LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Corpus De Texte: Raquin, Zola, Malraux, Camus: comment la description de la nature intervient dans ces trois extraits

Note de Recherches : Corpus De Texte: Raquin, Zola, Malraux, Camus: comment la description de la nature intervient dans ces trois extraits. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  9 Décembre 2012  •  341 Mots (2 Pages)  •  1 189 Vues

Page 1 sur 2

Corpus

Ce corpus est composé de trois textes ; Thérèse Raquin (1867) d’Emile Zola (1840-1902) romancier français principalement connu pour Les rougon- Macquart ; le texte La condition humaine (1933) d’André Malraux (1901-1976) un écrivain, homme d'action, homme politique et intellectuel français ; et enfin le texte L’étranger (1942) d’Albert Camus (1913-1960) un écrivain : romancier, dramaturge, essayiste et philosophe français. Il s’agira de montrer ici comment la description de la nature intervient dans ces trois extraits

Dans le texte A, l’on assiste tout d’abord à une description de la nature : « En face, se dressait le grand massif » (l.2) puis par la suite une personnification de celle-ci : « Les rayons pâlissent dans l’air frissonnant, les arbres vieillis jettent leurs feuilles. » (l.6). Le texte C, lui aussi fait une personnification de la nature : « Le ciel s’ouvrait […] pour laisser pleuvoir du feu ». Ces personnifications permettent au lecteur de se sentir plus proche de la nature et donc de l’environnement qui entoure le personnage et ainsi le lecteur s’identifie plus facilement à celui-ci. Le texte C utilise les 4 éléments de la nature, ce qui fait prendre conscience au lecteur de la puissance de la nature : « Le bruit des vagues » (l.6) pour l’eau, « La brûlure du soleil » (l.14) pour le feu, « le ciel s’ouvrait » (l.28) pour l’air, et « le même sable » (l.7) pour la terre. Contrairement au texte B qui ne parle que de lumière en terme de nature, une lumière qui est d’ailleurs artificielle puisqu’elle provient d’un building : « La seule lumière venait du building » (l.6). Cette lumière est en opposé avec les lumières présente dans les textes A et C qui sont des lumières naturelles qui proviennent du soleil, on assiste d’ailleurs au coucher de soleil dans le texte A qui donne un cadre merveilleux au texte : « Ils regardaient les dernières lueurs quitter les hautes branches » (l.11) Si la nature donne au texte A un cadre merveilleux, ce n’est point...

...

Télécharger au format  txt (2 Kb)   pdf (47.6 Kb)   docx (8.3 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com