LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La condition des femmes de la belle époque aux années 50

Analyse sectorielle : La condition des femmes de la belle époque aux années 50. Recherche parmi 282 000+ dissertations

Par   •  11 Novembre 2014  •  Analyse sectorielle  •  1 323 Mots (6 Pages)  •  1 333 Vues

Page 1 sur 6

Partie 1 : La condition des femmes de la belle époque aux années 50.

→ La belle époque est la période de l’industrialisation et ses effets sur l’histoire des Femmes.

On assiste à une prise de conscience féminine en relation avec l’application du suffrage du suffrage universel exclusivement masculin. Les femmes prennent alors place dans la vie publique sans passer par des médiations masculines ou familiales: Lutte pour le droit de vote, l’éligibilité, l’égalité des salaires

Les deux guerres mondiales accélèrent cette prise de conscience avec le remplacement des hommes et l’apprentissage de la lutte politique. Le travail des femmes gagne de nouveaux de nouveaux secteurs: l’industrie puis après 1945 le secteur tertiaire.

Les femmes, elle accèdent aux carrières libérales ou administratives et à l’enseignement supérieur.

Les progrès de la médecine et en particulier la contraception permettent aux femmes de prendre leurs distances par rapport à la maternité.

Le programme débute avec l’industrialisation.

La question primordiale est celle du travail: même si les femmes ont toujours apporté leur contribution (exemples: aux champs elles n’étaient pas rémunérer)

Avec l’industrialisation elles entrent sur le marché du travail tout en assurant leur travail domestique.

Texte de lois

Lois de 1892 et 1904 : Limitation de la durée du travail.

Interdiction du travail de nuit pour les femmes et pour les enfants.

Lois de 1909 : Emploi garanti à la femme après son accouchement.

Lois de 1913 : Congés maternité.

Lois de 1928 : Gratuité des soins médicaux.

Lois de 1897 : Les femmes ont le droit de témoigner.

Lois de 1905 : celui d’aller en justice.

Lois de 1907 : Les femmes peuvent disposer de leur salaire.

Les femmes des années (18)80 savaient déjà allier féminisme et féminité

à aujourd'hui.

Les trois aspect de la révolution de la condition féminine

→ L’émancipation des femmes.

En politique, la faveur du suffrage universel, les femmes entrent lentement en politique, même si on observe aucune progression linéaire sur la période . La mixité de l’éducation aidant aujourd’hui le niveau d’éducation et de formation est globalement identique pour les deux sexes, elles deviennent progressivement visibles dans la vie publique et économique.

Afin de pallier la domination masculine persistante et de porter un coup à la subordination historique des femmes, le vote de la révision constitutionnelle du 28 juin 1999 et la loi du 3 mai 2000 introduisent l’objectif paritaire dans notre système juridique, en entérinant le principe d’une évolution de la définition traditionnelle de l’universalisme républicain.

Au niveau individuels et sociaux, les années 1960-70 introduisent un bouleversement majeur dans le rôle et la liberté des femmes ; la maîtrise des moyens contraceptifs, la dépénalisation de l’avortement et la légalisation comme l’acceptation progressive de l’IVG leur donnent la possibilité de choisir leur destin.

Avec la maîtrise de la reproduction, mais aussi avec la libéralisation du divorce ( le divorce par consentement mutuel est instauré en 1975 ) et l’égalité juridique des époux dans la gestion du patrimoine de la famille, s’estompe la représentation déterministe (et bien sûr caricaturale) de la femme-épouse-mère vouée par nature à procréer et materner.

La très forte progression du taux de scolarité féminin pendant la période a largement contribué à l’émancipation des femmes en 1999-2000 dans l’enseignement supérieur, les étudiantes représentent 55,5 % de l’effectif total.

Sur le point de vu économiques, la réforme des régimes matrimoniaux ( 1965 ) a résolument consacré l’autonomie au moins formelle des femmes, qui peuvent exercer librement une profession et disposer de leurs biens personnels en 1970, le père n’est plus le « chef de famille ».

Lentement et de façon inégale sur le territoire, le taux d’activité des femmes ne cesse alors d’augmenter (elles représentaient en mars 2000 environ 48 % de la population active, contre 35 % au début des années soixante), et l’égalité professionnelle entre les sexes devient une norme légale. Depuis le début des années soixante-dix, les écarts de salaires entre les hommes et les femmes ont diminué.

Les combats d'aujourd'hui

L'engagement militant pour l'égalité des sexes ne doit pas se résumer à lutter contre le "patriarcat" de nos sociétés, contre le sexisme quotidien des affiches et des spots publicitaires. Il doit aussi et surtout permettre de combattre l'extrême violence dont des milliers de femmes font

...

Télécharger au format  txt (9 Kb)   pdf (107.4 Kb)   docx (12.4 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com