LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commentaire de texte du dénouement du roman De Pierre Et Jean de Guy de Maupassant

Mémoires Gratuits : Commentaire de texte du dénouement du roman De Pierre Et Jean de Guy de Maupassant. Recherche parmi 259 000+ dissertations

Par   •  22 Janvier 2014  •  409 Mots (2 Pages)  •  3 158 Vues

Page 1 sur 2

(Introduction: ) A la fin de Pierre et Jean nous assistons au départ de Pierre qui parce qu'il a découvert l'infidélité de sa mère se résout à quitter les siens.

(Problématique: ) Comment est décrit le départ de Pierre ?

(I. Un départ Tragique

1- Une scène d'adieu inévitable)

Ce qui est paradoxal dans cette fin de roman c'est que ce soit P le fils légitime qui parte. Au début du roman le départ de l'un des deux freres etaut présagé puisque symboliquement l'un était en trop dans la barque, cette scène d'adieu est alors inévitable.

De plus Mme.Roland semble impuissante fasse au destin qui s'accompli et qui s'exprime par la double comparaison : " haut comme une montagne et rapide comme un train" -> Le paquebot est gigantesque et Mme.R est incapable de changer le destin de son fils P.

L'anaphone "sur ce bateau" s'ymbolise cette fatalité. On observe le champs lexical de la disparition : " il s'en allait, il fuyait, il disparaissait" -> gradation, cette figure de style accentue la dimension tragique de la scène.

(2. Le champs lexical de la souffrance) Le desepoir de Mme.R se manifeste dans ses gestes et dans les sentiments qu'elle éprouve : comme dans une scène de théatre certaine infos fonctionnent comme des didascalies " Mme Roland tendit les bras vers lui " et soulignent donc la souffrance du personnage.

Ensuite les pleurs de Mme.R sont révélés au discours direct par la question posée par son mari : "Pourquoi pleures-tu ?".

Les adjectifs "éperdu et affolée" témoignent de son chagrin. Deplus quand le narrateur évoque P c'est en ces termes : "son pauvres fils, son enfant", le possessif souligne le lien de parenté qui unit la mère au fils.

(3.Un dépaet vécu comme une mort)

Le dépaart de P semble etre définitif " sur ce bateau qu'elle n'apercevait plus", "elle ne reverraut jamais plus son enfant". La négation "ne plus" traduit l'impossibilité d'un eventuel retour.

Cette impression de mort se traduit aussi du coté de Mme.R " Et il lui semblait que la moitié de son coeur s'en allait avec lui, il lui semblait aussi que sa vie etait fini, il lui semblait encore qu'elle ne reverrait jamais plus son enfant". Dans cette phrase l'anaphore, la gradation et le rythme ternaire accentuent le désespor de Mme.R dont la vie est un naufrage. De son lien avvec son fils " il ne (reste) qu'une petite fumée grise" la restriction "ne que" insite sur l'impression de mort que laisse cette fin de roman.

...

Télécharger au format  txt (2.4 Kb)   pdf (50.7 Kb)   docx (8.8 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com