LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Comparaison entre Jacques Cartier Et Le Baron De Lahontan

Mémoire : Comparaison entre Jacques Cartier Et Le Baron De Lahontan. Recherche parmi 279 000+ dissertations

Par   •  14 Août 2013  •  1 745 Mots (7 Pages)  •  3 597 Vues

Page 1 sur 7

Point de vue : Malgré des façons de faire et des moyens de communications différents, le message des deux écrivains semble être le même. Le colonisateur veut imposer ses idées aux colonisés ; mais le sentiment réel exprimé dans ces deux textes est finalement très contradictoire.

Argument principal 1

À première vue, le message des deux textes est similaire et place la religion Chrétienne et les coutumes françaises au premier plan et en position de supériorité.

Sous-argument 1.1 Sous-argument 1.2

Dans Voyage en Nouvelle France Jacques Cartier montre les arguments qui lui ont permis d’imposer la croix chrétienne aux amérindiens malgré leur réticences à voir l’objet planté sur leurs terres. Dans Dialogues de Monsieur le baron de Lahontan et d’un Sauvage dans l’Amérique, le Baron explique à l’amérindien Adario pourquoi il ne pourrait jamais s’approprier les coutumes amérindiennes tant ces dernières sont ridicules comparées à celles des français dont il ne pourrait se passer.

Illustration 1.1 Illustration 1.2

« Et cette croix, la plantâmes sur ladite pointe devant eux […] (ligne 7)

[…] et il nous fit une grande harangue, nous montrant ladite croix, et faisant le signe de la croix avec deux doigts ; et puis il nous montrait la terre, tout à l’entour de nous, comme s’il eût voulu dire, que toute la terre était à lui, que nous ne devions pas planter ladite croix sans sa permission ».

(ligne 12) « […] Je ne vois point de métamorphose plus extravagante à un Français que celle de Huron. Est-ce que je pourrais résister aux fatigues dont nous avons parlé ? (ligne 6)

[…] Pourrais-je me colorer le visage de vingt sortes de couleurs comme un fou ? Ne boire que de l’eau d’érable ? Aller tout nu durant l’été, me servir de vaisselle de bois ? M’accommoderais-je de vos repas continuels ? (ligne 9)

[…]Vivrais-je avec des gens sans civilité qui, pour tout compliment, ne savent qu’un je t’honore ? Non, mon cher Adario, il est impossible qu’un Français puisse être Huron » (ligne 12)

Explication 1.1 Explication 1.2

Jacques Cartier n’est nullement désolé d’avoir planté cette croix sans autorisation, il agit comme si la terre lui appartenait déjà et qu’il y avait déjà tous les pouvoirs. En plantant cette croix, il tente déjà d’imposer le christianisme aux civilisations amérindiennes.

Le simple fait de s’imaginer Huron est inconcevable pour le Baron de Lahontan. Il ne se voit en aucun cas pratiquer les coutumes amérindiennes sans se ridiculiser ou sans que ses habitudes françaises lui manquent mais il ne voit pas la difficulté pour un amérindien de pratiquer les rites français, qui sont, à prime abord, plus respectables.

Argument principal 2

Après une étude plus approfondie des textes, on comprend que les moyens de communiquer son différents mais surtout que les deux explorateurs tente de démontrer leur supériorité de façon différente.

Sous-argument 2.1 Sous-argument 2.2

Par un langage des signes et une manipulation certaine (explication religieuse, besoin pour aider la navigation et promesse de cadeaux), Jacques Cartier parvient à faire accepter au chef amérindien la présence de la croix chrétienne sur ces terres. Il ne lui laisse pas le choix.

Dans une langue qui est la même, Lahontan et Adario expose leurs points de vue différents. Les deux semblent être assez évolués pour se comprendre clairement à travers les mots et chacun peut ainsi s’exprimer librement en se respectant.

Illustration 2.1 Illustration 2.2

« […] en nous faisant plusieurs harangues que nous ne comprenions pas. » (ligne 28)

« Et étant entrés ils furent assurés par le capitaine qu’ils n’auraient nul mal, en leur démontrant grands signes d’amour ; et on les fit boire et manger, et faire grande chère. Et puis leur montrâmes par signes, que ladite croix avait été plantée comme borne et balise pour entrer dans le havre ; et que nous y retournerions bientôt, et leur apporterions des articles de fer et autres choses ; » (ligne 18) « Adario .— [...] Crois-moi, mon cher frère, songe à te faire Huron pour vivre longtemps. » (ligne1)

« Lahontan. Non, mon cher Adario, il est impossible qu’un Français puisse être Huron, au lieu que le Huron se peut aisément faire Français. » (ligne13)

Explication 2.1 Explication 2.2

La communication entre les deux peuples est difficile et ne s’effectue que par les signes.

Jacques Cartier et son équipage ne souhaitent pas comprendre les demandes du chef amérindien. Il impose ses choix en manipulant ce dernier et en l’amadouant avec des promesses de cadeaux. Il va même jusqu’à amener en Europe avec lui deux des fils du chef sans vraiment savoir s’ils sont consentants. Les deux parties exposent tour à tour leurs arguments opposés. On sent un certain respect dans leur façon de se parler puisque ces derniers utilisent des surnoms respectueux comme « mon cher frère » ou «mon cher ». Les deux utilisent aussi le même registre de langue et s’expriment de façon soutenue, ils semblent être égaux au niveau d’éducation.

Argument principal 3

Malgré un message qui semble être le même, Cartier exprime dans son texte descriptif un sentiment réel de supériorité de son peuple et de sa religion que l’on peut ressentir dans sa manière d’écrire alors que Lahontan se sert du personnage d’Adario pour critiquer l’importance donnée à la religion chrétienne

...

Télécharger au format  txt (11 Kb)   pdf (126.8 Kb)   docx (12.7 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com