LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La génération de mai 68 s’est transformée en seniors et est passée de l’âge de la jeunesse à celui de grands-parents : comment ce statut est-il vécu ?

Documents Gratuits : La génération de mai 68 s’est transformée en seniors et est passée de l’âge de la jeunesse à celui de grands-parents : comment ce statut est-il vécu ?. Recherche parmi 262 000+ dissertations

Par   •  13 Mars 2012  •  547 Mots (3 Pages)  •  1 074 Vues

Page 1 sur 3

La génération de mai 68 s’est transformée en seniors et est passée de l’âge

de la jeunesse à celui de grands-parents : comment ce statut est-il vécu ?

Trois documents récents exposent le rapport entre les grands-parents et

leurs petits-enfants : il s’agit d’un article de presse du quotidien Libération

écrit par Marie-Joëlle Gros et Catherine Mallaval en 2009 au titre révélateur

: « Tous les seniors ne sont pas des grands-parents gâteaux », de la

présentation du sujet de Pascal Pistacio « Le rôle des grands-parents »

diffusé dans l’émission « Les Maternelles » sur France 5 en 2005 et d’une

photographie présentant une grand-mère et sa petite-fille. Notre corpus

se compose également d’un poème de Victor Hugo consacré à ses deux

petits-enfants dans le recueil L’art d’être grand-père et intitulé « Georges

et Jeanne » (publié en 1877). Le problème que posent nos documents est

à mettre en rapport avec l’évolution de la société : les grands-parents ontils

eux aussi changé ? Pour répondre à cette question, nous analyserons

la nouveauté de leur statut puis nous nous demanderons si cette dernière

affecte les liens avec leurs petits-enfants.

Le statut des grands-parents s’est modifié comme le met en valeur notre

corpus dont les trois textes évoquent les grands-parents d’autrefois, explicitement

comme Victor Hugo en grand-père admiratif de ses petits-enfants :

il contemple Georges et Jeanne pendant leur sommeil, s’empresse de les

rejoindre quand ils l’appellent. Le poète s’attendrit et s’imagine leurs rêves

pleins de jeux et de gâteaux. Cette image du grand-père rejoint celle que

brossent les journalistes de Libération et de l’émission « Les Maternelles » :

ils sont dix millions à se comporter comme des grands-parents traditionnels,

c’est-à-dire être fiers de leurs petits-enfants qu’ils gardent pendant

les vacances ou ponctuellement, à aimer les fêtes familiales et à se faire

appeler « papy » et « mamie ». Même si le vocable « aïeuls » qui les désignaient

autrefois n'a plus cours, et appartient à une époque où grandsparents

étaient souvent décédés à la naissance des petits-enfants, ou bien

vivaient au sein de la famille, ces grands-parents « traditionnels actuels »

correspondent à l’image véhiculée par

...

Télécharger au format  txt (3.8 Kb)   pdf (60.9 Kb)   docx (9.6 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com