LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Un personnage de roman doit-il être séduisant pour susciter l'intérêt du lecteur ?

Dissertation : Un personnage de roman doit-il être séduisant pour susciter l'intérêt du lecteur ?. Recherche parmi 296 000+ dissertations

Par   •  16 Mai 2020  •  Dissertation  •  1 306 Mots (6 Pages)  •  5 009 Vues

Page 1 sur 6

DST de Français du 25 mars 2020

Nom de l’élève : Ruzé Alexandra 1ere B

Sujet choisi : Un personnage de roman doit-il être séduisant pour susciter l'intérêt du lecteur ?

     Stendhal, un écrivain du XIXème siècle a affirmé “ Excepté pour la passion du héros, un roman doit être un miroir qui se promène sur une grande route. Tantôt il reflète à vos yeux l’azur des cieux, tantôt la fange des bourbiers...” rappelant le réalisme, un mouvement littéraire dont il fait lui-même parti. Cela vise à représenter la réalité avec objectivité, tout en scrutant la société et ses travers. Stendhal a écrit, le Rouge et le Noir en 1830 racontant les différentes étapes de la vie, des différentes ambitions et de l’amour tumultueux de Madame de Rénal et Julien Sorel.  Il y est décrit comme un personnage séduisant et attrayant.

     Néanmoins, pour susciter l'intérêt du lecteur, un personnage de roman doit-il être nécessairement séduisant ?

      Le lecteur peut être séduit par le personnage mais il peut aussi s’attacher à celui- ci, toutefois certains romans suscitent l’intérêt par leurs thèmes.  

      Le lecteur peut être intéressé par un personnage car celui-ci est séduisant par son intelligence mais aussi son physique.

       Dans un roman, le lecteur est charmé par l'intelligence d’un personnage comme Julien Sorel dans le Rouge et le Noir de Stendhal. Celui-ci est décrit comme érudit, il connaît par cœur la Bible ce qui prouve sa grande mémoire, mais il est aussi très impliqué dans la politique, d’abord en soutenant Napoléon 1er mais aussi en aidant le Marquis de Mole comme secrétaire et comptable. Ce personnage suscite donc un réel intérêt chez le lecteur car celui-ci est capable de nombreuses choses et sait s’adapter à son environnement. D’ailleurs dans le Lys dans la vallée de Balzac, Madame de Mortsauf, l'héroïne principale est présentée comme un être parfait, avec toutes les vertus. Celle- ci est doté d’une beauté et d’une âme absolue. Ce qui montre, que l’intelligence d’un personnage peut captiver le lecteur, tout comme sa beauté.

       Les romans de la période romantique, usent beaucoup de la beauté de leurs personnages pour intéresser les lecteurs, Madame de Lafayette dans la Princesse de Clèves et la Princesse de Montpensier use de la beauté et de l’amour qu’il en découle comme thème central de ses romans s'accompagnant de mésaventures. Tout comme Maupassant, qui utilise lui aussi la beauté de Georges Duroy dans Bel Ami comme cause de son ascension sociale. Celui-ci étant décrit comme un homme charmant et élégant, il parvient à conquérir de nombreuses femmes de la haute-société et à en faire ses amantes malgré son cynisme. Dans ses œuvres, le roman se construit autour de la beauté de ses personnages principaux, ce qui en fait le thème central et permet de captiver le lecteur.

       Toutefois, la beauté des personnages n’est pas l’unique intérêt qu’a le lecteur pour le personnage, celui- ci peut s’attacher à lui et éprouver certains sentiments à son égard engendré par la description de l’auteur.

       Le lecteur peut aussi affectionné un personnage en éprouvant de la pitié ou de l’empathie mais aussi en admirant sa force d’esprit.

