LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Un Barrage Contre Le Pacifique

Compte Rendu : Un Barrage Contre Le Pacifique. Recherche parmi 274 000+ dissertations

Par   •  25 Juin 2014  •  478 Mots (2 Pages)  •  2 051 Vues

Page 1 sur 2

Un barrage contre le Pacifique : incipit

Sur quels horizons d’attente cet incipit laisse le lecteur ?

I. Un incipit à la fois traditionnel et original

On retrouve un certain cadre traditionnel dans cet incipit. En effet, le début est in media res, c’est à dire qu’il consiste à faire commencer le récit au cœur de l'intrigue, à placer le lecteur au milieu de l'action, les événements qui précèdent n'étant relatés qu'après coup. C’est une technique narrative particulière souvent utilisée dans les scènes d’expositions. Les personnages ici présentés sont Joseph, et deux autres personnages (la sœur et la mère) qui ne sont pas nommés dans ce passage. Le cadre est donc posé : ils vivent dans la misère, et ont une existence difficile.

Ce qui fait l’originalité de cet incipit, c’est le cadre spatio-temporel flou : « Ram » apparaît comme un village. On ne sait pas réellement où se situe cet endroit : on sait juste qu’il y a une plaine désertique. Le cadre temporel est peu présent : on ne trouve pas de dates précises. De plus, il n’y a pas de réelle présentation physique des personnages : nous n’avons qu’un nom, Joseph, puis vient ensuite la mère et le dernier personnage qui n’est pas nommé.

II. Un incipit qui annonce et symbolise ce qui va suivre

Marguerite Duras commence son roman par une fin. En effet, le roman commence par un plus que parfait, comme si c’était déjà accompli, que l’histoire est déjà passée et que tout est déjà terminé. L’Incipit annonce en réalité que ce sera un roman de l’échec, comme nous le montre « même si tout échoue lamentablement ». La malchance plane sur cette maison, comme nous le montrera la déveine toute la vie de la mère.

L’incipit de ce roman annonce la mort de la mère : il y a une certaine insistance sur l’âge du cheval. En effet, il y a une modélisation avec le superlatif : « trop vieux », et le comparatif de supériorité « bien plus vieux que la mère ». De plus, le mot « vieillard » est normalement pour les hommes, pas les animaux. Le début de phrase met déjà en relief la fin : l’idée de mort qui se ressent dans cet incipit est dans tout le roman.

Cet incipit remplit en quelque sorte sa fonction traditionnelle car il renseigne malgré une certaine volonté de Marguerite Duras de garder le flou : un des personnages n'est pas cité, les lieux et l'époque non plus. Malgré le manque d’éléments, on peut percevoir une prolepse, une annonce, de plusieurs évènements qui vont se dérouler plus tard dans le roman, tels que la mort de la mère, ou l’ambiance, morose, qui va rester tout au long du récit.

...

Télécharger au format  txt (2.7 Kb)   pdf (51.8 Kb)   docx (8.8 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com