LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Toute vérité est elle bonne à dire ?

Dissertation : Toute vérité est elle bonne à dire ?. Recherche parmi 233 000+ dissertations

Par   •  7 Janvier 2020  •  Dissertation  •  3 093 Mots (13 Pages)  •  51 Vues

Page 1 sur 13

        Les règles déonthologiques des médecins font de la vérité un devoir : le médecin doit toute la vérité aux patients ou à sa famille. Nous voyons par là que la vérité semble être une obligation voire un devoir. N'est-ce pas en effet l'un des valeurs sociales, l'un des principes moraux les plus évidents et les plus fondamentaux. N'apprenons-nous pas le plus tôt possible aux enfants à toujours dire la vérité. Mais nous savons aussi que le médecin peut être amener à cacher une partie de la vérité aux patients. Une révélation trop brutale de la vérité pourrait en effet avoir des conséquences négatives sur l'évolution de la maladie. Cela ne signifie-t-il pas que toute vérité n'est pas bonne à dire. La vérité ne peut-elle pas s'avérer nuisible. N'avons-nous pas besoin d'une certaine dose de secret ou de mensonge. Toutefois, si la vérité peut nuire, il semble que ce soit plus par sa révélation trop brutale que par la nature de la vérité en tant que tel. Ainsi, si le médecin doit la vérité à son malade, il doit aussi lui révéler d'une manière plus accessible et compréhensible par le patient dès lors qu'il n'est pas possible de toujours dire la vérité en réfléchissant à sa mise en forme ou à la manière de le dire. C'est pourquoi, il est difficle de dire si toute vérité est bonne à dire. En effet, est-ce que la vérité est un devoir moral quel qu'en soit les conséquences ou est-ce que nous pouvons ne pas dire la vérité lorqu'elle peut s'avérer nuisible.

I. Toute vérité est bonne à dire parce que c'est un devoir moral absolu.

1. Toute vérité est bonne à dire car la vérité est utile

        Tout d'abord, il est nécessaire de dire la vérité car c'est un devoir moral absolu. Nous allons donc montrer que toute vérité est bonne à dire car la vérité est utile. En effet, la vérité est nécessaire à la société puiqu'elle lui est bénéfique pour son bon fonctionnement. La vérité sert à ce que chaque individu soit honnête et que les relations soient fondées sur la sincérité pure. De plus, la vérité peut créer de liens, puisqu'en étant honnête avec une personne, on lui est reconnaissant.

        Ainsi, dans le Discours de la méthode, Descartes dissocie la théorie, c'est-à-dire tout ce qu'il y a d'abstrait, et la pratique, c'est-à-dire ce qui est concret. En effet, il explique le passage de la science à la technique : la science débouche sur des connaissances qui permettent aux hommes de mieux vivre. L'homme est considéré "comme maître et processeur de la nature", cela signifie qu'il est libre de faire ce qu'il veut, libre donc de dire la vérité qu'importe les circonstances et les conséquences. La scinece guide nos actions puisqu'elle propose des lois qui agissent comme des règles qui permettent que telles causes produisent tels effets. Il est donc important que la vérité soit bonne à dire parce que le savoir nous permet de nous libérer du réél.

2. Toute vérité est bonne à dire car c'est un devoir moral

        Toutefois, la vérité n'est pas seulement utile pour notre interêt personnel. Mais elle est aussi bonne à dire parce que nous devons la vérité à autrui par respect pour lui et pour son autonomie, c'est aussi un devoir moral. Nous allons donc montrer que toute vérité est bonne à dire car c'est un devoir moral. En effet, la vérité est un idéal pour l'homme, c'est-à-dire que c'est un devoir moral qui permet de créer des liens sociaux. Il est donc nécessaire de veiller à ce que la vie en société permette aux hommes d'obtenir des relations stables et hoonêtes où la vérité est promoridiale.

        Ainsi, Kant montre dans les Fondements de la Métaphysique des Moeurs que la pratique porte sur l'action. Cependant "il est absolument impossible d'établir par expérience (...) une action". Nous ne pouvons donc pas s'appuyer sur quelque chose d'empirique car l'expérience est imprévisible et variable. En effet, l'expérience n'apporte pas une réponse clair or le but moral est de guider nos actions à travers des règles.

        Par exemple, lorsqu'une personne fait une fausse promesse, il n'est pas certain de ce qu'il se passera dans le futur. La logique de l'intérêt ne fonctionne donc pas parce qu'il est incertain de savoir ce qui sert au mieux nos intérêts. Il faudrait donc savoir ce qui nous apporterais le plus, masi pour cela il faudrait une forme de projection dans le futur. Or le futur est lui aussi incertain, et l'expériences n'est d'aucune aide dans cette situation.  Au nom du respect que je dois à autrui, toute vérité est bonne à dire car je ne peux pas utiliser autrui pour mes propres fins. Donc la vérité est un devoir moral au nom du respect de l'humanité de l'autre.

3. Toute vérité est bonne à dire car c'est un devoir moral qui est absolu

        Or ce devoir moral est absolu, donc toute vérité est bonne à dire quelle qu'en soit les circonstances et les conséquences. En effet, la loi moral vient de la raison et non de l'expérience. De plus, la raison est universelle, cette loi morale est donc valable pour tout homme quel qu'il soit. La loi morale est absolue, c'est-à-dire qu'elle ne tient pas en compte des circonstances et puisqu'on n'en tient pas en compte, ce devoir moral s'applique alors de manière absolu. Il est est de même quel qu'en soit les circonstances.

        Cependant, Kant ne tient pas en compte des conséquences car ce qui importe dans la moral, ce qui va faire qu'on est vertueux ou pas, ce ne sont pas nos actions mais nos intentions. Kant distingue donc agir par devoir et agir en simple conformité extérieur avec le devoir. En effet, seul notre intention importe. Nous ne sommes donc authentiquement moraux que si nous agissons de manière désintéressé pur, c'est-à-dire si nous faisons notre devoir par devoir parce que nous le devons, sans y chercher ni y trouver aucun interêt. Par ailleurs, on ne peux pas être certain que notre volonté soit pur, qu'on agisse de manière totalement désintéressé, on ne peux jamais être absolument sur qu'aucun mobile sensible n'entre en compte donc dans ce qui nous conduit à agir. La question des conséquences de nos actions est complétement secondaire, ce qui explique que le devoir moral doit aussi s'appliquer en toutes circonstances puisque les enjeux moraux concernent la détermination de notre volonté et non les conséquences de nos actions. Toute vérité est donc bonne à dire car c'est un devoir moral et ce devoir moral s'applique de manière absolu, on doit donc toujours dire la vérité quelles qu'en soit les conséquences.

...

Télécharger au format  txt (17.5 Kb)   pdf (103.5 Kb)   docx (12.8 Kb)  
Voir 12 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com