LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Management des opérations Arcelor-Mittal

Mémoires Gratuits : Management des opérations Arcelor-Mittal. Recherche parmi 245 000+ dissertations

Par   •  1 Novembre 2011  •  2 712 Mots (11 Pages)  •  1 311 Vues

Page 1 sur 11

Introduction

I/ Planification à moyen-terme

II/ Ordonnancement

III/ Approvisionnement-Stockage-Magasinage

IV/ Gestion de la qualité

V/ Entretien-Maintenance

VI/ Lien avec le cours

Conclusion

I. Planification à Moyen terme

a. La demande

Il n'y a pas de saisonnalité pour l'automobile (à l'exception du mois d'Août qui correspond à une légère baisse mais de fait Arcelor profite de cette période pour faire les travaux de révision des machines et donc arrête tout le processus pour la seule fois de l'année pendant 3 semaines en Août).

Production faite à la commande sauf pour le laquage ; dans ce cas il existe une demande très régulière et qui revient souvent, du coup ils se permettent d'anticiper.

Ce sont des bobines d'acier très similaires d'extérieur mais qui bien sûr ont tout de même de nombreuses différences tant au niveau du diamètre, que de l'épaisseur. Pour faire des changements au niveau de ces plaques d'acier deux endroits sur la ligne sont repérables :

• le laminage permet d'étirer la plaque d'acier et donc de jour sur sa grosseur : entre 0,50 mm et 3,50 mm

• La cisaille double en début de ligne qui donne à la plaque la largeur voulue entre 610 mm et 1524 mm

b. Objectifs

L'objectif est clairement de réduire au maximum les coûts de production mais cela passe aussi par un processus de production rapide et efficace ce qui ne peut que satisfaire la demande ; sachant que la capacité de cette ligne de galvanisation est de 330/350 000 tonnes de bobines d'acier par an. Dans le même esprit il s'agit pour eux de pouvoir aussi repérer au plus tôt les erreurs pour y remédier d'où le développement d'un système de marquage régulier sur l'acier associé à la mise en place de caméras de surveillance lors des passages clés de la lignes qui enregistrent chaque passage et la qualité du matériau à cet endroit précis.

c. Elaboration

Pour satisfaire la demande et ses fluctuations le groupe Arcelor est obligé de faire appel à une équipe d'intérimaires parfois embauchés pendant 18 mois (contrat maximum pour un intérimaire) et dans les temps comme aujourd'hui tous les intérimaires ont été renvoyés chez eux. La variation de la demande est donc uniquement réglée en termes de personnel puisque les stocks de matières nécessaires au fonctionnement de la machine sont négligeables (du Zinc qui ne pose pas de problème de conservation).

II. Ordonnancement

La ligne de Galvanisation est pensée pour économiser du personnel (le début et la fin de la ligne sont au même endroit, ainsi est nécessaire qu'une seule personne pour deux opérations). D'abord l'on trouve l'accumulateur d'entrée (cf. schéma ligne 2 de Galvanisation) qui permet dès le début de souder les bobines entre elles et de les cisailler à la bonne largeur. Ensuite on trouve les fours qui font monter la température de 0 à 700° pour le laminage et puis on refroidit un peu avant le passage dans le bain de zinc (le temps de passage dans ce bain est déterminant pour l'épaisseur voulu de ce métal sur la plaque). Le bain de Zinc : C'est 200 tonnes de zinc liquide dans lequel le four plonge de telle sorte que la bobine s'imprègne bien du Zinc (bain à 400°). C'est le client qui fixe l'épaisseur en zinc qu'il souhaite, sachant qu'en général c'est un film 1/100 de cm qui est le plus demandé. Et puis la plaque monte sur 50m pour refroidir avant le contact avec le reste de la ligne en acier. Plusieurs refroidissement sont encore nécessaire pour bien fixer le zinc et puis ne reste plus que l'étape de l'huile avant la cisaille volante puis l'enrouleuse qui permet de redonner à la plaque une forme de bobine.

En ce qui concerne l'implantation générale de l'usine : Les lignes se sont rajoutées au fur et à mesure ce qui est considéré par notre interlocuteur, comme une incohérence car si tout était à refaire aujourd'hui il faudrait la même sortie pour les 3 lignes de galvanisation car ça faciliterait la gestion des stocks.

Pour les aléas il existe un système assez performant qui laisse un peu de temps pour les traiter : En effet, le défilement de la bande doit être constant donc on soude les bobines les unes aux autres. D'où l'existence d'un accumulateur d'entrée qui permet le ralentissement ou arrêt d'une partie de la ligne jusqu'à environ 1min sans perte de temps.

Ensuite il y a des petites astuces qui se sont rajoutées pour gérer ces aléas comme le trou fait au niveau de la soudure pour que cet endroit soit repéré plus facilement et entraîne un ralentissement de la ligne lorsque les passages sont délicats pour la soudure. Ceci est un exemple d'amélioration faite suite à de nombreux problèmes au niveau de la soudure.

Enfin pour tous les ratés, les bobines sont renvoyées à l'aciérie pour qu'elles soient refondues.

La priorité avant tout reste de ne pas arrêter la ligne donc que les accumulateurs (d'entrée et de sortie) n'aillent pas jusqu'au bout.

III/ Approvisionnement-Stockage-Magasinage

Pour pouvoir marcher en continu 24h/24 les lignes de galvanisation ont besoin de stocks, elles ne peuvent pas se permettre de tourner à vide, voire d'être arrêtées, à cause de ruptures de stocks. Pour cela les stocks de bobines d'aciers sont conséquents, et elles se situent au début de chaque ligne, réparties selon leur épaisseur. Ces bobines sont extrêmement volumineuses et n'ont pas d'entrepôt dédié : elles sont au milieu des machines. Ces stocks ne sont pas homogènes puisque les bobines, mêmes réparties

...

Télécharger au format  txt (17 Kb)   pdf (168.4 Kb)   docx (15.4 Kb)  
Voir 10 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com