LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Huis clos de Jean-Paul Sartre

Résumé : Huis clos de Jean-Paul Sartre. Recherche parmi 274 000+ dissertations

Par   •  10 Mars 2022  •  Résumé  •  932 Mots (4 Pages)  •  212 Vues

Page 1 sur 4

Résumé de Huis clos de Jean-Paul Sartre :

Présentation de l’oeuvre :

Un publiciste adultère fusillé pour avoir déserté, une jeune bourgeoise qui a noyé son enfant et poussé son amant au suicide, une employée des postes lesbienne qui a peut-être une mort sur la conscience : les trois se retrouvent en Enfer. Contrairement à ce qu’ils croyaient, l’Enfer n’est pas une chambre de torture mais un salon Second Empire où ils vont – éternellement – s’épier, se provoquer, tenter de se séduire et surtout, se déchirer. On l’aura compris : « L’Enfer, c’est les Autres ». Créé en 1944, Huis clos illustre une réflexion philosophique menée par Sartre un an plus tôt dans L’Être et le Néant, en particulier sur le « regard de l’autre » qui me constitue en « esclave » vis-à-vis de lui. À ce titre, la pièce s’inscrit dans la tradition, vivace jusqu’après la guerre, du « théâtre d’idées ». Mais, en interrogeant le sens même de l’existence par des dialogues de tous les jours, dans un décor bourgeois qui figure un univers irréel, elle annonce aussi le « théâtre de l’absurde » qui triomphera dans les années 1950. Comédie de boulevard à portée métaphysique, elle doit à cette vocation paradoxale d’être aujourd’hui encore, en France et à l’étranger, l’un des plus grands succès du théâtre français contemporain.

Résumé de l’histoire :

Garcin, publiciste adultère fusillé pour avoir déserté, est introduit par un garçon d’étage dans un salon Second Empire qui ne correspond pas à l’idée qu’il s’était faite de l’Enfer. Un lustre ou des lampes y sont allumées pour l’éternité et il devra y vivre les yeux ouverts. Un coupe-papier est déposé sur la cheminée, mais il n’y a pas de livres (scène 1).

Garcin se retrouve seul dans le salon. Il appelle en vain le garçon (scène 2).

Ce dernier introduit Inès, employée des postes lesbienne qui a peut-être une mort sur la conscience, qui cherche son amie Florence et prend Garcin pour le bourreau. Elle est d’emblée agacée par lui (scène 3).

Entre Estelle, jeune bourgeoise qui a noyé son enfant et poussé son amant au suicide. Garcin se tenant, à son entrée,la tête entre les mains, Estelle pousse un cri en le prenant pour un autre. Les trois personnages font connaissance et procèdent à un échange des canapés (scène 4).

Le garçon d’étage sort. Inès entreprend de séduire Estelle. Ils se confient tous les trois la cause de leur mort et découvrent progressivement ce qui se passe sur Terre en leur absence. Ils concluent que c’est le hasard qui les a réunit. Inès décide que chacun d’eux dira ce qui l’a envoyé en Enfer. Estelle ne voit rien d’autre à se reprocher que d’avoir sacrifié sa jeunesse à un vieillard ; le seul tort de Garcin serait d’avoir été fidèle à son idéal pacifiste, qui l’a conduit à être fusillé pour désertion. Inès découvre que « le bourreau, c’est chacun de nous pour les deux autres », puis chante Dans la rue des Blancs-Manteaux. Estelle voit ce qui fut sa chambre, où un miroir lui permettait de se contempler. Inès lui propose de faire office de miroir et lui dessine

...

Télécharger au format  txt (5.8 Kb)   pdf (43 Kb)   docx (9.2 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com