LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Texte n°22: "Spleen", Les Fleurs du Mal, Baudelaire, 1857.

Dissertation : Texte n°22: "Spleen", Les Fleurs du Mal, Baudelaire, 1857.. Recherche parmi 296 000+ dissertations

Par   •  10 Juin 2018  •  Dissertation  •  564 Mots (3 Pages)  •  950 Vues

Page 1 sur 3

Texte n°22: "Spleen", Les Fleurs du Mal, Baudelaire, 1857.

Le romantisme est  mouvement littéraire du 19ème siècle caractérisé par une libération de l'imagination et de la langue. On y retrouve souvent l'expression du "moi" et les thèmes de la nature et de l'amour.

Baudelaire est un écrivain français né à Paris en 1821. En 1857, il publie les Fleurs du Mal.

Le recueil des Fleurs du Mal, retrace un parcours poétique de Baudelaire. Le titre annonce un univers de contradiction comme la première section "Spleen et Idéal"  qui évoque les tensions du poète entre la mélancolie et l'aspiration à des idées supérieurs.

Nous allons plus précisément nous intéressé à Spleen. Ce poème évoque le mal être profond dont souffre Baudelaire.  

I. Description d'un état moral

- Baudelaire décrit son état intérieur en relevant le champs lex de l'intériorité et des sentiments. "l'esprit" "l'espérance" "au fond de nos cerveaux" "dans mon âme" "l'espoir" "l'angoisse" "sur mon crâne"

- Pour évoquer son état moral, Baudelaire a recours à des images qui décrivent un paysage extérieur => il fait correspondre son état mental et un paysage extérieur.

=> champ lexical du paysage "horizon" "jour" "nuits" "terre" "pluie"  mais ce paysage est humide et étouffant comme le révèle plusieurs comparaisons qui nous permettent de comprendre les caractéristiques du spleen baudelairien.

II. Les caractéristiques du spleen baudelairien.

- Baudelaire parvient à transmettre l'idée d'étouffement dont il souffre

=> champ lexical de l'oppression: "bas et lourd pèse" "couvercle" "murs" "filets" "prison" "cachot"

- différentes comparaisons qui transfigurent le paysage décrit par Baudelaire. "le ciel bas et lourd pèse comme une couvercle" "quand la terre est changée en un cachot humide" "quand la pluie étalant ses immenses traînées d'une vaste prison imites les barreaux"

- allitérations en "k" "comme" "cachot" "couvercle" => consonne explosive dont le son souligne l'enfermement du poète, le bruit du couvercle se referme sur Baudelaire.

- idée d'enfermement avec des images fortes, celle de la chauve souris se cognant contre les murs, les araignées tissant leur toiles, les corbillards défilant en silence etc. (strophe 2, strophe 3)

- comparaison entre l'espérance et la chauve souris se cognant aveuglement à des plafonds pourris (strophe 2) + participe présent qui accentue sur la lourdeur et la durée de l'action de la chauve souris qui tourne sans trouver d'issus.

- outre la claustration, Baudelaire évoque une humidité qui corrompt l'atmosphère => champ lexical de l'humidité "verse" "humide" "pourris" "pluie"

III. La souffrance de Baudelaire.

a) Le spleen, source d'une souffrance aigue.

- champ lexical de la souffrance "gémissant" "long ennuis" "triste" "affreux hurlement" "geindre opiniâtrement" "pleure" => Baudelaire est victime d'un mal être dévastateur

- souffrance aigue par rapport à la sonorité en "an" => fait atteindre la plainte lancinante de Baudelaire et en "i"=> fait monter la souffrance dans les aigus.

...

Télécharger au format  txt (3.7 Kb)   pdf (47.6 Kb)   docx (11.5 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com