destinataire. Afin de déterminer la situation de cette énonciation il existe un moyen très simple : Qui? Dit quoi? A qui? Par quel moyen? Avec quel effet ( sur le destinataire ) ?

B - L'implication de l'émetteur

1. Les marques de présence de l'émetteur :

L'implication de l'émetteur peut être différente selon les messages qu'il veut faire passer. Il peut manifester sa présence dans son message par différents moyens. Par exemple, en employant

- des marques personnelles ( moi/je/mes/ … )

- des termes évaluatifs ( ce sont des mots à connotations mélioratives et péjoratives ) plus souvent des termes positifs dans les publicités.

- des modalisateurs ( ce sont des termes qui expriment le degré d'adhésion de l'émetteur à son énoncé. ex : des verbes tels que certifier, supposer .. )

- la ponctuation affective ( l'intérrogation ou l'affirmation sont considérées comme des marques de subjectivité qui expriment l'état d'esprit de l'émetteur. )

- les effets de soulignement ( à l'oral : accentuer le mot qu'il juge important, à l'écrit : majuscule, gras, soulignement. Tant de choses qui vont attirer l'attention du récepteur et guider sa réception du message. )

2. Subjectivité ou objectivité du message :

En effet, tous messages est subjectif puisqu'il est fait pour susciter auprès des récepteurs un intérêt, mais parfois, l'émetteur décide de cacher cette subjectivité derrière une objectivité apparente.

_ subjectivité de l'énoncé : dans ce cas, les marques de présence de l'émetteur dont nous avons parlé précédemment vont être très fréquentes, l'émetteur se met en scène dans son message. On parle alors d'un énoncé ancré dans sa situation d'énonciation et il faut donc faire très attention aux indices spatio-temporels pour savoir de quoi parle le message.

- objectivité de l'énoncé : dans ce cas l'émetteur s'efface de son message et emploi peu de marques de présence voire pas du tout. L'énoncé est donc coupé de sa situation d'énonciation ( il n'est pas nécessaire de connaitre la situation d'énonciation pour comprendre le message. ). L'émetteur privilégie donc l'emploi du présent de vérité générale ainsi que le "on" ou le "il" / "elle".

C- La prise en compte de la cible

1- Les moyens d'impliquer la cible dans le message

L'enjeu premier dans un message est bien sur d'attirer l'attention du récepteur en particulier dans un message publicitaire. Pour ce faire il existe plusieurs procédés.

- La première personne du pluriel ( l'émetteur implique le récepteur avec lui )

- La deuxième personne ( tu/te/toi/le tien.. et de même au pluriel ) / les impératifs à la deuxième personne mais attention cela peut paraitre trop directif et le récepteur peut se braquer.

- Les apostrophes qui attire l'attention du récepteur ( ex: "Mr pensez vous que votre maison est en sécurité quand vous n'y êtes pas?")

- Les questions rhétoriques ( " Qui veillent sur votre maison quand vous n'y êtes pas? Ce sont les alarmes X" )

2- Les registres de langues

Tenir compte du destinataire c'est s'adapter à lui et adapter son message en fonction de la personne à laquelle il s'adresse. On peut jouer sur trois niveaux de langues différents :

- Le registre familier ( vocabulaire restreint et imagé, peu de phrases complexes, langage simple. )

- Le registre courant ( vocabulaire usuel et plutôt neutre, constructions plus complexes, mais toujours plutôt simple. )

- Le registre soutenu ( vocabulaire précis et recherché, phrases complexes et étendues, figures de style, emploi de tous les temps.)

III - LA STYLISTIQUE

Pour pouvoir analyser un message, comme pour en produire un, il est nécessaire de maitriser quelques éléments de base de la stylistique : figures de style etc…

A - Les figures de style

Elles vont servir à l'analyse textuelle mais aussi à l'interprétation et la compréhension d'un message visuel.

( Voir cours pour les différentes figures de style )

B - La musicalité de la langue : le slogan comme le vers

Le travail stylistique d'un message ne se résume pas seulement à l'usage de figures de style. On le retrouve aussi dans la dimension musicale du langage : rythme et sonorités. C'est, en particulier, le cas des slogans publicitaires.

1 - Les rythmes

C'est par leur aspect rythmique que se démarquent les slogans : bref et condensés ils favorisent la mémorisation et si bon nombre de structures rythmiques sont possibles, un certain nombre d'entre elles reviennent dans les slogans.

- Les rythmes binaires

Ce sont les plus courants, le slogan est divisé en deux parties égales ( ex : " Ma corsa, c'est

...

Télécharger au format  txt (10.8 Kb)   pdf (124.7 Kb)   docx (13.3 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com