LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Type Bac Dionysos

Dissertation : Type Bac Dionysos. Recherche parmi 265 000+ dissertations

Par   •  6 Décembre 2017  •  Dissertation  •  1 750 Mots (7 Pages)  •  501 Vues

Page 1 sur 7

Océane RICHERT                                                                Terminale Littéraire

TYPE BAC THEATRE

Cette pièce prend pour sujet le retour du dieu Dionysos à Thèbes, sa patrie, et la vengeance qu'il tire de ses tantes qui ont insulté sa mère Sémélé, et du roi Penthée, son cousin, qui refuse de reconnaître son culte. Le terme bacchante (ou ménade) désigne les femmes qui rendaient un culte à Dionysos en référence à l'autre nom du dieu, Bacchos, devenu Bacchus dans la mythologie romaine. Jean et Mayotte Bollack font partis des nombreux traducteurs de cette pièce antique écrite par Euripide, ils écrivent dans leur avant-propos : « chez Euripide, on voit Bacchus (Dionysos) monter sur scène ; il ne se donne pas seulement en spectacle, il mène la danse. C’est lui qui distribue les rôles d’une folie sinistre. Il est le maître du jeu ».

C’est pourquoi, nous allons dégager la dimension théâtrale du personnage et de la pièce à travers les documents proposés ;

  • Mise en scène de Bergman, Stocklhom, 1991
  • Mise en scène de Luca Ronconi, Piccolo Teatro di Milano, 2003-2004
  • Mise en scène d’André Willms, Comédie Française, 2005
  • Mise en scène d’André Willms
  • Mise en scène de la Compagnie de Pied de Biche, 2005

Par la suite j’expliquerai celui qui correspond le mieux à ma vision de la pièce.

Tout d’abord, pour moi, cette citation contient 5 éléments clés afin de comprendre la dimension théâtrale du personnage de Dyonisos ainsi que de la pièce. Chaque de ses 5 éléments se retrouve dans les différents documents proposés.

« c’est lui qui distribue les rôles » : il décide des rôles de chacun. Dionysos est en colère et se sert des Hommes pour arriver à ses fins, celui de se faire respecter par les hommes mais aussi être reconnu comme fils de Zeus. Il distribue dans un premier temps le rôle des Bacchantes aux femmes de la ville de Thèbes, qui deviennent des « femmes furieuses » et qui se libèrent du statut de la femme pendant l’Antiquité. Elles deviennent toutes des ménades quelques soit le rang social dont chacune d’elles appartiennent car même la reine de Thèbes, Agavé succombent à la transe bachique. Agavé n’a pas seulement le rôle d’une ménade, elle commet un filicide, ce qui prouve la force du pouvoir de Dionysos. Seulement, dans la mise en scène de la Compagnie de Pied de Biche, le metteur en scène fait le choix de montrer un bacchant ce qui n’est pas dans le mythe originel et qui pourrait montrer l’emprise de Dionysos sur les hommes et de montrer que les bacchants sont comme leur dieu, malgré qu’ils ne puissent pas changer de formes, ils ont différentes formes. On peut donc dire que sous un certain angle, Dionysos distribue son propre rôle.

« Il est le maître du jeu » : il est celui qui le dirige. Le « maître » signifie aussi qu’il est le seul. Comme nous pouvons le voir dans la mise en scène de Luca Ronconi, il est le seul qui a détruit le palais de Penthée, il est le seul qui fait tremblée la terre, qui l’a dirigé. Dionysos est donc le seul a possédé le pouvoir, et comme un professeur il donne mais aussi fait surgir le savoir de l’élève, Dionysos quant à lui fait sortir la folie et la rage de ses femmes emprises à une société mysogines. Les traducteurs Bollack précisent qu’il s’agit d’un jeu pour Dionysos, il détruit le palais de Penthée comme un château de cartes. Dans la mise en scène de Luca Ronconi, nous pouvons noter aussi que le château se disloquent en même temps, que les murs ont la même taille et ressemblent presqu’à une carte de jeu, d’où l’on peut donc retrouver l’idée du jeu exprimer par les traducteurs.  D’autres moments dans la pièce d’Euripide semblent amusés Dionysos, ils apprécient jouer lui aussi avec les ménades, les traditions bachiques sont quand même faîte la nuit. Il est remarquable aussi que déguiser Penthée et l’emmener aux femmes semblent amusés le dieu.

 « Il mène la danse » : le chœur des Bacchantes danse selon les textes antiques, nous pouvons voir dans la mise en scène de Bergman que les acteurs sont en position de danse malgré qu’un d’eux portent le corps de Penthée, leurs genoux fléchis évoquent la danse. Cette mise en scène exploite par la même occasion le chant puisqu’il s’agit d’un opéra. Le chant transmet donc l’émotion au public, la voix est plus facilement malléable pour créer des atmosphères différentes tout comme la danse avec le corps. Tous les personnages sont masqués ce qui pourraient être interprétés comme un rôle distribué par les Dionysos, un autre aspect utilisé dans cette photographie. Nous pouvons aussi y voir que les bacchantes sont sous l’emprise du dieu, en effet, elles ne semblent pas dégoûtées de transporter le cors d’un homme décapité. Tous leurs gestes sont contrôlés par Dionysos ce qui signifient que leur danse l’est aussi. La danse comme le chant permet d’instaurer une communication entre les bacchantes, elles forment un chœur, ce qui tend à dire qu’elles forment un ensemble d’individualités que l’on remarque particulièrement sur la photographie, chacune des bacchantes se tient d’une manière différente et ne portent pas le même maquillage pourtant elles dansent et portent le même habit. Ses danses bacchiques sont en chacune d’elles et s’expriment de manière différente.

...

Télécharger au format  txt (10.3 Kb)   pdf (79.1 Kb)   docx (14.4 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com