LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Accueil des seniors de plus de 50 ans

Dissertation : Accueil des seniors de plus de 50 ans. Recherche parmi 259 000+ dissertations

Par   •  16 Février 2019  •  Dissertation  •  3 276 Mots (14 Pages)  •  375 Vues

Page 1 sur 14

Accueil des seniors de plus de 50 ans

Introduction

Le mot senior signifie étymologiquement « plus âgé ». C'est un mot latin comparatif de senex signifiant « âgé ». Senior s'oppose dans ce sens à junior.                                                                                Le mot senior est fréquemment employé dans le monde du travail pour désigner les personnes en activité professionnelle qui sont en deuxième partie de carrière.                                                                La population française, et celle de l’Union Européenne, vieillit du fait de l’amélioration de l’espérance de vie et du vieillissement de la génération du baby-boom. En 2050, plus du tiers de la population française aura 60 ans. Le poids des actifs au sein de la population totale est amené à décroître. Le rapport entre les actifs et les inactifs passera de 2,2 en 2005 à 1,5 en 2020.

L'emploi des seniors est fortement lié à l'équilibre des régimes de retraite. C'est devenu un enjeu politique à tel point que l'Union européenne fixe des objectifs de taux d'emploi pour les seniors.

I – Présentation : qui, pourquoi 

A partir de quel âge une personne est-elle considérée comme Sénior ?

Il n’existe aucune définition officielle du terme « seniors ».La définition est liée à l’âge, mais où commence la limite varie de façon subjective selon le contexte. Le mot « senior » est quelquefois synonyme de « personne âgée ». Mais le plus souvent, en particulier dans le monde du travail, le terme est employé pour des personnes ayant seulement plus de 45 ou 50 ans. Dans le sport, les seniors sont encore moins âgés.

Quel est l’état des lieux en France concernant l’emploi des Seniors ?

Avec 38,3% (55-64 ans) de seniors occupés, la France se situe en-dessous de la moyenne de l'Union européenne (44,7%) au 15ème rang. C'est la raison avancée par le président de la République pour justifier les mesures annoncées pour favoriser l'emploi des seniors, notamment la possibilité de cumuler un emploi et une retraite

L'emploi des seniors est devenu un enjeu important et même incontournable aussi bien pour les pouvoirs publics que pour les entreprises et les partenaires sociaux. .Le gouvernement, par le biais de son Plan Senior tente de s’y attaquer afin de pouvoir respecter les objectifs européens fixés par le Conseil de Stockholm : à savoir 50% des 55-64 ans en activité d'ici 2010 ! Pourtant, l’affaire n’est pas gagnée….  Dans le plan national concerté pour l’emploi des seniors, il est fait référence aux plus de 50 ans. Nous retiendrons cette définition pour désigner les seniors, tout en gardant à l’esprit que dès l’âge de 45 ans les difficultés liées à l’âge peuvent commencer. De même, l’Accord National Interprofessionnel du 13 octobre 2005 signé entre les fédérations patronales et trois syndicats représentatifs témoigne de l’engagement des partenaires sociaux sur ce thème des seniors. Qui sont les seniors et quel est l’enjeu actuel ? Quel rôle peuvent ou doivent jouer les pouvoirs publics ? Comment les entreprises et les partenaires sociaux peuvent-ils répondre à la problématique de l'âge ?

Les demandeurs d’emploi seniors ont plus de difficultés à se réinsérer sur le marché du travail : plus d’un sur deux est au chômage de longue durée (un an ou plus) et près d’un sur trois est au chômage depuis plus de deux ans. Quand ils sortent du chômage, seulement trois sur dix reprennent un emploi. Dans les faits, à partir de 55 ans, ils sortent principalement vers l’inactivité.

Une récente étude intitulée « Les demandeurs d’emploi seniors » réalisée par l’Observatoire de l’Anpe, parue en mars dernier et passée relativement inaperçue, dresse un portrait statistique des demandeurs d’emploi âgés de 50 ans et plus. Elle souligne notamment, que les chômeurs seniors sont moins nombreux que les jeunes, qu’ils se caractérisent par leurs difficultés à se réinsérer sur le marché du travail et qu’à partir de 55 ans, ils sortent principalement vers l’inactivité.

Même « s’ils sont moins exposés que les plus jeunes au risque de perte d’emploi, une fois au chômage, les seniors ont plus de difficultés à en sortir ». D’ailleurs, selon cette étude, les chômeurs seniors « se caractérisent par leurs difficultés à se réinsérer sur le marché du travail ». Plus de la moitié est au chômage de longue durée et près d’un tiers, depuis plus de deux ans. Ainsi, à « fin décembre 2004, les seniors avaient une ancienneté moyenne de chômage de 21 mois contre 13 mois pour l’ensemble des demandeurs ». Une différence qui varie presque du simple au double.

Selon l’Observatoire de l’Anpe, le taux de chômage des seniors -qui se produit le plus souvent à la suite d’un licenciement- s’élevait en décembre 2005 à 7%. Ce chiffre, moins élevé que celui du chômage des jeunes «
ne décrit que partiellement leur situation sur le marché du travail. En effet, si environ 600.000 demandeurs d’emploi étaient âgés de 50 ans ou plus à fin décembre 2005, 400.000 autres personnes bénéficiaires du régime d’assurance chômage ou du régime de solidarité chômage étaient également sans emploi mais dispensées de recherche d’emploi (voir encadré ci-dessous*) » et donc non comptabilisées. Pourtant comme le souligne l’auteur, une part de ces chômeurs « aurait néanmoins souhaité continuer à travailler ». Au bout du compte, seul un tiers des demandeurs d’emploi seniors retrouvera un travail.

L’Observatoire de l’Anpe souligne par ailleurs «
qu’à partir de 55 ans, la sortie du chômage se fait le plus souvent vers l’inactivité ». Et ce, pour principalement deux raisons. D’une part, à cause de la position spécifique des seniors sur le marché du travail : plus expérimentés, mieux payés, entrant souvent au chômage à la suite de la rupture d’un contrat à durée indéterminée, et recherchant un emploi en décalage avec les offres disponibles. D’autre part, ajoute le rapport, les phénomènes de discrimination à l’embauche liés à l’âge ont été largement démontrés.

«
Ces deux aspects prennent place dans un contexte de politiques et de pratiques de retrait d’activité qui se sont développées pendant plus de quinze, notamment pour faire face aux restructurations » indique l’étude. Pourtant, souligne l’auteur « face au vieillissement de l’ensemble de la population et aux perspectives de stagnation puis de baisse de la population active, cette politique de retrait d’activité » devra être « remise en cause » et « la question du développement de l’emploi des seniors » doit « se poser avec acuité ».

«
Une meilleure connaissance des caractéristiques des chômeurs seniors et des difficultés qu’ils rencontrent constitue un premier pas dans la construction d’actions et d’interventions spécifiques destinées à améliorer le retour à l’emploi de ce public » conclut Danielle Greco.

...

Télécharger au format  txt (20.7 Kb)   pdf (153.1 Kb)   docx (18.1 Kb)  
Voir 13 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com