LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Le rire de Bergson

Fiche de lecture : Le rire de Bergson. Recherche parmi 243 000+ dissertations

Par   •  25 Janvier 2020  •  Fiche de lecture  •  2 134 Mots (9 Pages)  •  108 Vues

Page 1 sur 9

Titre de l’ouvrage : Le rire, chapitre 3

Nom de l’auteur : Bergson

Editeur : édition Quadrige, édition critique dirigée par Frédéric Worms

Date de la première  publication : 1900, 1er mai

1/Contexte de la publication ( date, place dans l’œuvre de l’auteur, rapport avec le contexte historique, Pas plus de 8 phrases ) :

        Bergson publie pour la première fois son ouvrage le 1er mai 1900. Il publie celui-ci sous forme d’articles, au nombre de trois, dans La Revue de Paris. Bergson est également élu à la chaire de philosophie ancienne du Collège de France, et moins d’un an plus tard il entre à l’Académie des sciences morales et politiques. Cet ouvrage intervient donc à une période très importante dans la vie de Bergson. Cette question sur le rire a traversé les âges depuis l’antiquité, depuis les premiers philosophes, Bergson ajoute sa pierre à l’édifice. Il apporte néanmoins une approche plus scientifique surement tournée vers les nouvelles sciences acquises à l’époque et la psychanalyse qui arrive alors, au 19ème siècle.

2/Thème général et thèse de l’ouvrage ( 4 à 6 phrases )

        Le thème général de l’œuvre est le rire, et plus particulièrement le comique de caractère dans le chapitre 3. La thèse première défendue est que le rire n’est provoqué que lorsque un humain rit d’un autre sur les vices de celui-ci lorsqu’ils ne sont pas immoraux mais qu’ils témoignent d’une certaine insociabilité. Ainsi Bergson avance la thèse que le comique n’apparait que si l’homme ne correspond pas aux cases de la société dans laquelle il vit et ses vices le pousse à s’isoler de celle-ci.

3/Articulation de l’œuvre ( plan détaillé ) de 2 à X parties, en précisant le sens de chaque partie et le lien entre les parties .

  1. Le comique de caractère

  1. Les trois conditions

- pas de véritable évaluation de la personne + perception = sorte d’insociabilité

- comique implique observation sans jugement + isolement action ou sentiment 🡺 aller contre la première définition du comique (théâtre, ...)

- automatisme dans le caractère de l’homme 🡪 inattention

  1. L’art a-t-il un lien avec le comique de caractère ?

- action du corps + langage + société = contradictions entre art et vitalité

+ double leçon : - débat tranchant réalisme et idéalisme dans l’art ; - rapport spécial entre art et société

- définition de l’art dramatique + spécificités de l’art poétique

+ art dramatique aide à la distinction entre art et vie sociale 🡺 tragédie et comédie comme il l’explique

- reprise problème de Kant sur jugement esthétique 🡺 œuvre = esthétique uniquement si elle touche notre sensibilité

- séparation entre comédie et drame + définition comédie comme seule à rassembler perception, langage et société

Ainsi on pourrait dire que tout comique, notamment le comique de caractère, vient d’une raideur sociale. En somme, d’après Bergson, la comédie se situe au juste milieu entre la vie et l’art.

  1. La vanité et le comique dit « professionnel »

  1. Définition de la vanité

- Bergson ici remonte jusqu’au dispositions morales propres au comique de caractère

🡪 rire a donc objet immédiat + où se mêlent traits du comique

  1. Définition du comique « professionnel »

- vanité

- endurcissement

- langage

- logique

🡺 potentiel comique de ces caractères = expliqués comme automatismes et distractions intellectuelles, linguistiques et morales

        Le comique peut être défaut si sa fonction première est détournée au maximum qui, ainsi, tourne au ridicule celui qui l’emploie.

  1. Les montages comiques menant dans une logique certaine à l’absurde

  1. Double enjeu

- enjeu à visée critique contre mise en évidence que l’absurdité = cause comique

- enjeu = confirmant thèse du livre (comportements et raisonnements absurdes)

  1. Le rêve

- rêve = fil conducteur pour aider à comprendre et repérer plus rapidement la pensée logique

- mécanisme illusion

+ prend pour exemple Don Quichotte

- jeux d’idées + traits d’esprits

- obsession du rêve + comique

        Ainsi, l’absurdité, ici expliquée, donne au comique le pouvoir du rire grâce à sa différence éternelle avec ce que l’on appelle le réel.

  1. Dimension morale et sociale dans ce comique de caractère

 

  1. La sympathie

- apparait dans le déclenchement du rire

- processus conduit à une adhésion dite « sympathique » de la part de la personne qui rit de l’autre à son détachement et sa distraction d’esprit, explique Bergson

  1. Une conséquence dans l’expérience du rire

- société donne signification à ce déclenchement du rire = fonction « correctrice »

- conclusion du livre = reformulation de la première thèse en intégrant analyses

🡺 souci moral + utilité morale du comique = tension dans l’idée de justice

        

En somme, le rire est correcteur bienveillant de nos vices et écarts durant nos vies. La société nous permet ainsi de nous auto-corriger.

Conclusion :En définitive, le rire se fait correction de l’humain riant d’un autre, il créé un mécanisme presque automatique et inné chez chacun. Néanmoins cette correction n’a peut-être en réalité rien de bon.

...

Télécharger au format  txt (12.9 Kb)   pdf (123.1 Kb)   docx (13.7 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com