LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Ionesco Acte III : Scène Finale

Note de Recherches : Ionesco Acte III : Scène Finale. Recherche parmi 272 000+ dissertations

Par   •  13 Janvier 2013  •  1 079 Mots (5 Pages)  •  749 Vues

Page 1 sur 5

aut de le changer (« Deviendront-elles rugueuse ? »l.10-11) et constate son échec («ça ne pousse pas, l.9). De plus, le verbe « pouvoir » (« je ne peux plus », 1. 22 et 23) est continûment, employé à la forme négative et le modalisateur «vouloir » au conditionnel (« voudrais ». l. 23) : le désir de Bérenger ne parvient ainsi jamais à se réaliser. Impuissant et laid, le personnage est donc l'image du anti-héros.

B. Une construction atypique

La forme de cette scène finale est, elle aussi, atypique. Le dénouement, puisqu’il est l'ultime image que reçoit le spectateur, doit marquer les esprits il se doit donc d'être dynamique et spectaculaire. Or Ionesco a choisi de clore sa pièce sur un monologue, forme théâtrale par excellence statique. Malgré des didascalies, où abondent des verbes d’action (« décroche, s’écarte, enlève, défait, tourne le dos »), le monologue reste essentiellement réflexif. Nulle mort ou retrouvailles improbables dans ce dénouement, nulle métamorphose de Bérenger, mais une délibération angoissée. La récurrence du pronom personnel « je », l’abondance des futurs (« aurai, pourrai, deviendront ») ainsi que la modalité interrogative (« deviendront-elles rugueuses », l.10-11) soulignent que Bérenger réfléchit à son devenir. On note, de plus, que cette scène de dénouement ne remplit pas pleinement sa fonction traditionnelle. Un dénouement classique se doit de clore l’intrigue. Ici, tout reste au contraire en suspens. Certes Bérenger décide, in fine, de résister (« je ne capitule pas ! », l.29) et la modalité affirmative vient supplanter dans la fin de l’extrait les abondantes négations initiales (« Je me défendrai, je suis, je le resterais »). Mais cette décision semble fragile. En effet, peu de temps auparavant, le personnage martelait sa volonté de conformisme (« Je ne peux plus changer. Je voudrais bien, je voudrais tellement », l.22-23). En un « brusque sursaut » (l.25), il fait volte-face. Plus que des réponses, ce dénouement apporte donc des interrogations : Bérenger tiendra-t-il face aux autres ? Réussira-t-il à assumer sa différence ?

II) Le mélange des registres

A. Une scène fantastique

La scène recèle des éléments propres à l’atmosphère fantastique. Tout d’abord, ce sont plus des monstres que des humains qui peuplent l’espace théâtrale. En effet, les habitants de la ville se sont transformés en « rhinocéros », dont Bérenger « écoute les barrissement » (l.14). De plus, le héros aspire à leur ressembler. Le thème de la métamorphose, motif récurent de la littérature fantastique, est au cœur de l’extrait. Les verbes « pousser » (l.9) et « devenir » (l.10) ainsi qu’un abondant lexique du corps (« paumes de ses mains, main, poitrine, peau, corps, poils, nudité ») disent ce désir de changement corporel. Bérenger aspire à devenir une bête « à la peau dure» (l. 13). Le désir d'animalisation du personnage se lit également dans l'évocation de la parole. Le verbe « barrir » (l. 18) cherche à supplanter le verbe « hurler » (l. 18) et les gestes de Bérenger au début de l’extrait sont plus commandés par l'instinct que par la raison puisqu'il « jette par terre avec fureur » les tableaux (l. 4-5). Ainsi, le motif d'une difformité inquiétante est au cœur de la scène et une atmosphère fantas¬tique traverse donc le dénouement.

...

Télécharger au format  txt (6.7 Kb)   pdf (86.1 Kb)   docx (10.7 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com