LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Projet Cultures de la Communication Fondation Orange Analyse du message

Dissertations Gratuits : Projet Cultures de la Communication Fondation Orange Analyse du message. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  28 Juin 2012  •  1 742 Mots (7 Pages)  •  791 Vues

Page 1 sur 7

Cultures de la Communication Fondation Orange Analyse du message (10 points)

1. Qu’a de particulier l’énonciation mise en jeu dans le pavé de texte ? (2 points)

L’annonce pour la Fondation Orange se fonde sur une énonciation très subjective : le locuteur, dont on suppose qu’il s’agit de la jeune femme photographiée, « Éléonore », se met en scène dans son discours en exploitant la fonction expressive du langage (Jakobson). Ainsi, chaque nouvelle phrase s’ouvre par l’anaphore de l’expression « Je suis ». Les marques personnelles de la présence du locuteur sont donc nombreuses, à commencer par les pronoms de la première personne du singulier (« je » et « me » sous sa forme élidée), auquel on peut ajouter les adjectifs possessifs « mon » et « ma » ainsi que le pronom de la première personne du pluriel « nous ». On trouve aussi quelques termes évaluatifs, en particulier le substantif « passion », dont la connotation est évidemment méliorative. Cependant, cette subjectivité reste difficile à saisir : si l’on comprend, à la fin du pavé de texte, qu’il s’agit d’une femme nommée « Éléonore », les premières lignes sont plus déstabilisantes, qui laissent entendre que ce « je » désigne différents individus. « Je » n’est

plus seulement Éléonore, ce sont aussi le « chef de cœur », « les basses, les ténors, les altos et les sopranos », et même « tous ces artistes » qui l’ont précédée… L’expérience à laquelle le locuteur est soumis est pour le moins originale : Éléonore devient, par la pratique de son art, et avec l’aide de la Fondation Originale, tous les membres de sa chorale.

2. Par quels procédés (autant visuels que textuels) l’annonce tente-t-elle d’attirer l’attention du lecteur ? (2 points)

L’énonciation de cette annonce se caractérise aussi par l’implication de son destinataire : c’est par exemple le rôle que joue le pronom « vous » dans le pavé de texte. On peut aussi relever la présence d’un impératif à la deuxième personne (« Suivez en direct… ») dont l’objectif est clairement conatif : après avoir informé le destinataire de l’action menée par la Fondation Orange, il s’agit maintenant de le faire agir. Mais pour attirer son attention, l’annonce ne se contente pas des ressources offertes par l’énonciation : elle exploite aussi des moyens visuels, comme la couleur orange dont la dimension phatique est évidente. Plus largement, le caractère relativement énigmatique du pavé de texte, le lien finalement peu évident entre Orange et cette femme qui chante, la posture même de cette dernière… tout contribue à intriguer le lecteur, autrement dit à attirer son attention pour le pousser à lire le texte et à prendre connaissance des actions menées.

3. Quel rapport y a-t-il entre l’activité principale de la marque et celle de sa Fondation ? Comment ce lien est-il mis en scène dans l’annonce (aussi bien sur le plan visuel que sur le plan textuel) ? (2 points)

La mise en situation du sujet est explicite sur ce point : la Fondation Orange « s’engage à promouvoir toutes les formes de communication susceptibles de faire grandir les liens », en particulier en encourageant la pratique collective de la musique vocale. Or Orange est une entreprise de télécommunication : le lien entre la marque et sa fondation est évident. Ce lien est justement au cœur de notre annonce : il s’agit de montrer en quoi la pratique de la musique vocale, possible « grâce à la Fondation Orange », est une forme de communication qui crée du lien social. La communication est en effet au centre du message : la posture d’Éléonore, sa bouche ouverte, sa main presque en porte-voix, suggèrent qu’elle est en train de chanter, c’est-à-dire de proférer un message (même si celui-ci prend une forme musicale) ou, pour le dire plus simplement, de communiquer. Mais cet acte n’est pas donné comme le résultat d’une pratique solitaire. Le but de la Fondation est de favoriser la communication comme lien social, comme construction d’une collectivité : c’est bien ce sur quoi insiste le pavé de texte, qui décrit l’échange au cœur de la pratique du chant choral. Ainsi, le pronom « nous » prend une dimension symbolique, puisqu’il insiste non plus sur l’individualité qu’est Éléonore, mais sur le groupe dans lequel elle s’inscrit. On comprend alors l’étrangeté énonciative étudiée dans la première question : si Éléonore est aussi son chef de chant et tous ses partenaires, c’est que le chant permet l’échange, la multiplication des liens et l’inscription de l’individu dans la collectivité. A terme, cet échange ne touche pas seulement les membres de la chorale, puisqu’il est destiné au public : c’est ce que dit la dernière phrase du pavé de texte principal (« je peux partager ma passion avec vous »).

4. Commentez la signature de l’annonce. (1 point)

« Plus loin ensemble » : la signature de l’annonce insiste là encore sur l’importance du groupe né de l’échange, de la communication. Sous une forme elliptique, elle affirme que l’on va « plus loin » si l’on y va « ensemble » : pour le dire autrement, on obtient plus de résultat quand on s’y met à plusieurs. Mais pour cela, on a besoin de communiquer ; or la mission d’Orange est justement de faciliter la communication. Pour être « ensemble » et ainsi « aller plus loin », on a donc besoin d’Orange. 5. Étudiez la dimension narrative de cette annonce. Quel est l’intérêt d’une telle approche argumentative,

...

Télécharger au format  txt (10.8 Kb)   pdf (115.8 Kb)   docx (12.2 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com