LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Le Théâtre Peut être Le Lieu De La Plus Grande Liberté, De L'imagination La Plus Folle

Commentaires Composés : Le Théâtre Peut être Le Lieu De La Plus Grande Liberté, De L'imagination La Plus Folle. Recherche parmi 279 000+ dissertations

Par   •  12 Mai 2013  •  823 Mots (4 Pages)  •  1 520 Vues

Page 1 sur 4

Eugène Ionesco est un auteur dramatique roumain né en 1912 le 26 Novembre à Slatima, il écrit Notes et Contre Notes qui est un ouvrage rassemblant des textes très divers qui répondent aux critiques des contemporains et livrent les principes de son art dramatique. Le discours sur l’avant-garde d’où est tirée notre citation «le théâtre peut être le lieu de la plus grande liberté, de l’imagination la plus folle » a été publié en 1966. Ceci nous invite donc a ce demandé si il existe des limites au théâtre, si oui lesquelles et sont elle encore valable aujourd’hui ?

Nous verrons donc tout d’abord qu’en effet le théâtre peut être perçu comme un lieu ou l’imagination n’a pas de limite grâce a certain trais de celui-ci, mais que cette liberté n’a pas toujours était possible. Nous finirons par voir l’évolution de ce genre et montrer que malgré cette évolution son but est toujours le même.

Le théâtre peut être vu comme un lieu de grande liberté et d’imagination, tout d’abord lorsqu’il est écrit, donc lu par un lecteur et non vu par un spectateur. Mais aussi lors d’une représentation ou les extrêmes des sentiments et des genres montrent cette liberté.

En effet lorsque la pièce est lu, l’auteur essai au maximum d’être fidèle a son histoire, a ce qu’il veut dire. Les didascalies souvent très présentent et très nombreuses montrent cette envie de précision de l’auteur. Par exemple dans l’acte I de Rhinocéros on peut voir qu’il y a plus de didascalie que de paroles, l’auteur veut faire ressentir au lecteur ce qu’il désir. Mais malgré tout ces efforts l’imagination est quand même extrêmement présente, le lecteur en lisant ces didascalie s’imagine forcement le décor, les personnages, les costumes et leur mimique et tout ces éléments sont extrêmement important pour la compréhension de la pièce. Malgré cette importance cela n’empêche pas le lecteur de comprendre la pièce, mais chaque personnes interprétera peut être différemment un geste ou un mot selon la façon dont il l’imagine être fait ou prononcé. Cette liberté d’imagination peut également être voulu par l’auteur, des effets de distanciation peuvent être utilisé comme par exemple dans la mise en scène des Caprices de Marianne par Lambert Wilson en 1994 a Paris ou il annonce l’arrivée d’Octave dans l’acte I scène 1 par une musique dissonante. Il souligne ainsi la fantaisie, mais aussi le malaise de ce personnage. Dans « Finissez vos phrases » de Jean Tardieu extrait de La Comédie du langage on observe une forme d’imagination malgré les didascalies. En effet les personnages sont présentés comme quelconque, nous n’avons aucune information précise sur eux ou même sur le lieu ou ils se trouvent, tout est flou et imprécis mais ceci est voulu par l’auteur. De plus l’aspect comique de ce texte qui renforce le besoin d’imagination constant du spectateur est le fait que, comme l’indique le titre de l’œuvre, aucunes phrases dites pas les personnages ne sont terminé. Le lecteur ou le spectateur doit donc deviner, imaginer ce que veulent dire ces personnages, l’auteur malgré l’idée précise qu’il doit avoir de ces fins de phrases donne une liberté totale aux lecteurs, les laissant choisir a leur guise la véritable histoire de cette pièce.

Le

...

Télécharger au format  txt (5.1 Kb)   pdf (71.3 Kb)   docx (9.7 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com