LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Peut On Penser La Liberté Sans La Loi ?

Dissertations Gratuits : Peut On Penser La Liberté Sans La Loi ?. Recherche parmi 274 000+ dissertations

Par   •  15 Avril 2013  •  1 779 Mots (8 Pages)  •  983 Vues

Page 1 sur 8

Peut on penser la liberté sans la loi ?

A première vue, « liberté » et « loi » semblent être deux termes difficilement conciliables car si la liberté est le fait d'agir par soi même sans contrainte, la loi se définit par un ensemble de règles et d'obligations que doit suivre tout individu d'une société. Cette définition ne s'applique qu'à la liberté au sens juridique et politique car même si Voltaire a dit : « La liberté consiste à ne dépendre que des lois », encore faut il distinguer les différents domaines d'applications de ces lois. La loi est donc un obstacle à la liberté mais il ne faut pas oublier que tout obstacle peut être surmonté. Dès lors la forme de la loi semble bien mener à l'obligation et donc à l'opposition du « faire ce que je veux ». Cependant le respect volontaire des lois n'est-il pas preuve de liberté ? L'homme n'est-il pas libre en société car les lois le lui garantissent? De plus, la loi comme obstacle ne permet-elle pas une certaine transcendance ? La liberté n'est-elle pas un objet de l'entreprise humaine ?

Naturellement, nous sommes enclins à penser que nous sommes libres, car notre époque et notre histoire nous déterminent à penser que nous sommes tous des hommes libres. Cela est également défini par la loi. « Tous les hommes naissent libres et égaux ». Mais demandez à quelqu'un dans la rue, et plus particulièrement à un jeune, de vous dire ce qu'est pour lui la liberté ; il vous répondra que la liberté c'est faire ce que l'on veut, et s'il est anarchiste (ou tout autre mouvement contestataire) il vous dira que c'est de faire ce que l'on veut sans qu'aucune autorité ne puisse venir imposer des lois ou des règles. Etre libre c'est agir sans obstacle, sans contrainte. Dans l'Antiquité, la liberté était le statut du citoyen libre de disposer de sa personne et de participer à la vie politique. Il semble donc naturel de penser la liberté comme indépendance puisque par définition la loi est une force extérieure qui impose et donc contraint notre liberté. Mais existe t-il une liberté absolue, libre de toutes lois ?

Selon Hobbes et d’après le sens propre (et généralement admis) du mot, « un HOMME LIBRE est celui qui, s’agissant des choses que sa force et son intelligence lui permettent de faire, n’est pas empêché de faire celles qu’il a la volonté de faire. » (Thomas Hobbes, Léviathan). On peut donc dire que la liberté est forcément régie par les lois de la nature car l'homme ne peut pas faire ce qu'il veut. Ainsi si un homme voulait voler, il ne le pourrait pas (ou du moins, le temps de retrouver le sol) puisqu'il est soumis à la pesanteur et que les lois naturelles qui ont permis de créer son organisme ne lui permettent pas de le faire à travers ces organes. En Chine, la loi impose de n'avoir qu'un enfant, si j'en ai plus je m'expose à de graves sanctions aussi bien financières que juridiques. Ces sanctions sont telles que outrepasser la loi me rend la vie très dure ainsi je ne peux pas prétendre être libre de faire un choix dont je sais qu'il m'est très néfaste. Il est donc illusoire que de penser la liberté absolue, sans relation avec aucune loi. La loi définie donc une limite à mon action, qu'elle soit morale, juridique ou naturelle. La loi se pose donc en obstacle à ma liberté, elle m'empêche de faire ce que je veux, même si cela n'est que ponctuel.

Rousseau disait, « on fait souvent ce qui déplaît à l'autre ». En effet, si les relations humaines étaient harmonieuses (douce utopie) nous ne définirions pas des lois juridiques pour permettre la cohabitation des hommes. La loi, lorsqu'elle émane d'une volonté commune et non d'une autorité arbitraire, est générale car elle provient de la volonté de tous. Donc si la loi est l’œuvre collective, elle a pour fonction de me garantir que les actes d'autrui n'entraveront pas mon bien être et que personne ne pourra m'obliger à faire ce que je ne veux pas. Comme le dit notre déclaration des droits de l'homme : «Art. 4. - La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui » La loi permet donc et assure la liberté de chacun dans une société (démocratique du moins). C'est ainsi que Hobbes affirme que l'objectif de l'état est la liberté, de libérer l'homme de l'état de la nature où la loi du plus fort est encline à détruire notre liberté. Finalement il suffit à Hobbes de comparer l'état de nature et l'état social pour voir ce qu'on gagne et ce qu'on perd par l'instauration de la loi : 

« Hors de la société civile, tout homme peut être dépouillé et tué par n’importe quel autre. Dans une société civile, il ne peut plus l’être que par un seul.

Hors de la société civile, nous n’avons pour nous protéger que nos propres forces ; dans une société civile, nous avons celles de tous.

Hors de la société civile, personne n’est assuré de jouir des fruits de son industrie  ; dans une société civile, tous le sont. »Thomas Hobbes, Le Citoyen.

Pour atteindre cette liberté de droit, il faut vivre dans un état de droit. Il n'y a pas de liberté sans la loi. Si on supprime les lois, on prend le risque de retourner à l'état de nature ou à la guerre. On

...

Télécharger au format  txt (10.4 Kb)   pdf (111.2 Kb)   docx (11.9 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com