LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Interrogation sur le poème: "Strophes pour se souvenir" de Louis Aragon.

Commentaire de texte : Interrogation sur le poème: "Strophes pour se souvenir" de Louis Aragon.. Recherche parmi 274 000+ dissertations

Par   •  18 Février 2012  •  Commentaire de texte  •  1 513 Mots (7 Pages)  •  2 103 Vues

Page 1 sur 7

Corrigé : « Strophes pour se souvenir »

Louis Aragon

1) Quelles remarques pouvez-vous faire en ce qui concerne la forme de ce poème (mètre, strophes, rimes) ?

Mètre = alexandrin

7 strophes de 5 vers = 7 quintils

abbab- cbbcb – dbbdb – ebbeb – fbbfb – gbbgb – hbbhb : répétition d’une même rime en [an] tout au long du poème

Absence de ponctuation

Vers libres malgré une certaine régularité

2) Distinguez trois situations d’énonciation différentes dans ce poème, en observant notamment les pronoms personnels et les adjectifs possessifs : qui s’adresse à qui, quand et pourquoi ? Quels moyens typographiques aident le lecteur à les repérer ?

- v. 1 à 18 : le poète (« nos ») s’adresse aux résistants (« Vous », « vos ») « onze ans » après l’événement relaté, afin d’en conserver le souvenir.

- v.19 à 30 : vers en italique, paraphrase poétique de la lettre de Manouchian, l’énonciateur est ce résistant (« je », « moi », « nos », « mon »), le destinaire est sa femme Mélinée (« toi », « ma Mélinée », « te »). Il s’agit d’une reprise de la lettre réelle écrite par Manouchian avant son exécution.

- V.31 à 35 : narration à la 3ème personne, le poète n’est plus présent dans les vers (« Ils »), recul, conclusion.

3) Quels éléments de l’Affiche rouge Aragon évoque-t-il ?

Aragon évoque les « portraits (…) Noirs de barbe et de nuit hirsutes menaçants » des résistants. Souligne le choix de photos présentant des individus à l’apparence inquiétante (cf. hypallage « de barbe et de nuit » + gradation). Il fait allusion à la couleur rouge de l’affiche qu’il compare à « une tache de sang », mettant par là en relief l’objectif recherché par les propagandistes, à savoir l’association dans l’esprit des Français, entre les résistants et le sang, le crime. Il parle également des légendes présentes sous les portraits : « à prononcer vos noms sont difficiles ».

4) Selon lui, quel effet cette affiche veut–elle provoquer ?

L’évocation de cette affiche est très subjective : Aragon ne se contente pas de décrire l’Affiche rouge, mais offre en même temps son interprétation, qui consiste en une dénonciation des effets recherchés par les propagandistes sur les passants. En effet, les portraits offrent des résistants des images angoissantes (ressemblent à des fous furieux). Adjectifs qui mêlent la description du visage et le trait dont il serait révélateur : l’hostilité, le danger. La couleur rouge est destinée à les associer au sang et au crime, leurs noms sont inscrits parce que leur consonance étrangère les rend antipathiques et inquiétants (inversion du verbe à l’infinitif montre comment la rhétorique nazie associe dangerosité et identité étrangère). Selon Aragon, cette affiche veut provoquer « un effet de peur » (faire peur et non convaincre par des arguments, toucher l’être humain dans ses sentiments primaires et non le faire réfléchir).

5) Quelle est l’attitude des Français occupés vis à vis de cette affiche ? Relevez les allusions au contexte temporel et historique.

L’attitude des Français, désignés par des noms, des GN ou des pronoms les présentant comme un ensemble anonyme, est double :

- durant le jour : indifférence apparente (« sans yeux pour vous le jour durant »)

- pendant la nuit : solidarité et reconnaissance secrètes

La synecdoque et l’hypallage « des doigts errants » mettent en relief cette duplicité des Français. Combat collectif et anonyme qui contredit la « peur » des passants, voire l’hostilité à ces étrangers attendue par les occupants. L’inscription « Morts pour la France » qui figurera après la guerre sur de nombreuses plaques dans les rues des villes insurgées, confirme cette opposition entre les résistants de la nuit (cf. Editions de minuit) et les indifférents du jour, également signifiée par les conjonction « Mais » en milieu de strophe, pour marquer le basculement entre le jour et la nuit, une attitude et son contraire.

Double opposition :

- indifférents et collaborateurs = résistants

- résistants muets et inactifs le jour = combattant la nuit

Références au contexte historique : « les mornes

...

Télécharger au format  txt (8.8 Kb)   pdf (102.4 Kb)   docx (12.1 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com