LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Le Rire selon Rabelais

Dissertation : Le Rire selon Rabelais. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  17 Novembre 2011  •  Dissertation  •  1 711 Mots (7 Pages)  •  610 Vues

Page 1 sur 7

Le rire est naturel, il détend notre corps et permet à notre esprit de s'évader. RABELAIS pourtant en propose une autre vision, plus didactique, plus profonde, il en est de même pour « le Dictateur » réalisé et interprété par Charlie CHAPLIN qui dès le début des années 40 enseigne les dangers de l'autoritarisme à travers la caricature d'un dictateur ressemblant trait pour trait à Adolph HITLER. Henri BERGSON et Laurence CONSALVI attribuent au rire une fonction plus sociale, plus collective. Mais quelles sont les fonctions du rire ? Comment s'en sert-on et surtout pourquoi est-il nécessaire ?

Le rire selon RABELAIS est le propre de l'homme, l'auteur préconise de l'utiliser largement, il lui attribue une fonction précise destinée à charmer, tromper mais pour mieux séduire. Il explique par exemple que ses œuvres aux titres parfois comiques cachent des propos qu'il est bon d'analyser, de découvrir. Henri BERGSON parle de la nécessité de donner au rire une fonction utile voire sociale et lui confère une idée directrice. Laurence CONSALVI dans « des écla....boussures de rire » vectorise le rire, elle dit qu'il trahit les sentiments, les jugements, les intentions d'un individu, elle cite d'ailleurs Eric SMADJA qui décrit les communications non verbales. Elle ajoute que le rire a une fonction sécurisante et donne en exemple une projection de film ayant pour but d'effrayer qui provoque un rire nerveux parce que le spectateur sait qu'il s'agit de fiction. CHAPLIN en réalisant le « Dictateur » offre au rire une fonction ludique. En voyant l'affiche, puis le film, le public doit comprendre qui est le Dictateur et appréhender la réalité à travers les turpitudes d'un clown. Eric SMADJA dont les propos sont relevés par Laurence CONSALVI, explique que le rire a pour but de provoquer, il fait un bras d'honneur à la mort, à la maladie à la souffrance. Le rire est également fédérateur, BERGSON dit « on ne goûterait pas le comique, si l'on se sentait isolé, il semble que le rire ait besoin d'un écho ».

On peut se servir du rire comme d'une arme. RABELAIS dans « Gargantua - prologue » explique que Socrate doté d'un physique très ingrat était jugé extérieurement pour son aspect ridicule mais le philosophe se servait de cela pour approcher toutes les couches de la société. Personne ne se méfiait de la profondeur de son intelligence et de la clarté de son esprit. BERGSON explique que le rire est accompagné d'insensibilité, que si l'homme se moque il doit avoir le cœur anesthésié. Dans « le Dictateur » de Charlie CHAPLIN, le Dictateur HYNKEL s'adresse pendant huit minutes au public pour un discours destiné à éveiller les consciences, il se sert là clairement des mêmes armes que celles du vrai dictateur, la propagande. Eric SMADJA pense pour sa part que le rire est provocateur. S'il est cadré dans des programmes précis il peut être subversif et sans limite. BERGSON souligne pour sa part le rire généré par un groupe qui pourtant est propre à ce groupe et pas à vous. On s'en sert comme d'un outil communautaire spécifique, BERGSON donne l'exemple de plusieurs personnes qui rient dans un wagon entre elles, vous êtes à l'extérieur mais ne riez pas puisque vous êtes en dehors du cercle. A l'inverse BERGSON nous entraîne au théâtre où la gaîté est de mise et le rire général.

Le rire fait donc partie de la nature humaine il est nécessaire. Le film « le Dictateur » de Charlie CHAPLIN traduit le besoin de montrer un Hynkel comique pour que l'on puisse rire sans retenue d'un dictateur, maître en son pays qui ne tolère aucun écart et qui terrorise son peuple. Le caractère tragique de cette situation devient ainsi plus légère. Le préambule poétique au prologue du livre de RABELAIS « Gargantua » est clair « dépouillez-vous de tout tourment » et « mieux vaut traiter du rire que des larmes ». BERGSON explique de son côté que rire ne peut être couplé avec l'émo-tion , il permet à l'homme de se libérer des contraintes de la vie et de se laisser aller sans retenue, il écrit «des âmes invariablement sensibles, accordées à l’unisson de la vie, où tout événement se prolongerait en résonance sentimentale, ne connaîtraient ni ne comprendraient le rire ». D'après Laurence CONSALVI le rire est nécessaire car il permet de se moquer de soi. Elle parle des personnes qui viennent au FANTAFESTIVAL, un festival du cinéma fantastique et qui abordent les films projetés avec peur et amusement. Le rire est nécessaire parce qu'il permet de parler de choses interdites ou sensibles en toute liberté. Eric SMADJA dit «les interdits, les tabous qui, traités par le biais de l’absurde, deviennent un objet risible ». CHAPLIN avait bien développé cette nécessité dans le « Dictateur ».

Le rire n'est pas seulement une réaction naturelle de notre corps, il a bien d'autres fonctions sociales, ludiques ou encore nécessaires. Il est libérateur et même thérapeutique Delphine DELARUE dans « la thérapie par le rire » écrite en 2008 nous parle de Clémentine DUNNE une comédienne qui anime des ateliers de thérapie par le rire et qui organise des ateliers pour des seniors, des malades et des personnes

...

Télécharger au format  txt (10.1 Kb)   pdf (114.7 Kb)   docx (12.2 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com