LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Valeur maçonnique du frère

Dissertation : Valeur maçonnique du frère. Recherche parmi 265 000+ dissertations

Par   •  12 Juillet 2017  •  Dissertation  •  1 002 Mots (5 Pages)  •  496 Vues

Page 1 sur 5

A la gloire du Grand Architecte De l’Univers

VM et vous tous mes Frères en vos degrés et qualités.

« Etes-vous Maçons ? » Dans le monde profane nous répondrions à cette question par la forme affirmative la plus simple : Oui

Mais depuis le vieil homme n’est plus, il est mort dans le cabinet de réflexion et a laissé la place au Maçon que nous sommes ou du moins que nous essayons d’être.

Malgré nos différences, nous travaillons en loge dans un seul but commun « vaincre nos passions, soumettre notre volonté à nos devoirs et faire de nouveaux progrès dans la Maçonnerie ». Chacun à son rythme, suivant son propre chemin mais tous dans le respect de l’autre et en utilisant le même langage. La pluralité se rassemble pour créer l’unité, nous sommes tous Frères. Né du Grand Architecte De L’Univers et de notre Loge Mère en qui nous avons vue pour la première fois la vraie lumière. En cela mes Frères me reconnaissent comme un profane qui a frappé à la porte du temple et ayant été initié aux secrets et mystères de la Franc Maçonnerie. Cela n’en fait pas de moi un Maçon pour autant. Dans le rituel il est dit : « mes Frères me reconnaissent POUR tel » certains diront que c’est juste un mot mais que serait la Maçonnerie sans sa cédille. La conjonction « comme » exprime une comparaison, alors que la préposition « pour » exprime un but, une destination. C’est le sens des propos du Vénérable Maitre lors de la fermeture des travaux « avant de nous séparer, élevons nos cœurs en fraternité et nos pensées vers le Créateur. Qu’il inspire notre conduite dans le monde profane, qu’il guide notre vie, qu’il soit la Lumière sur notre chemin ». Le travail commencé à l’intérieur du temple se continue à l’extérieur.

Mais comment reconnaître un Maçon ? Tout est dans le rituel du premier degré. « C’est un homme né libre et de bonnes mœurs, également ami du riche et du pauvre s’il est vertueux », un homme qui a des devoirs « fuir le vice et pratique la vertu », un homme désirant recevoir la Lumière, un homme qui se reconnait à ses Signes, Mots et Attouchements. Un homme en pleine évolution, qui travaille sur lui-même car il n’y a pas de progression sans travail, sans assiduité en loge pour donner sans compter à ses frères et recevoir d’eux et qui poursuit au dehors le travail commencé dans le Temple.

On pourrait aussi le décrire par sa qualité d’écoute, le silence, par sa capacité à ne pas porter de jugement hâtif, la bienveillance, par son inclination à ne s’attacher qu’aux valeurs morales des hommes, les métaux à la porte du temple, par sa disposition à donner son amour, la fraternité, par sa facilité à faire ce qui est bien même au détriment de son propre intérêt, la vertu, par sa façon d’agir droit et équitable, les signes, par son langage loyal et sincère, les mots, par sa sollicitude fraternelle, les attouchements. On pourrait se décourager rapidement devant ce Maçon « parfait » mais en cherchant bien chaque frère pourra reconnaitre en lui, là une qualité, là un trait de caractère, là une vertu ; c’est qu’il est sur le bon chemin, au tout début pour les frères apprentis, un peu plus loin en principe pour les autres.

Mais pourquoi s’en remettre à mes Frères pour reconnaitre ma qualité de Maçon ? Cette naissance de l’homme nouveau lors de l’initiation débouche sur l’état d’Apprenti Franc-Maçon ou tout reste à faire. Un travail long et difficile va alors démarrer, celui de la mort à l’égo, symbolisé par l’épreuve du miroir : notre plus grand ennemi. Se reconnaître soi-même au travers du miroir serait la plus grande trahison spirituelle que nous pourrions nous faire.

Il va falloir réfléchir sur ce que l’on est et ce que l’on voudrait être mais que l’on n’est pas encore, avoir l’humilité nécessaire pour l’abandon de nos positions égocentriques, apprendre la culture de la persévérance dans l’effort car il est toujours difficile de se libérer totalement de ses tendances naturelles.

...

Télécharger au format  txt (6 Kb)   pdf (59.3 Kb)   docx (10.3 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com