LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Fiche de lecture de Pierre et Jean Simon

Fiche de lecture : Fiche de lecture de Pierre et Jean Simon. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  12 Octobre 2017  •  Fiche de lecture  •  571 Mots (3 Pages)  •  703 Vues

Page 1 sur 3

Fiche de lecture

        I.  Réference de l'ouvrage et information sur l'auteur:

Chapitre III de Pierre-Jean Simon intitulé "Le cadre théorique général de référence: diiférenciation et hiérarchisation" de l'ouvrage" de l'ouvrage: Pour une sociologie des relations interethnique et des minorités parut en 2006. Pierre-Jean Simon est un docteurs en lettres et sciences humaines.

        II. Résumé du chapitre et introduction du texte:

Ce texte aborde les différentes relations entre les hommes, précisement les relations interethniques, les problèmes d'inégalité. Il va également traiter de la hiérarchisation dans une société, caractérisé par des "groupes sociaux" ou le "classement social". L'auteur apporte une brève explication de ce qu'est la différenciation et la hiérachisation en expliquant par la suite ce qu'est une classe sociale comme vu précédemment dans le cours.

        III.  La logique argumentative:

Il explique les différences au sens des classes, ce qui fait que nous sommes pas tous "classé" dans le même groupe. Mais également que selon l'accès à la richesse, au pouvoir, au prestige, il y a un processus de hierarchisation et de différenciation qui peut se faire au sein d'une classe.

En revanche, il insiste que les déterminants sociaux inégalitaires qui ont été etablis par et entre les êtres humains eux même. Ces classement inégaux se font selon l'age, le sexe, l'origine, l'apparence ethnique, ainsi que la CSP. Pierre-Jean explique également que les classements sociaux forment la société et son histoire et que tout cela forme en quelque sorte le système de la société. Et que même si ce sytème est contesté, personne ne peut changer cette façon de faire et d'être.

"L'ordre social est conçu comme conforme à la volonté divine ou providentielle" c'est-à-dire que les inégalités de nos jours sont les normes sociales, des fatalités et que cela ne peut pas être autrement. Ce qui s'oppose aux pensées naturalistes, phénomènes naturel, et non des hommes.

L'auteur revient sur les minorités et les trois termes associés: race, la culture, et la nation. Il semble avoir une difficulté à donner un sens, même si ce sont des mots simples et communs, ils ne sont pas nettes.

P.J.S met en avant:  qu'il n'y a donc aucun ordre social parfaitement égalitaire: il y a bien des inégalités. Les individus et les groupes ont un accès inégale aux savoirs, c'est le résultat de différences et hiérarchisation. Ce sont bien des processus, des dynamiques social, c'est-à-dire  qu'ils évoluent, ce ne sont pas le produit d'un ordre supérieur. C'est le produit d'une construction sociale. Cad le produit de relation humaines, qui est arbitraire, qu'on peut modifier.

        IV.  Conclusion:

Il se pose alors les questions de conformité, de processus naturel? Apres avoir évoqué la question de l'ethnocentrisme, ce qui fait que les personnes d'une société sont axés seulement sur leur propre fonctionnement.

Il vient alors à la conclusion que la hierarchie et la différenciation apportent l'équilibre dans une société. On parle alors de sociologie traitant de toutes les situations sociale. L'ordre social est alors contesté.

D'un point de vue personnel, j'ai trouvé ce texte assez compliqué, mais ayant vue ces termes dans le cours marginal j'ai pu mis référencier tout au long de la lecture et de la compréhension de ce chapitre.

...

Télécharger au format  txt (3.5 Kb)   pdf (54 Kb)   docx (9.2 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com