LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Fiche du cours de psyhopathologie

Fiche : Fiche du cours de psyhopathologie. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  5 Novembre 2012  •  Fiche  •  9 121 Mots (37 Pages)  •  643 Vues

Page 1 sur 37

RÉSUMÉ DU COURS DE PSYCHOPATHOLOGIE

Introduction

Ex : Névrose : sentiment d’angoisse, impression que quelque chose de terrible va arriver, bouffée de chaleur, difficulté de respirer, impression d’état de choc.

Paranoïa et schizophrénie : idées irrationnelles.

Psychothérapie : méthodes thérapeutiques employées pour améliorer le fonctionnement psychologique et favoriser une meilleure adaptation de vie.

La normalité ou l’anormalité du comportement

Le comportement anormal varie selon les personnes et les psychologues ne s’entendent pas sur ces caractéristiques.

Comportement anormal : tout schème de comportement (pensée, sentiment, agissement) mésadapté, perturbateur ou nuisible pour l’individu ou la société.

Le comportement anormal s’inscrit dans un continuum et la ligne de démarcation entre CA et CN est en zone grise ou l’un et l’autre se confondent.

 Il est difficile de tracer une limite entre le normal et l’anormal.

Pour déterminer l’anormalité du comportement : 3 normes

La norme statistique

Un comportement est anormal quand il s’écarte du comportement d’autres personnes appartenant à la même culture donnée (comportement « de la moyenne »). Les critères de normalité varient d’une culture à l’autre. Ils sont qualifiés d’anormaux lorsque les individus enfreignent les règles socioculturelles.

Ex : Il n’est pas normal pour un homme de mettre une jupe par contre les femmes sont autorisées à porter des vêtements d’hommes (suivant la norme statistique, le même comportement est acceptable pour les femmes et déviant pour les hommes).

La norme du malaise subjectif

Un comportement est anormal quand l’individu est insatisfait de son propre fonctionnement psychologique. Les gens définissent eux-mêmes ce qu’ils considèrent comme normal ou anormal.

!!! Certaines personnes n’ont pas conscience d’avoir des problèmes psychologiques ou ne l’admettent pas. Cette norme ne peut à elle seule circonscrire l’anormalité.

La norme du comportement inadapté

Un comportement est anormal quand il empêche l’individu d’avoir un fonctionnement satisfaisant dans sa propre vie et au sein de la société et quand leurs pensées, sentiments ou actes nuisent au fonctionnement de leur vie intime ou sociale.

Le continuum de la santé mentale

 Ecart par % à la norme statistique 

 Malaise subjectif 

 Comportement inadapté 

CA CN

Les CN et CA ne font pas des catégories fermées mais se situent le long d’un continuum. Un comportement est dit anormal s’il s’écarte des normes statistiques, suscite un malaise personnel ou est inadapté.

Culture et santé mentale

Ex : Sud Chine et Viêtnam  Koro  Pensent que le pénis se rétracte dans l’abdomen et que ça cause la mort  Les tentatives de préventions de la rétraction peuvent causer de graves lésions physiques.

Ex : Occident  Anorexie mental  Les jeunes femmes qui se préoccupent de leur minceur au point de refuser de manger  !!!! Mortel

L’index Langer sert à dépister les personnes qui ont des troubles psychologiques perturbant leur activité quotidienne. En plus des symptômes universels (nervosité/insomnie), il y a des symptômes liés aux cultures (Ex : Chinois  Avoir la tête pleine et les Anglo-américain  souffle court ou maux de tête). Les gens apprennent à exprimer leurs préoccupations de manière acceptable pour leurs compatriotes (les maux de tête sont une réaction commune au stress). Les professionnels qui travaillent avec une clientèle multiculturelle doivent connaître l’existence et la nature des symptômes universels et des symptômes particuliers à chaque culture. Notre conception de l’anormalité change avec le temps.

12 symptômes associés aux troubles de la santé mentale :

Nervosité, troubles du sommeil, sentiment de découragement, faiblesse généralisée, soucis personnels, fébrilité, sentiment d’isolement et de solitude, incapacité à s’entendre avec les autres, chaleur, inquiétude constante, sentiment d’impuissance, sentiment que rien ne va.

L’anormalité : des superstitions à la science

A la préhistoire

La croyance en de bons et de mauvais esprits donnaient des visions étranges et des comportements inhabituels. Les démons possédaient le corps et l’âme. Le traitement était la trépanation (permettre aux mauvais esprits de s’en échapper).

Au IVe avant J-C

Hippocrate suppose l’existence d’une cause physique expliquant les troubles du comportement ( 1e modèle médical). Les CA découlent d’une maladie mentale ou physique. L’épilepsie et la dépression ne sont plus des punitions d’esprits en colère mais le résultat d’une maladie du cerveau ou du corps ( ≠ thérapies selon les troubles).

Au Moyen-Age (du Ve au XVe après J-C)

Les explications surnaturelles réapparaissent (possédé par le démon). Il fallait pratiquer l’exorcisme (prier, jeûner, faire du bruit, frapper la personne, boire d’horribles infusions de façon à ce que le corps devienne inhabitable).

Au cours du XVe

La préoccupation du démon tourne à l’obsession, on peut même choisir de frayer avec lui. Les personnes consentantes sont les sorcières et elles étaient persécutées. Elles avaient des comportements comme la perte de la raison, des délires, des hallucinations ( troubles mentaux). Vers la fin du Moyen-Age, le traitement des troubles mentaux s’améliore.

La classification des comportements anormaux

Pathogénie = pathologie mais la différence

...

Télécharger au format  txt (64 Kb)   pdf (520.1 Kb)   docx (39.2 Kb)  
Voir 36 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com