LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Différentes approches en psychologie.

Cours : Différentes approches en psychologie.. Recherche parmi 245 000+ dissertations

Par   •  14 Novembre 2016  •  Cours  •  1 715 Mots (7 Pages)  •  1 087 Vues

Page 1 sur 7

DF1                                                                                        09/11/2016

Différentes approches en psychologie

SOMMAIRE

Différentes approches en psychologie        

I.        Les différentes approches        

A.        Approche atheorique        

B.        Approche behavioriste        

C.        Approche biologie        

D.        Approche cognitiviste        

E.        Approche développementale        

F.        Approche écosystémique        

G.        Approche ethnopsychopatologie        

H.        Approche éthologique        

I.        Approche expérimentale        

J.        Approche phénoménologique        

K.        Approche psychanalytique        

L.        Approche        

Différentes approches en psycho et psychopathologie :

La psychopathologie s’intéresse à différents trouble mentaux (au sens large, beaucoup de pathologie) :

  • La nosologie : description
  • La nosographie : la classification
  • L’étiologie : les causes
  • L’évolution : l’évolution

  • Au 20e siècles

Diversification des approches :

  • Novelles écoles en psychologie qui on diversifier les approches psychologiques, de nouveaux courant sont créer. Il n’y avait que la psychanalyse mais elle ne peut pas être adopter avec toute les pathologies. Cela permet l’adaptation des prises en charge
  • Complexité des phénomènes

 

  • 4 grand courant de psychologie aujourd’hui :
  • La psychanalyse
  • Cognitive comportemental
  •  
  •    

  • L’autisme bref historique
  • 1943 KANNER à étudier un panel de 11 enfants, et a mis en avant leurs points communs sur le besoin que rien ne doit changer pour les enfants autistes, contact affectif. Pour lui les enfants autistes sont venues au monde avec cette incapacités à communiquer.
  1. Les différentes approches

  1. Approche atheorique

  • Pas de théorie de référence
  • DSM (manuel statistique des maladies) et la CIM (classification internationale des maladie)
  • Ces classifications s’appuient sur 4 principes
  • Définition des troubles : descriptive
  • Critères diagnostics : descriptifs
  • Démarche diagnostique : polythétique
  • Ne sont que des guides pour aider les professionnels.

 On ne peut pas mettre les personnes dans les cases. Très difficile chez un enfant de définir réellement les pathologies ou maladies. Le but est le dépistage précoce pour pouvoir adapter les prises en charge.

Le retard mental ne fait pas partir du diagnostic autiste on parle de trouble comorbide. Une fois le diagnostic posé l’enfant sera orienté vers un établissement ou autre. Grace aux nouvelles classifications et méthodes de dépistage, les diagnostics sont de plus en plus précis.

  1. Approche behavioriste

  • Fondée par WATSON
  • Tout comportement est le résultat d’un apprentissage.
  • 2 autres précurseurs : SKINNER et PAVLOV.  Avec apprentissage et renforcement positive et négative c’est-à-dire récompenses ou punition. Tout apprentissage avec punition ou récompense est possible. C’est une manière de stimuler et non de s’acharnée. Permet à des enfants autistes de pouvoir progresser. Par ces méthodes permet a l’enfants d’être dans les apprentissages, l’enfant autiste va apprendre à faire des demandes... va apprendre de nouvelles choses
  • Au psychopatho : élaboration d’une série de techniques : thérapies comportementales
  • Instruments d’évaluation : pour l’autisme.
  • CHAT : savoir si l’enfants est capable de pointer du doigt ce qu’il veut, en alternant le regard entre sa mère et l’objet. L’enfant autiste « n’arrive pas » pas faire cela.  
  • CASE
  • ECA-R
  • BECS
  1. Approche biologie

  • S’intéresse à la prédisposition organique pour développer certaines maladies et notamment ici comment se manifestent certains symptômes
  • 3 perceptives envisagées :
  •  Neurochimie (savoir s’il n’y a pas de déficiente en termes de neurotransmetteur, est ce qu’il y en a assez ?)
  •  
  •    
  • Ne peut être envisagée seule
  1. Approche cognitiviste

