LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

JACK L’ÉVENTREUR ÉTAIT-IL UN SOCIOPATHE VOIRE PSYCHOPATHE OU AVAIT-IL UNE SOIF DE VENGEANCE ?

Étude de cas : JACK L’ÉVENTREUR ÉTAIT-IL UN SOCIOPATHE VOIRE PSYCHOPATHE OU AVAIT-IL UNE SOIF DE VENGEANCE ?. Recherche parmi 250 000+ dissertations

Par   •  14 Avril 2020  •  Étude de cas  •  5 059 Mots (21 Pages)  •  135 Vues

Page 1 sur 21

[pic 2][pic 3][pic 4][pic 5]


Tables des matières :

Introduction …………………………………………………………………………….……………………………………………………… 2

Chapitre premier : Retour dans le temps… …………………………...…….………………………………………………….. 2

Deuxième chapitre : Femmes, je vous aime ! ………………………………………………………………………………….. 2

Troisième chapitre : Sur les traces d’un tueur. ………………………………………………………………………………… 6

Quatrième chapitre : Sociopathe ou bien psychopathe ? ………………………………………………………………… 8

Cinquième chapitre : Soif de vengeance ? ……………………………………………………………………………………….. 9

Conclusion ……………………………………………………………………………………………………………………………………… 10


Introduction

        Le travail que vous vous apprêtez à lire fut entièrement fait grâce à de longue lecture de nombreux articles et livres, pour récolter un maximum d’informations similaires et en tirer le meilleur. J’ai choisis le sujet de Jack l’Éventreur du fait que c’est un travail sur un sujet du XIXème siècle et que j’aime beaucoup tout ce qui touche à la psychiatrie des serial killer, à leur mode opératoire et leurs raisons. Dans ce travail, j’ai analysé moi-même le Jack l’Éventreur, que tous les articles que j’ai lus, m’ont décrit. Ce travail m’a énormément plu à réaliser et je suis fière de pouvoir vous le présenter. Bonne lecture.

Chapitre premier : Retour dans le temps…

        Nous sommes en 1888, à la fin du XIXème siècle, en pleine période Victorienne en Angleterre. Les temps sont durs à cette époque, l’immigration était très importante ; des Irlandais et des juifs (autant d’Europe de l’est que de Russie) viennent agrandir la population de cette ile anglaise. À ce moment-là de l’Histoire, la petite ville de Whitechapel (East End) pris beaucoup d’ampleur. Située au cœur de Tower Hamlets, c’était un pauvre quartier londonien très mal vu par la population voisine du fait qu’elle était le foyer de vols, d’alcoolisme et de violence quotidiennes. Remplie d’industries, de commerces et d’abattoirs elle était malgré tout attirante pour la population pauvre et sans emplois. Les occupants de cette ville restaient quand même très pauvres et vivaient dans d’horribles conditions. Les dortoirs étaient trop petits et tous les lits étaient collées les uns aux autres et chaque nuit, pour avoir une place, il fallait payer. Les familles qui vivaient dans une maison allaient jusqu’à 8 à 10 personne dans une seule chambre, tandis qu’une bonne partie des citoyens devaient dormir dans la rue. De plus les maladies et infections dues à la saleté de la ville étaient très peu ou mal soignée car la médecine était rudimentaire à l’époque et la pauvreté menait à une mal nutrition constante de la population. De ce fait, la chance de survie était très basse et 55% des enfants mourraient avant l’âge de 5 ans.

Voyez sur l’authentique carte de la ville à cette époque[1], vous remarquerez que la ville est remplie de petites ruelles très étroites et très proches les unes des autres. Pour l’époque elles se ressemblaient toutes : mal éclairées, sales et inquiétantes. Elles enfermaient toute l’agitation de misère des habitants et Whitechapel était le centre des corruptions de l’époque en Angleterre, et où le peuple était des plus pauvre et cruel. Les femmes qui étaient en surnombre dans la ville était souvent sans emplois et devaient se prostituer pour survivre, surtout si elles n’avaient pas de familles. Elles devaient se posées dans la rue et attendre de se faire accoster pour se mettre à travailler. Elles étaient souvent très désespérées, c’est pourquoi plus de la moitié de ces femmes étaient alcooliques et étaient vite susceptibles d’être plutôt victimes et exploitées que travailleuses. C’est dans ces conditions que Jack l’Éventreur fit son apparition.

Deuxième chapitre : Femmes, je vous aime !

        Jack L’Éventreur eu comme cible des femmes, toutes d’âge mûr[2] et presque toutes prostituées. Il commit cinq meurtres reconnus et six autres qui pourraient lui être attribués. Mais il n’y a aucune preuves concrètes pour ces six meurtres. Ils ont tous les mêmes critères : égorgement, mutilations abdominales et des parties génitales. Et dans certains cas des prélèvements d’organes. Nous allons nous concentrer sur les cinq meurtres reconnus comme étant ceux de Jack l’Éventreur (appelés « Les cinq victimes canoniques ») et un autre cas, qui serait de lui, mais sans preuves.

La première victime retrouvée durant l’époque des meurtres de Whitechapel est Martha Tabram[3]. Le 7 août 1888, le corps de cette femme de 37 ans est retrouvé au environ de 5h du matin, sur le palier de l’immeuble George Yard à Whitechapel[4]. Son corps avait déjà été aperçu à 3h30 du matin par George Crow, qui rentrait chez lui après sa journée de travail, mais dû à la mauvaise luminosité, il pensa que la femme était juste fort ivre. Elle a été poignardée trente-neuf fois dans le torse, la poitrine et le ventre, avec un couteau et aurait été assassinée vers 2h30 du matin[5]. Les attaques sur le corps de Martha Tabram auraient été faites avec un couteau de poche du style canif, à l’exception d’une seule blessure qui a été reconnue avoir été faite avec un grand couteau tranchant. Comparée au victimes qui vont suivre, elle ne fut pas du tout égorgée et il n’y avait aucunes marques de mutilations sur son abdomen.

Plusieurs enquêteurs de l’époque, de même que certains spécialistes de nos jours, Martha Tabram aurait été la première victime de Jack l’Éventreur. Du fait qu’elle ne fut que poignardée par un canif (et non par la même arme qu’utilisait le meurtrier), elle est supposée comme étant l’élément déclencheur des meurtres suivant, ce qui lui aurait donné l’envie de tuer. Mais d’un autre côté le mode opératoire n’étant pas du tout le même, elle aurait plutôt été victime d’un homme qui était seulement de passage. Ce meurtre ne fait donc pas partie des cinq meurtres reconnus comme étant ceux de Jack car ce n’est qu’une supposition qui n’a jamais su être prouvée.

...

Télécharger au format  txt (33.1 Kb)   pdf (715.2 Kb)   docx (1.3 Mb)  
Voir 20 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com