LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La Princesse de Clèves, Madame de La Fayette : Dans quelle mesure peut-on parler d’un roman d’apprentissage ?

Cours : La Princesse de Clèves, Madame de La Fayette : Dans quelle mesure peut-on parler d’un roman d’apprentissage ?. Recherche parmi 274 000+ dissertations

Par   •  7 Mai 2021  •  Cours  •  896 Mots (4 Pages)  •  1 627 Vues

Page 1 sur 4

BOSSER Chloé

1G8

La Princesse de Clèves, Madame de La Fayette

Sujet : Dans quelle mesure peut-on parler d’un roman d’apprentissage ?

La Princesse de Clèves est un roman écrit par Madame de La Fayette (1634-1693) au XVIIème siècle, il a été publié anonymement en mars 1678 à Paris. Elle décide de publier son roman anonymement car en tant que comtesse elle ne voulait pas compromettre sa réputation, mais aussi par son désir d’entretenir le mystère. Ce roman est divisé en quatre parties, il appartient au mouvement du Classicisme mais on peut y retrouver des influences du courant de la Préciosité. Ce roman raconte les tourments amoureux d’une belle et jeune princesse, déchirée entre les vertus et le devoir, le désir et le grand amour.

Dans quelle mesure peut-on parler d’un roman d’apprentissage ?

Un roman d’apprentissage est un roman initiatique c’est un genre littéraire romanesque ; il a pour thème le cheminement d’un héros, souvent jeune et qui atteint progressivement l’idéal de l’homme accompli et cultivé. Il va ainsi forger progressivement sa conception de la vie.

Dans une première partie nous montrerons que la Princesse de Clèves est un roman d’apprentissage mondain, dans une seconde partie nous parlerons que c’est aussi un roman d’apprentissage sentimental et enfin nous verrons si le personnage de la Princesse de Clèves est un personnage « accompli » ou pas.

          Tout d’abord, nous allons montrer que la Princesse de Clèves est un roman d’apprentissage mondain. Le mondain est une société et un divertissement de la haute société. Ce roman se déroule sous le règne de Henri II, à la Cours des Valois. La Cour y est présentée comme un lieu de divertissements variés. Y sont décrites des scènes quotidiennes de mondanités tels les bals, les partis de chasse, les bavardages de salons ainsi que la vie et le jeu intrigants des courtisans. Madame de La Fayette avec la première phrase du roman montre ainsi une idéalisation de la Cours de Henri II « un monde d’illusions et d’apparences », marquée par la magnificence et la galanterie.  C’est madame de Chartres, la mère de la Princesse de Clèves, qui s’occupe seule de son éducation contrairement aux idéaux de l’époque qui étaient d’envoyer leur fille au couvant, c’est pour cela que la Princesse apprend bien et baigne toute sa vie, de son enfance à sa mort, dans la vie mondaine, la haute société. Elle veut rendre sa fille vertueuse. Madame La Fayette combine des faits historiques et des faits de fiction dans ce roman pour nous montrer le côté ordinaire. Il est vrai que certaines figures historiques, comme Marie Stuart ou le roi, jouent un rôle important dans cette histoire, mais il y a aussi des personnages fictifs, comme la princesse de Clèves

          Ensuite, nous allons parler du fait que c’est aussi un roman d’apprentissage sentimental. Le roman consacre principalement à l’exploration des sentiments des différents personnages notamment les rôles de la Princesse de Clèves, de son mari et du Duc de Nemours. Avec l’histoire de Nemours et la Princesse de Clèves ça nous montre les effets néfastes de la passion avec les tourments que subit la princesse, la jalousie de chaque personnage, les conflits de l’amour, que la passion amoureuse produit, qui a même engendré la mort, des morts tragiques. Madame de la Fayette exprime une vision très pessimiste de l’amour, ça crée du désordre. Il y a aussi la passion de Nemours qui s’éteint progressivement vers la fin du livre, c’est donc un amour éphémère, l’auteur nous met en garde contre ces effets néfastes du désir et de la passion amoureuse.

...

Télécharger au format  txt (5.3 Kb)   pdf (41.3 Kb)   docx (8.3 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com