LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

« Le Premier Ministre Est Un Collaborateur, Le Patron C'est Moi » Nicolas Sarkozy, Le 22 Août 2007

Mémoire : « Le Premier Ministre Est Un Collaborateur, Le Patron C'est Moi » Nicolas Sarkozy, Le 22 Août 2007. Recherche parmi 265 000+ dissertations

Par   •  16 Mars 2014  •  1 001 Mots (5 Pages)  •  2 304 Vues

Page 1 sur 5

Mariam BARAMIDZE

«Le premier ministre est un collaborateur, le patron c’est moi. »

Nicolas Sarkozy, le 22 Août 2007.

« Le Président de la République nomme le Premier Ministre. Il met fin à ses fonctions sur la présentation par celui-ci de la démission du Gouvernement.

Sur la proposition du Premier ministre, il nomme les autres membres du Gouvernement et met fin à leurs fonctions. »

— Article 8 de la Constitution

Premièrement, si l’on s’en tient à la constitution de la Vème République du Général De Gaulle, le président ne devrait être qu’un simple arbitre de la politique nationale, le garant de la constitution et du bon fonctionnement des institutions, le chef de l’armée et il devrait s’occuper de la politique extérieure du pays. La politique intérieure étant strictement réservée au premier ministre.

L'ex président de la République Nicolas Sarkozy a qualifié le Premier Ministre François Fillon en tant que son "collaborateur". Cette qualification a suscité des critiques fortes dans la presse, ainsi François Fillon n'a guère apprécié cette expression employé à son égard.

Dans le Cadre de la Vème République la présidence de Nicolas Sarkozy a été souvent débordé les pouvoirs propres qui lui ont été attribués par la constitution de 1958. La politique de Nicolas Sarkozy s'est traduit par une omniprésence de ce dernier dans tous les domaines. On a vu un président sur tous les terrains et dans tous les dossiers, à l’interne comme à l’externe, le tout allié à une rapidité accrue dans la prise de décision

Dans le cadre de ce sujet on ne va pas observer cette interventionnisme de Chef de l'Etat en ce qui concerne le pouvoir législatif ou judiciaire. On va plutôt se limiter à observer cet accroissement du pouvoir à l'égard de pouvoir exécutif, notamment à l'égard du Premier ministre.

La question qui se pose ici c’est dans quelle mesure le Président de la République exerce son pouvoir discrétionnaire à l'égard du Premier ministre?

La présidence de Nicolas Sarkozy ne s'inscrit pas dans une conception classique du Chef de l'Etat telle qu'elle est conçue dans la constitution de 1958, c'est une nouvelle forme de présidence qui consiste dans l’accroissement des pouvoirs du Président de la République à l'égard du Premier Ministre(I). Toutefois, il faut noter que ce pouvoir connait ses limites (II).

I. Une nouvelle forme de présidence au détriment des pouvoirs du Premier ministre

A. L’interprétation classique du pouvoir discrétionnaire du Président de la République

- Le président de la République nomme le premier ministre (article 8 de la constitution)

-Il dispose également le pouvoir de le renvoyer

- on peut supposer que la phrase de Nicolas Sarkozy se référait à ce pouvoir de telle sorte qu'il peut à tout moment destituer le PM

Pourtant il faut noter que l'exercice des pouvoirs de Nicolas Sarkozy a dépassé cette conception classique et son interventionnisme pourrait être interprété de manière plus large. Ainsi, en pratique le fait qu'il utilise l'expression de "collaborateur" à l'égard du premier ministre F. Fillon se traduit sa volonté

...

Télécharger au format  txt (6.3 Kb)   pdf (84.4 Kb)   docx (10.3 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com