        Certains lecteurs sont pris de pitié pour un personnage due à certains évènements ou à son histoire. Victor Hugo dans Le bossu de Notre Dame, décrit Quasimodo comme un homme reclus, seul. Celui-ci est maltraité par Claude Frollo, le prêtre de Notre Dame, de plus il est amoureux d‘Esmeralda mais cet amour n’est pas réciproque. Cette histoire se finit sur la mort de la bohémienne causée par Frollo qui sera tué en même temps par Quasimodo pour la venger.  Le lecteur est ici, particulièrement touché par la tristesse qu’endure Quasimodo. Tout comme, dans le Père Goriot de Balzac racontant l’histoire de la lente agonie de Jean-Joachim Goriot ayant tout sacrifié pour ses filles et vivant dans une auberge délabré tenue par Madame Vauquer. Celui-ci meurt seul sans ses filles malgré tout ce qu’il a fait pour elle. Cette histoire émeut car l’auteur touche au domaine familial et à l’ingratitude des enfants envers leurs père.  Le lecteur peut donc être touché par les mésaventures que subissent les personnages car cela peut faire écho à leurs propres souvenirs, histoires.

        Néanmoins, l’auteur peut aussi décider de rendre un personnage attachant grâce à sa force de caractère comme son courage, sa persévérance. C’est le cas de Jean Valjean dans les Misérables de Victor Hugo qui malgré la dure vie qu’il a endurée, il réussit toujours à se relever et n’abandonne jamais. De plus c’est un personnage d’une grande gentillesse et dévouement comme nous le montre l’auteur lorsqu’il adopte Cosette. Ce personnage est admiré par le lecteur durant l’ouvrage, ce qui le rend attrayant.  Toutefois, certains personnages luttent aussi pour leurs amours comme Julien Sorel et son amour pour Mme De Rênal, ce qui l'amène à provoquer de dangereuses situations. A la fin du livre 1, il se rend dans la chambre de Madame de Rênal avec une échelle durant la nuit malgré le fait que son mari soit aux alentours. De plus celui-ci ne pense qu'à elle et n’abandonne jamais, ce qui provoque durant la lecture une certaine admiration envers sa persistance et son obstination.  

      L’auteur peut donc rendre attachant un personnage via son infortune mais aussi grâce à sa force d’esprit.  Toutefois, un personnage n’est pas forcé de séduire le lecteur pour le captiver.

         Les personnages ne sont pas forcements les pièces maîtresses d’un roman car le thème et l'histoire racontée est tout aussi important.        

       Un roman peut aussi susciter l'intérêt en portant sur des sujets historiques, permettant de se cultiver et de mieux comprendre une certaine société. Via le naturalisme, Émile Zola décrit la réalité humaine, dans tous ses aspects comme avec Germinal qui raconte la vie des mineurs se révoltent contre leur sort et leur exploitation, mais aussi Au Bonheur des Dames du même auteur racontant l'apparition des grands magasins durant le second Empire. Les grandes descriptions permettent au lecteur de s'imprégner et d’imaginer plus nettement l’époque.

          De plus le roman peut aussi raconter l’histoire d’une personne, ne cherchant pas à séduire le lecteur mais à lui raconter ses souvenirs, mémoires comme dans Un Secret de Philippe Grimbert, ou il raconte sa lourde et tragique histoire familiale durant l’Holocauste ou encore les confessions de Rousseau, expliquant les différentes erreurs qu’il a commises durant sa vie comme le vol du ruban.  Toutefois certains auteurs écrivent des romans au sujet d’autres comme Eric Emmanuel Schmitt dans La part de l’autre, un livre racontant l’Histoire si Hitler avait réussi les concours aux Beaux-Arts, ou encore Stefan Zweig et son roman Marie Antoinette, romançant la vie de l’ancienne Reine de France. 

      Le roman suscite l'intérêt chez le lecteur principalement par son thème, et l’affinité qu’a le lecteur envers les différents personnages. La beauté n’est donc pas l’une des caractéristiques principales et ne captive pas plus le lecteur.

         Toutefois, un mouvement littéraire des années 1940-1970, rejette l’idée d’intrigue et la nécessité des personnages, c’est le nouveau roman, on peut donc se poser la question si une description des personnages est utile à un roman ?  

     

...

Télécharger au format  txt (7.6 Kb)   pdf (81.9 Kb)   docx (10.6 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com