  • Ce complète au behaviorisme. Mais n’ont pas les mêmes objets de recherche
  • Esprit est une machine à traiter de l’information
  • TOLMAN explique que tout comportement humain ne peut se comprendre sans tenir compte du but d’orientation du comportement
  • S’intéressent au activités intellectuelles, traitement de l’information, perception, mémoire, attention, langage
  • CHOMSKY, PIAGET …
  • TSA : Déficit de la théorie de l’esprit et des habiletés sociales, permet de comprendre les messages communiquer par les autres et les environnements. Il y a 5 étapes :
  •  Il y a habiletés sociales de base (se présenter, répondre au tel...)
  • Habileté sociale avancée (partager des activités, du matériel, suivre des instructions, se préparer à une conversation.
  •  La reconnaissance des émotions et leurs expressions.
  • L’affirmation de soi (s’accepter, savoir-faire une demande, savoir demander de manière adapter)
  • Relation amicale et affective
  • Objectif de cette approche : travailler sur l’adaptation sociale, environnementale
  1. Approche développementale

  • S’intéresse à l’évolution de l’enfant (ou de l’adulte) et comment on va adapter la prise en charge. (Voir cours 1er année sur le développement)
  1. Approche écosystémique

  • Relation entre individu et environnement
  • Symptôme défini et regarde dans une situation, un contexte donné
  • 2 éléments à prendre en compte dans cette approche :
  • Thérapie familiale
  • Répercussions des symptômes sur l’environnement familial (dans les familles ou le père est alcoolique, la famille s’organise sur l’alcoolisme du père, une fois le père soigner, du coup le système familial est perturbé car il s’était habitée au père = travaille de thérapies avec toute la famille, pour que chacun revienne à sa réel place)
  1. Approche ethnopsychopatologie

  • DEVEREUX et l’ethnopsychopatologie : Quand vous êtes reçu a l’hôpital Georges Devereux, ce n’est pas juste le patient et le psychiatre mais plusieurs psychiatres face au patient parce qu’il faut des traducteur si la personne est estrangère. Il n’y a certains mots qui ne peuvent pas être traduit mais expliquer par le traducteur.
  • NATHAN et l’ethnopsychiatrie : tout processus quelque qu’il soit (thérapie classique et autres)
  • Autisme et ethnopsychiatrie : Dans d’autre pays l’autisme est perçu comme des enfants qui ne veulent pas communiquer ce n’est pas vue comme l’autisme
  1. Approche éthologique

  • Fondée par K. LORENZ et N. TINBERGEN : K. LORENZ comportement animal en milieu naturel ; Etudie la maman animale avec son bébé. C’est l’observation en milieu naturel 
  • 1973 : TINBERGEN : importance de l’observation et du questionnement dans compréhension de l’autisme infantile. Comment l’enfant autiste est avec sa mère, avec son père, avec le jeu, avec les autres.
  • L’importance du métier de se questionner sans cesse sur tout (évolution, régression…).
  1. Approche expérimentale

FAIRE DES RECHERCHES

  1. Approche phénoménologique

  • Fondée par HUSSERL
  • Pensée philosophique
  • On part du vécu de la personne, des émotions de la personne. C’est elle qui amène matière a travailler. Permet les compréhensions de phénomène par le vécu de la personne. Le sujet est au centre de la recherche d’analyse.
  • Ou trouve ton cette approche ?
  1. Approche psychanalytique

  • Fondée par FREUD
  • Pour l’autisme liée à Bruno BETTELHEIM
  • Ecole orthogénique (école de Chicago) école expérimentale. Accueil des enfants avec trouble du spectre autistique. Tout été penser pour accompagner les enfant (salon d’accueil pour savoir avoir quel jeu jouer l’enfant, comment ils réagissent avec ces parents…) Permet l’observation. Dans cet école 5à ans entre 3 et 10ans, elle offrait un cadre favorable 24h/24H. Rapprocher les enfants d’un cadre d’une famille idéale. Cette école a deux fonctions :
  • La formation du personnel soignants
  • La recherche

Cette école n’a pas de réel réglé stricte, les enfants peuvent circuler partout, mais les parents n’ont pas droit de venir quand ils veulent (c’est l’institution qui décide quand les parents ont droits de venir, c’est que quand c’est nécessaire). L’enfant a le droit de choisir une relation privilégiée avec un soignants. De l’enfant peut avec cette relation, peut permettre de résoudre ces problèmes d’attachement. Les enfants été réparties en groupe selon leur âge.

...

Télécharger au format  txt (10.3 Kb)   pdf (170.4 Kb)   docx (16.7 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com