LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Analyse De Pratique: l'admission d'un patient

Dissertation : Analyse De Pratique: l'admission d'un patient. Recherche parmi 260 000+ dissertations

Par   •  4 Janvier 2015  •  1 773 Mots (8 Pages)  •  1 408 Vues

Page 1 sur 8

Actuellement en semestre 5, je suis en stage dans un service de chirurgie orthopédique. Mr V arrive dans le service et se présente au poste de soins. Je lui indique sa chambre et l’accompagne. Je lui explique les différentes touches se trouvant sur la télécommande (sonnette, stores et lumière) ainsi que la télécommande du lit. Je l’invite à prendre possession de sa chambre et je lui indique que je reviendrai vers lui d’ici quelques minutes si cela ne le dérange pas. Une fois cela fait, je retourne dans le poste de soin, constitue le dossier de Mr V avec les papiers remis lors de l’admission (feuille de prestation, étiquette et questionnaire). Puis, j’informe l’infirmière que je me rends dans la chambre de Mr V afin de faire son entrée. Mr V entre dans le service pour pose d’une prothèse de genou à droite suite à de l’arthrose, le lendemain. Mr V a 52 ans. L’entretien que je vais effectuer avec Mr V est un entretien d’accueil. Il se déroule, dans le cas de Mr V et moi-même, en plusieurs phases : tout d’abord une phase administrative où je vérifie les données de Mr V et les documents qu’il a apporté avec lui afin de constituer son dossier, une phase explicative où j’explique à Mr V les consignes à respecter avant le bloc opératoire tel que la douche antiseptique, la tenue de bloc opératoire par exemple ; puis une phase d’informations où je tente de répondre au mieux aux questions et craintes de Mr V. Cet entretien avait pour objet d’achever la constitution du dossier opératoire et du dossier de soin de Mr V, de répondre aux interrogations éventuelles de Mr V et d’expliquer l’intervention et les modalités de celle-ci à Mr V. J’ai choisi cette situation car c’était la première fois que j’effectuer un entretien d’accueil seule, sans la présence d’une infirmière.

Une fois l’entrée « administrative » de Mr V terminée, je demande à Mr V s’il a des questions. Il me dit alors :

Mr V : « Est-ce que je vais avoir mal ? »

Moi : « En effet, il s’agit d’une opération douloureuse mais nous mettons en place des solutions pour pallier à celle-ci » lui répondis-je. Je me demande alors si la formulation de cette phrase est adaptée, si je n’ai pas été trop brusque, trop vague.

Mr V : « Des solutions ? Lesquelles ? » Me demanda-t-il inquiet, le visage tendu.

Je réfléchis quelques instants avant de lui répondre, de peur de me tromper, de ne pas apaiser ses craintes.

Moi : « Suite à l’opération, vous allez disposer d’une PCA de morphine. Cela consiste à vous injecter de la morphine en petite quantité en intraveineuse lorsque vous serez douloureux. Cette machine sera reliée à un cathéter qui vous sera posé au bloc opératoire. De cette manière, vous pouvez appuyer à chaque fois que vous aurez mal, car la machine est programmée e pour ne pas délivrer une quantité trop importante de morphine pour ne pas endommager votre santé ou créer une dépendance » lui ai-je expliquée

Mr V : « Ça veut dire que si j’appuie 10 fois d’affilée, je n’aurais pas nécessairement 10 fois de la morphine ? » me questionna-t-il.

Mr V avait l’air soulagé par mes explications, il semblait plus serein, son visage était plus détendu.

Moi : « Oui, c’est cela, l’appareil contrôle votre consommation d’analgésique en fonction de votre demande » lui ai-je confirmé.

Mr V : « Du coup, je n’aurai que cela pour la douleur ? Ça sera suffisant ? » S’inquiéta-t-il tout à coup. Son visage est redevenu tendu et crispé.

Moi : « Vous aurez aussi un acufuser de naropeine. Il s’agit d’un analgésique local qui est également posé au bloc et qui soulagera votre douleur en continu, vous n’aurez rien à toucher, le produit sera délivré en continu. Vous garderez la PCA et l’acufuser pendant minimum 48h et par la suite, selon votre douleur le chirurgien décidera de l’enlever ou non. Vous aurez en plus de cela une attelle pour maintenir votre genou et des antalgiques en intraveineux en continu» lui ai-je répondu en essayant d’adopter une attitude rassurante, je parle doucement et d’un ton calme.

Mr V : « Merci beaucoup, vous me rassurez énormément. L’opération ne me fait pas peur mais la douleur si » me remercia-t-il.

Moi : « C’est tout à fait normal, de plus la douleur est différente d’une personne à l’autre. Le chirurgien passera ce soir, n’hésitez pas à lui reposer des questions, à lui demander des précisions » lui ai-je précisé.

Mr V : « Je vous remercie » me dit-il.

Je salue Mr V et lui dit que je repasserai le voir tout à l’heure mais que s’il a besoin il peut nous appeler à tout moment.

Questionnement :

Comment ai-je réussi à rassurer Mr V sur la prise en charge de la douleur suite à l’opération chirurgicale qu’il allait subir et à faire baisser son anxiété?

Comment aurai-je pu préciser davantage les thérapeutiques mises en œuvre pour pallier la douleur dans cette situation ?

Qu’aurai-je dû expliquer d’autres pour rassurer Mr V sur la prise en charge de sa douleur en post-opératoire ?

Analyse :

L’entretien que j’ai effectué avec Mr V était un entretien d’accueil, « il a pour objectif, de sécuriser la personne, d’installer une relation de confiance,

...

Télécharger au format  txt (10.9 Kb)   pdf (114.3 Kb)   docx (12 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com