LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La Femme Est-elle La Seule Source De L'écriture Poétique

Compte Rendu : La Femme Est-elle La Seule Source De L'écriture Poétique. Recherche parmi 254 000+ dissertations

Par   •  5 Mai 2014  •  993 Mots (4 Pages)  •  2 775 Vues

Page 1 sur 4

Dissertation sur la poésie

Introduction :

D’après Paul Valéry, dans Tel Quel «La plupart des hommes ont de la poésie une idée si vague que ce vague même de leur idée est pour eux la définition de la poésie ».

Ainsi, Ronsard écrit « Le jour où je fus né, le Démon qui préside/Aux muses me servit en ce monde de guide ». Il met donc en avant une exclusivité de son inspiration, de ses muses, les femmes.

Cette définition que nous propose Ronsard rend-elle compte de toutes les possibilités d’inspiration ? La femme est-elle la seule source de l’écriture poétique ? Les poètes ne sont-ils pas inspirés par le monde qui les entoure ? Leurs textes n’ont-ils pas d’autres sujets que la femme ?

Même si la poésie est souvent rattachée à l’éloge de la femme aimée, à l’expression du lyrisme amoureux, ce genre littéraire peut souvent prendre une tournure plus engagée et s’inspirer des souffrances du monde.

Thèse numéro 2 :

Malgré cette image de la femme souvent présente dans la poésie tant pour lui rendre hommage que pour évoquer son mystère ou encore les sentiments amoureux, certains poètes choisissent de tremper leur plume dans des sujets plus engagées qui leurs tiennent à cœur. Ils dénoncent ainsi les souffrances observées et s’inspirent de ce qui les entoure, des milieux dans lesquels ils vivent.

En effet, la misère du monde a toujours fait couler beaucoup d’encre. On retrouve d’ailleurs de nombreux poètes qui ont fait de la guerre leur principale muse. Guillaume Apollinaire par exemple s’est engagé volontairement dans les troupes françaises. Lorsqu’il était dans les tranchées, il échangeait avec Lou, sa bien-aimée une correspondance épistolaire en forme de poèmes, poèmes où certes l’amour prend une place importante mais dans lequel, le poète exprime sa crainte face au front. IL mêle ainsi lyrisme et violence de la guerre comme dans ses deux célèbres vers : «Un obus éclatant sur le front de l'armée /Un bel obus semblable aux mimosas en fleur ». Arthur Rimbaud quant à lui, est un poète révolté. Il écrit en 1870 Le Mal, extrait du recueil nommé poésie. Dans ce poème, Rimbaud dit que la guerre c’est mal, dénonce son horreur et sa boucherie, ainsi que la souffrance de la mère qui donne naissance à des enfants qu’elle voit ensuite mourir. Son autre texte, Le Dormeur du Val, connu pour la sobriété de sa dénonciation, est l’un des plus célèbres poèmes inspirés de l’horreur de la guerre. Arthur Rimbaud, nous mène facilement, ici, sur une autre piste, nous fait croire à un soldat entrain de dormir jusqu’à la fin du poème. Le dernier vers joue le rôle d’une chute brutale pour le lecteur qui comprend enfin que la situation du soldat, un soldat mort en défendant sa patrie. Ce vers « Tranquille. Il a deux trous rouges au coté droit » reste tout de même implicite tout comme le reste du poème. Le poète n’utilise en effet à aucun moment le mot « mort ».

Beaucoup d’écrivains français marquent leurs distances par rapport au régime de Pétain et à l’occupant allemand. Certains même participent à la Résistance par leur plume ou en s’engageant dans des réseaux. En effet, la période de la guerre et de l’occupation

...

Télécharger au format  txt (6 Kb)   pdf (82.2 Kb)   docx (10.4 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com