LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Figaro est-il un valet de comédie traditionnel dans le Mariage de Figaro ?

Dissertation : Figaro est-il un valet de comédie traditionnel dans le Mariage de Figaro ?. Recherche parmi 237 000+ dissertations

Par   •  16 Février 2020  •  Dissertation  •  4 463 Mots (18 Pages)  •  3 250 Vues

Page 1 sur 18

Le XVIIIème siècle en France est une période spectatrice de nombreux changements majeurs, qu’ils soient dans la société, avec la Révolution Française à partir de 1789, en philosophie, avec le développement des idées des Lumières ou en littérature, première fois que les auteurs assument s’éloigner du classicisme et de l’Antiquité. C’est dans ce contexte prérévolutionnaire que l’ancien horloger du Roi, Beaumarchais, devenu dramaturge, écrit Le Mariage de Figaro ou la Folle Journée, en 1784. Cette pièce de théâtre s’inscrit dans une trilogie écrite par Beaumarchais, dans laquelle on trouve Le Barbier de Séville en 1775, le Mariage de Figaro en 1784 et La Mère Coupable en 1792. Cette œuvre, centrale dans la trilogie, est une pièce comique, qui se veut inscrite dans la tradition classique du théâtre de Molière. En effet, elle respecte les codes classiques édictés par Nicolas Boileau dans Art Poétique : on retrouve les trois unités, de temps, de lieu et d’intrigue ; ainsi que les principes de vraisemblance et de bienséance. La pièce, trop critique au goût du Roi Louis XVI, sera censurée de nombreuses fois avant d’être jouée, notamment à cause de certaines répliques de Figaro sur l’égalité. Figaro, dont il est question ici, est valet au service du Comte Almaviva, dans le château d’Aguas-Frescas, en Espagne. Il s’agira donc ici de déterminer si Figaro est un valet traditionnel de comédie ; c’est-à-dire de savoir si oui ou non, Figaro peut être comparé aux autres valets, domestiques, que ceux mis en scène au XVIIème par Molière. Ainsi, nous allons constater que Figaro peut être considéré comme valet traditionnel, mais qu’il s’éloigne tout de même trop de ces caractéristiques pour en être vraiment un. Nous verrons enfin que Figaro devient en réalité la figure critique de la pièce.

Tout d’abord, nous verrons donc en quoi Figaro est bien un valet traditionnel de comédie, c’est-à-dire qu’il possède les mêmes caractéristiques que les autres valets de comédie du XVIIème siècle.

La première caractéristique principale de ces valets est la polyvalence. Le valet est en effet un homme à tout faire au service de son maître, qu’il suit et sert partout. C’est par exemple le cas de Covielle, valet de Cléante dans le Bourgeois Gentilhomme de Molière, qui peut s’adapter aux besoins de son maître. Ainsi, son rôle évolue pour passer d’un confident amoureux à un complice de tromperie. En effet, il jouera le rôle du l’assistant du Grand Vizir pour jouer un tour à Monsieur Jourdain, père de son maître. Figaro, lui, qui était le confident amoureux du Comte Almaviva, et l’ingénieux esprit qui pouvait aider son maître à satisfaire son envie de se marier à Rosine dans Le Barbier de Séville, devient dans le Mariage de Figaro l’aide de camp du Maître, pouvant aussi bien s’occuper des commissions du Comte que de pratiquer la politique. En voit bien cette différence au fur et à mesure de l’avancement de la pièce. Ainsi, à l’acte I scène 1, on trouve ce caractère polyvalent, de réponse à chaque demande : « Monseigneur veut-il quelque chose ? il n’a qu’à tinter du sien [de son côté] ; crac ! en trois sauts me voilà rendu ! / SUZANNE : Fort bien ! mais quand il aura tinté du sien pour te donner quelque bonne et longue commission » Ce passage montre bien que Figaro s’attend à recevoir à n’importe quel moment une « commission » à effectuer. L’utilisation de ce terme très généraliste renforce cette idée de polyvalence. En effet, une commission peut signifier n’importe quelle tâche quotidienne que Figaro peut réaliser. Plus tard, dans l’acte III scène 5, les responsabilités de figaro évoluent puisque ses tâches sont de plus en plus complexes : le Comte est devenu ambassadeur politique du Roi en Angleterre et propose à Figaro de devenir courrier de dépêche. S’ensuit ensuite la fameuse tirade comique du God-dam : « oui, j’avais envie de t’emmener à Londres, courrier de dépêches mais […] / Tu ne sais pas l’anglais / FIGARO : Je sais God-dam. » Pour Figaro, courrier de dépêches peut être un travail très valorisant, qui lui permet ainsi de découvrir L’Angleterre. Cette progression des rôles de Figaro montre bien que celui-ci est un valet plein de ressources et qui est donc un valet polyvalent. Figaro correspondant bien à la première caractéristique des valets traditionnels, on peut dire que Figaro semble bien en être un.

Un autre trait marquant du personnage traditionnel du valet est son rôle dans la pièce. En effet, tous les valets du XVIIème siècle sont, à leur manière, des représentants du peuple ; avec leur caractère propre. Ainsi, Scapin, dans la pièce Les Fourberies de Scapin, est un personnage fourbe et rusé, deux traits de caractère courant chez les valets de Molière. Cela s’explique par la nature de la réflexion sur l’écriture des personnages des valets, inspirée par les trois « sous-genres » théâtraux, antécédents de l’écriture classique. On trouve donc la comédie antique, où le serviteur est un esclave ; la farce médiévale et la comedia dell’arte. C’est de cette dernière que le personnage de Scapin provient : on pourrait même le qualifier de Zanni, le valet de ce sous-genre théâtral. De plus, Scapin est le personnage éponyme de la pièce, et en devient donc le protagoniste principal. Scapin crée des intrigues et des farces dont lui-seul connaît le déroulement et la teneur d’un bout à l’autre ; dans le but de servir son maître Cléante certes, mais surtout de s’opposer à son autre maître, le père du premier : Argante. Ces farces lui permettent de s’affirmer, de montrer qu’il a une opinion et de dire ce qu’il pense. On retrouve les mêmes idées dans la construction du personnage de Figaro. En effet, on peut qualifier Figaro de personnage rusé et fourbe, dans le sens qu’il crée des farces, dont lui-aussi n’est que le seul à en connaître tous les tenants et aboutissants, même si elle n’a pas forcément lieu. Ainsi, à l’acte I scène 11, on le voit, avec Chérubin et Bazile, à qui il rappelle l’importance de la farce : « Pendant qu’on sort, Figaro les arrête tous deux et les ramène / FIGARO : Ah çà, vous autres, la cérémonie adoptée, ma fête de ce soir en est la suite ; il faut bravement nous recorder : ne faisons point comme ces acteurs qui ne jouent jamais si mal que le jour où la critique est le plus éveillée. Nous n’avons point de lendemain qui nous excuse, nous. Sachons bien nos rôles aujourd’hui. / BASILE, malignement : Le mien est plus difficile que tu ne crois. / FIGARO, faisant, sans qu’il le voie, le geste de le rosser : Tu es loin aussi de savoir tout le succès qu’il te vaudra. ». Puis, à l’acte II scène 4, on le voit avec Suzanne et la Comtesse,

...

Télécharger au format  txt (26.5 Kb)   pdf (64.3 Kb)   docx (17 Kb)  
Voir 17 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com