LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

"Démocratie vivante ou démocratie classique" Georges Burdeau

Commentaire de texte : "Démocratie vivante ou démocratie classique" Georges Burdeau. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  29 Novembre 2017  •  Commentaire de texte  •  1 858 Mots (8 Pages)  •  1 032 Vues

Page 1 sur 8

Giorgi GACHECHILADZE                                        Groupe 2

Commentaire de texte

Le texte étudié est issu de «Démocratie classique ou démocratie vivante » de Georges Burdeau ,

juriste et expert en science politique du XX ème siècle .

Le texte se présente sous la forme d'une définition de la démocratie classique tel qu'elle a été conçu par l'état libéral , c'est à dire l'état de droit dont le rôle est de faire régner les libertés individuelles .

L'auteur distingue deux formes de libertés qu'il pense être essentielles à l'existence de la démocratie dite classique ; la liberté-autonomie et la liberté-participation .

La liberté-autonomie  représente la liberté dans son sens le plus strict c'est à dire l'absence de contrainte , indépendance de l'être humain qui n'a pas à se plier à des dogmes arbitraires ,qui a une dignité et des droits qui lui sont reconnus en tant qu'individu .

La liberté-participation , quant à elle représente le degrés démocratique de l'exercice du pouvoir .

En effet , la démocratie est sensé être un système où le peuple dans son entièreté exerce le pouvoir ,

mais puisqu'un exercice absolue du pouvoir par le peuple est très difficilement réalisable en pratique

l'authenticité démocratique de l'état est jugé par le degrés de participation du peuple dans l'exercice du pouvoir .

Ces deux formes de libertés sont en effet à la base de notre état libéral et représentent pour le premier , un certain frein aux dérives totalitaires et pour le deuxième, un critère qui permet de mesurer la santé démocratique des institutions de l'état de droit.

        Mais ces deux formes de liberté qui semblent travailler de concert , peuvent parfois s'opposer si jamais la volonté démocratique en vient à rejeter les principes libéraux de la liberté-autonomie .

Il est alors du devoir de l'état libéral de chercher à se conserver  et de trouver par conséquent , un moyen de préserver ces deux formes de libertés tout en évitant au maximum leur confrontation .

Nous allons aborder ce texte à travers ce prisme en commençant par la liberté-autonomie (I) , l'histoire de cette idée et son importance dans un état libéral , puis la liberté-participation (II) sa nécessité dans un système qui se veut démocratique et des problèmes qu'elle peut potentiellement causer .

I.La liberté-autonomie

        Cette forme de liberté garantie la primauté de l'individu dans la société qui devient le prisme par lequel la société et le droit se reflètent . Cette pensée individualiste est le produit d'une histoire (A) et de la réflexion de nombreux philosophes notamment Rousseau , elle a pris une importance fondamentale dans nos sociétés définissant même l'essence de l'état de droit (B) .

A.Le produit d'une histoire

Le principe de droits fondamentaux communs à tous les Hommes est extrêmement récent dans l'histoire de l'humanité , jusqu'à l'époque moderne c'est à dire aux alentours du XVIII ème siècle , il n'existait pas de principe similaires bien qu'on pouvait trouver dans le christianisme l'idée d'une forme d'égalité de prétention entre les êtres humains quel que soit leurs catégories sociales .

C'est avec la pensée contractualiste de Hobbes  , qui statuait que la souveraineté de l'état ne venait pas de Dieu mais d'un contrat passé entre les individus composant la société que l'idée de souveraineté du peuple mais avant tout de souveraineté de l'individu commençait à émerger.

Rousseau bien qu'en désaccord total avec la vision pessimiste de l'Homme de Hobbes et sa justification d'un état totalitaire liberticide au profit de la sécurité , a exploité l'idée du contrat social pour souligner l'importance de la préservation de la liberté même après la sortie de l'état de nature  qui est un état de strict égalité entre tous les Hommes . Les Hommes étant égaux dans l'état de nature devraient le rester après la mise en œuvre du contrat social afin de sacrifier le minimum de  liberté au profit de la sécurité .

C'est ainsi que l'idée d'égalité en terme de droit est posée par Rousseau dans son Contrat Social ,

cette égalité de droit se manifeste par la liberté de ses cocontractants à disposer d'eux-mêmes et de leurs propriétés  sans pour autant empiéter sur la liberté des autres .

C'est à partir de cette pensée que se sont construites  les bases de l'état de droit qui garantie les libertés individuelles fondamentales et l'égalité des membres du contrat social face à la justice .

La liberté-autonomie a ainsi précédé la liberté-participation dans le développement de l'état libéral , elle représente une base quasiment inviolable dans nos sociétés , bien que le contenu de cette liberté-autonomie peut parfois paraître assez flou .

B.La base de l'état de droit

La liberté-autonomie  pose les premières briques au développement de l'idée de démocratie classique , c'est sur sa base que l'on peut justifier l'état de droit et par conséquent l'idée d'une souveraineté étatique appartenant au peuple ,  à la somme d'individus ayant décidés d'accepter les conditions d'un contrat social . Le pouvoir étatique ne se justifie plus par l'intervention divine mais par la volonté générale des cocontractants .

L'égalité en libertés entre tous les Hommes amène à la recherche d'un système politique représentant la volonté des cocontractants le mieux possible , sous la Royauté le pouvoir étatique n'avait pas à se justifier ou à chercher la reconnaissance des sujets puisque le pouvoir était soit quelque chose donné par Dieu au Roi soit le produit d'alliances féodales dans tout les cas , aucune forme de légitimité démocratique n'était recherché par le Roi .

...

Télécharger au format  txt (11.5 Kb)   pdf (104.2 Kb)   docx (14.1 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com