LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Faut-il douter de soi?

Dissertation : Faut-il douter de soi?. Recherche parmi 298 000+ dissertations

Par   •  26 Novembre 2020  •  Dissertation  •  887 Mots (4 Pages)  •  978 Vues

Page 1 sur 4

Faut-t-il douter de soi?

Le doute peut être définie comme une incertittude qu’une personne peut avoir lors d’une prise de décision, d’un risque ou bien d’un défi. Douter de soi signifie ne pas être sûr de soi, de ses capacités et surtout amène un manque de confiance en soi.

Le doute est souvent interprété de manière négative dans le cadre professionnel. Il est associé à un manque de confiance ou de compétence et est bien souvent lié au «sentiment d’imposteur». Mais le doute peut aussi avoir ses bons côtés : il invite au questionnement, à la réflexion et à la vérification de faits. Le doute a son importance dans notre évolution car il amène des prises de conscience pour cheminer vers une meilleure version de nous même. Cependant, douter de soi peut nous paralyser quand cela prend trop d’ampleur et créer de l’anxiété et de la peur dans notre vie.

Personnelement, je crois que douter de soi permet de nous questionner, de réfléchir et de nous amener vers de meilleurs choix.

En référence a divers auteurs, le doute est a la base une source d’intérrogation. Il nait d’un questionnement par rapport a la réalité.

Dans les études philosophiques, on retrouve le doute scientifique. Il est courant pour les scientifiques comme Copernic et Galilée. Ceux-ci ce basaient sur des études mesurables par la science et des appareils spécialisés. À partir de cette façon de prendre position, cela amena beaucoup de contradictions avec les vérités des penseurs spirituels. À cause des frictions entre les scientifiques et les penseurs, est né le doute carthésien. Celui-ci est basé sur des preuves avec des études précises et vérifiables. L’avènement du progrès et de plusieurs avancements prennent source de remise en question des faits. Cela fait appel à l’intuition et à notre capacité de raisonner pour prendre position sur un sujet rencontré. Il y a ceux plus courants et bien présents dans le contexte de vie actuel, les doutes sur notre vie et nos choix.

Dans cet aspect on ne peut se rapprocher de façon certaine à une vérité démontrable.

Il y a tellement d’incertitudes face à l’avenir et nos choix personnels.

Il est facile de douter de soi, quand cela échappe à des certitudes. On aime peu le manque de stabilité et surtout la peur de se tromper. Cependant, l’humain est doté d’une grande capacité d’évolution. En ce sens, le doute peut devenir le catalyseur nécessaire qui nous amène a nous dépasser et à nous adapter à diverses situations.

Toutefois, il existe en philosophie le doute septique extrême cité par Montaigne, comme quoi, ni les sens ni la raison peuvent amener à la vérité. Aujourd’hui, beaucoup de gens ce questionnent de façon excessive sur ce que ce passe et cela provoque de la confusion et de la peur. Il se crée un sentiment qui part d’une intuition ou de pensées parfois négatives. Cela teinte notre vie d’une impréssion inconfortable. Ce doute excessif amène l’humain a perdre confiance en lui. Quand on doute de tout ce qui nous entoure on finit par douter de nous-même innévitablement. On verra ce genre de personne éviter de prendre des décisions, de faire preuve d’initiative de craindre de faire de mauvais choix. Le doute excessif nuit à l’évolution puisqu’il nous rend indécis sur tout. Pourquoi faire des efforts dans nos travaux si nos études n’ont pas de crédibilité à cause de nos doutes? Ce poser continuellement des questions à une connotation négative car cela freine nos élans à poursuivre nos efforts vers l’avant dans nos projets. Cet état nous enlève toute spontaniété et notre légerté.  

...

Télécharger au format  txt (5.5 Kb)   pdf (51.1 Kb)   docx (9.1 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com