LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Yoram Barzel, Measurement Cost and the Organization of Markets

Fiche de lecture : Yoram Barzel, Measurement Cost and the Organization of Markets. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  10 Décembre 2012  •  Fiche de lecture  •  1 262 Mots (6 Pages)  •  570 Vues

Page 1 sur 6

Yoram Barzel, Measurement Cost and the Organization of Markets, Journal of Law and Economics, Vol. 25, No. 1 (Avril, 1982), pp. 27-42.

Yoram Barzel introduit la nécessité de prendre en compte les coûts liés à l’obtention de l’information sur les produits dans le cadre des échanges marchands (coûts de mesures). A travers divers exemples, l’auteur présente les problèmes de mesures excessives (vérifications excessives, catégorisation des marchandises, sélections) qui surviennent généralement sur les marchés de biens lorsque l’information sur les caractéristiques des produits n’est pas évidente ainsi que les coûts qui en découlent. Il relève ensuite des actions (garanties, signe de qualité) à même d’amoindrir ces coûts mesure, aussi bien sur les marchés libre que dans les secteurs intégrés.

Selon Barzel, si pour certains biens il est généralement facile de mesurer les caractéristiques et d’évaluer la valeur, il n’en est pas de même pour d’autres pour lesquels il existe des risques d’erreur d’estimation dont l’atténuation engendre des coûts de mesure. Il illustre son assertion à travers un marchée d’oranges où la difficulté d’obtenir de l’ information sur la teneur en jus des oranges mises en vente fait que le consommateur consacrent du temps à une sélections parmi les différentes catégories de produits qui lui sont proposés. Barzel considère ce temps comme un coût supplémentaire qui vient fausser la considération prix-quantité communément admise pour les marchés à information parfaite. Sur un marché où l’information devient coûteuse, la quantité de biens achetée ne dépendrait plus uniquement du prix affiché mais également des caractéristiques recherchées du produit, du coût de mesure et du degré de variabilité dans les catégories disponible du produits. Plus les agents passeront du temps à la sélection et plus le coût de mesure est élevé. On assiste à une inefficience sur le marché où le prix affiché ne joue plus pleinement son rôle de véhiculeur d’information disponible.

Parmi les actions pouvant amener à réduire les coûts de mesure, Barzel cite la garantie que peut offrir un producteur pour les biens qu’il met en vente. Lorsqu’elle n’est pas trop coûteuse pour le producteur, la garantie serait un moyen pour pallier aux problèmes de vérifications excessives. Elle réduirait les coûts de mesure en ce sens qu’il est moins coûteux à l’acheteur de vérifier le bien à la consommation. Dans la mesure où la garantie est trop coûteuse, le producteur peut aussi proposer un gage qui témoigne d’un niveau de contrôle élevé du produit proposé. Des signes de qualité où la réputation de l’entreprise est en jeux. Soucieuse de conserver sa réputation, l’entreprise veille à l’intégrité de son produit et les coûts de mesure sont amoindris pour le consommateur.

Le problème de mesure se pose également au sein des chaines de valeur où la valeur du produit intermédiaire peut être difficile à évaluer, engageant des coûts dans l'échange entre ces entreprises. Ces coûts sont notamment liés aux vérifications auxquelles chaque maillon de la chaîne s’adonne pour s’assurer de la qualité du produit intermédiaire. Selon l’auteur, pour une longue chaîne de valeur où il devient difficile et coûteux de mesurer la production, l’intégration verticale serait judicieuse pour réduire les coûts de mesure.

Cet article de Yoram Barzel apporte des éléments intéressants et pertinents qui contribueraient à revoir les mécanismes de formation des prix proposé par les néoclassiques. Les marchés étant loin d’être en concurrence parfaite et l’information sur les marchés n’étant pas toujours facilement disponible ni parfaite, la prise en compte des coûts de mesure dans les transactions commerciales nous rapproche plus de la réalité du marché. Je suis ainsi parfaitement en accord avec l’argumentation de l’auteur quoique les exemples évoqués pour appuyer son argumentation soient quelque peu complexes.

Son article m’a permis de prendre conscience des inefficiences qui peuvent découler d’une organisation inappropriées des entreprises sur le marché et les implications de ces inefficiences.

...

Télécharger au format  txt (8.5 Kb)   pdf (97.2 Kb)   docx (9.4 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com