LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Analyse de la scène 8 Acte III de la tragédie Andromaque de Jean Racine

Mémoires Gratuits : Analyse de la scène 8 Acte III de la tragédie Andromaque de Jean Racine. Recherche parmi 263 000+ dissertations

Par   •  14 Mars 2013  •  406 Mots (2 Pages)  •  878 Vues

Page 1 sur 2

1 –Etudiez le lyrisme des propos d’Andromaque. Le recours constant au pluriel, nos palais, mes frères morts, des vainqueurs, des mourants, agrandit l’action. Le champ lexical du feu du sang, des cris condense toute la violence de la scène. C’est une véritable reconstitution de la ville en feu où se déroule le plus atroce des carnages que brosse Andromaque. A l’intérieur de cette incantation mélodieuse, les substantifs abstraits élargissent le spectacle : nuit cruelle, rime avec nuit éternelle, qui prolonge le deuil dans la mémoire. Le thème de la nuit possède lui aussi une valeur. Dans le souvenir d’Andromaque il s’identifie à la nuit cruelle, à la nuit éternelle, c’est-à-dire la chute de Troie. En se remémorant la défaite de Troie et l’image de son mari qu’elle aime, elle peint un tableau tragique de la situation et de Pyrrhus ; elle voit en lui un roi destructeur de sa ville et de sa vie., « tueur ». N’oublions pas qu’A.. est une épouse fidèle, une mère aimante mais aussi une princesse. Ici on retrouve les 3 images.dans une situation tragique ? A. n’a que 2 choix : soit elle épouse Pyrrhus et son enfant est sauvé mais elle est alors infidèle à Hector, soit elle n’épouse pas Pyrrhus, elle perd son enfant et reste fidèle à Hector. Andromaque est déchirée entre sa fidélité à Hector qui lui impose de na pas épouser Pyrrhus, et son amour maternel qui, pour sauver Astyanax, l’oblige à s’unir à Pyrrhus. A. défend les valeurs d’une femme fidèle à Hector « amour » et aussi celle d’une mère « amour maternel ». 3-Quelle argumentation A. développe-t’elle ? Quelle est la place de cette argumentation dans ses souvenirs ? Bien que la guerre de Troie soit achevée, celle-ci demeure constamment présente à l’esprit des personnages. Ils semblent marqués par le sang, la nuit, la cendre et le sacrifice. La vision épique du vers s’agrandit à des reconstructions historiques qui s’imposent dans l’esprit du spectateur. Est épique tout événement grandiose, généralement une bataille qui modifie ou façonne l’histoire d’une nation. Andromaque revit intensément la prise de Troie par les grecs. L’anaphore « songe » encadre la narration. L’impératif des verbes, songer et se figurer qui s’adresse à la confidente Céphise ainsi qu’aux spectateurs cherche à créer la vision elle-même selon le procédé de l’hypotypose. la répétition des sons nasalisés on contenus dans le songe ainsi que l’allitération en ze suggèrent une plainte assour

...

Télécharger au format  txt (2.5 Kb)   pdf (50.8 Kb)   docx (8.6 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com