LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Dissertation critique sur Le Survenant de Germaine Guèvremont

Dissertation : Dissertation critique sur Le Survenant de Germaine Guèvremont. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  16 Décembre 2019  •  Dissertation  •  868 Mots (4 Pages)  •  146 Vues

Page 1 sur 4

Dans Maria Chapdelaine, de Louis Hémon, on retrouve l’importance de l’idéologie de conservation lorsque Maria décide de rester dans sa ville natale afin de conserver et transmettre sa culture québécoise et de ne pas se mélanger aux étrangers de la ville. Cette idéologie où l’on accorde une grande importance à son « chez soi » traditionnel était bien ancrée dans la littérature du terroir. Dans Le Survenant rédigé par Germaine Guèvremont et publié en 1945, on valorise pour une des premières fois le mode de vie aventurier du personnage principal. C’est pourquoi on considère cette œuvre comme la clôture de cette idéologie. Les autres personnages de ce roman sont très conservateurs, ils vivent selon les traditions. Dans cet extrait du Survenant (p.157-161), est-ce qu’on peut dire que, pour Angélina, l’inconnu est menaçant? Oui, les personnes inconnues et l’environnement inconnu sont des menaces pour Angélina, mais elle dégage tout de même de la confiance face à ceux-ci.

En effet, Angélina se sent menacée par les personnes inconnues. D’abord, elle juge les gens qui sont différents d’elle. Lorsqu’elle s’arrête dans un chemin de l’autre côté de Sorel, elle aperçoit un couple de bohémiens qu’elle décrit ainsi : « Regarde-moi donc ces campions… » (Guèvremont, 1945, p.157) La jeune femme qui n’est pas habituée de voir des gens vivre un mode de vie différent du sien se permet de les juger à l’aide d’un vocabulaire dépréciatif. Ce jugement est une réponse à la menace qu’ils représentent pour elle. Ensuite, Angélina éprouve de la jalousie envers les femmes qui approchent le Survenant. Elle s’exprime jalousement lorsqu’elle observe ce dernier en pleine conversation avec une femme : « Flatter la main du Survenant, sa grande main en étoile, faut pas être gênée! Pensa Angélina avec une indignation mêlée de regret. » (Guèvremont, 1945, p.159) Dans ce passage, on ressent la frustration de la jeune femme face à cette scène grâce à la ponctuation utilisée par l’auteure. Encore une fois, il s’agit de bohémiennes, ce qui crée de l’incompréhension chez Angélina. « Angélina. Ne comprenait plus rien. Ce qu’elle avait toujours cru une honte, une servitude, une pauvreté du corps, le Survenant en parlait comme d’une richesse ». (Guèvremont, 1945, p.158) Cet extrait révèle la remise en question d’Angélina face aux autres femmes. C’est donc à travers le jugement et la jalousie qu’Angélina perçoit les étrangers comme une menace.

De plus, pour Angélina, un environnement inconnu est menaçant. Effectivement, elle est bouleversée dès le début, à leur arrivée dans un lieu nouveau. Lorsque le Survenant se montre très penseur, cela le rend triste et cet effet se propage sur Angélina: « Attristée à son tour de la tristesse inexplicable du Survenant, Angélina se tut.» (Guèvremont, 1945, p.157) Ce passage n’est pas expliqué par l’auteure, elle laisse en suspens la raison qui explique les émotions vécus par nos deux personnages. L’inconnu, le nouvel environnement qui n’est pas le leur peuvent justifier la tristesse soudaine du Survenant et d’Angélina. Aussi, Angélina est apeurée par ce qui lui est inconnu. Par exemple, lorsqu’une voiture s’approche rapidement d’elle, elle est prise d’effroi : « Mais

...

Télécharger au format  txt (5.6 Kb)   pdf (32.9 Kb)   docx (8.8 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com