LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Cyrano de Bergerac, Acte V, scène 5

Commentaire de texte : Cyrano de Bergerac, Acte V, scène 5. Recherche parmi 262 000+ dissertations

Par   •  13 Juin 2012  •  Commentaire de texte  •  670 Mots (3 Pages)  •  5 722 Vues

Page 1 sur 3

CYRANO Texte 5 Acte V Scène 5

La scène de l’aveu (v. 2431 à 2472)

Depuis : « ROXANE, debout près de lui

Chacun de nous a sa blessure » Jusqu’à : «  CYRANO

Pourquoi?... Le Bret et Ragueneau entrent en courant ».

Q1 Expliquez le terme « généreuse imposture »

Scène d’aveu amoureux. Cyrano répond enfin à l’injonction de son ami Le Bret « Tu l’aimes, dis-le lui ! » (I, 5) : aveu indirect juste avant de mourir. La révélation de la « généreuseb imposture » à la principale intéressée, qui jusque-là l’ignorait, est, sur le plan dramatique (il faut que le dénouement soit nécessaire et complet), motivée par la mort imminente de Cyrano.

- « Généreuse » car elle rappelle le sacrifice que Cyrano fait de son amour pour tenir la parole donnée à Christian. Ce sacrifice est d’une grande noblesse.

- « Imposture », car il s’agit d’un jeu de déguisement et de masques qui a perverti les sentiments éprouvés par les trois personnages. Deux sur les trois vivants dans l’illusion d’un amour qui lui est destiné en propre, le troisième souffrant de ne pouvoir le manifester. Cet aspect renvoi à la compromission et au mensonge ; il ne s’inscrit pas dans les valeurs nobles.

L’association des deux souligne l’aspect oxymorique et contradictoire du conflit amoureux.

Q2 Quel effet produisent les stichomythies ?

C’est lors de la lecture de la lettre que le texte va adopter un rythme rapide par des stichomythies. La lettre est le prolongement de cette imposture (puisque c’est par le sang de Christian dont elle est tachée, qu’elle a acquis une certaine authenticité, imposant à Cyrano de poursuivre son silence durant ces quinze années. Il semble juste que ce soit elle qui révèle la tromperie et assure le « coup de théâtre ».

Cyrano rejoue une dernière fois son rôle ; née il y a bien longtemps de sa propre plume, la lettre lui revient et lui permet de son usage initial : il annonce sa mort.

L’oralisation de la lettre « tout haut » amène la révélation libératrice. La didascalie précédente nous apprend que Roxane retourne à son ouvrage. Elle ne peut le faire, «s’arrêtant, étonnée » la nuit étant tombée et Cyrano n’en étant pas affecté dans sa « lecture ». Deuxième indice : la voix. Sensualité et sentimentalité de la voix. Roxane est d’abord émue avant de comprendre. C’est la vérité du cœur qui précède les déductions logiques, offrant une conception romantique. Les interruptions : « Vous la lisez… d’une voix… d’une voix… » s’expliquent par le fait que Cyrano poursuit sa « fausse » lecture (puisqu’il récite par cœur) et qu’il est totalement pris dans cette ultime déclaration. Le trouble de Roxane se traduit par le passage de répliques articulées (phrases verbales, déclaratives, vers complets) à des vers coupés (phrases nominales, modalité exclamative ou interrogative, versification bouleversée…). Le jeu du déni de Cyrano (de plus en plus faible « C’était vous…/ Non ») prolonge le rythme saccadé

...

Télécharger au format  txt (4.2 Kb)   pdf (68.2 Kb)   docx (9.7 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com