LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Carpe diem, Horace, Odes I 11, 23 av

Commentaire de texte : Carpe diem, Horace, Odes I 11, 23 av. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  8 Mai 2015  •  Commentaire de texte  •  296 Mots (2 Pages)  •  919 Vues

Page 1 sur 2

Carpe diem, Horace, Odes I 11, 23 av. J. C;

Tu ne quaesieris (scire nefas) quem mihi, quem tibi

finem di dederint, Leuconoe, nec Babylonios

temptaris numeros. Vt melius quicquid erit pati !

Seu pluris hiemes seu tribuit Iuppiter ultimam,

quae nunc oppositis debilitat pumicibus mare

Tyrrhenum, sapias, uina liques et spatio breui

spem longam reseces. Dum loquimur, fugerit inuida

aetas : carpe diem, quam minimum credula postero.

Traduction française:

N’essaye pas de savoir - c’est une chose interdite - pour moi, pour toi,

le temps que les dieux nous ont donné, Leuconoé. Ne sonde pas

les horoscopes babyloniens. Quoi qu’il arrive, tout en sera meilleur !

Que Jupiter nous donne encore de très nombreux hivers, que celui-ci soit le dernier,

qui, en ce moment même, fait se briser les vagues de la mer Tyrrhénienne

sur les rochers usés, toi, pleine de sagesse, fais couler du vin et abrège l’attente

trop longue pour un instant si court. Le temps de parler, et la vie jalouse

sera enfuie. Prends le jour qui s’offre, ne fais pas crédit à demain.

« O jeunes gens ! Elus ! Fleurs du monde vivant » dans Océan, recueil de poèmes posthumes, Victor Hugo

O jeunes gens ! Elus ! Fleurs du monde vivant,

Maîtres du mois d'avril et du soleil levant,

N'écoutez pas ces gens qui disent : soyez sages !

La sagesse est de fuir tous ces mornes visages.

Soyez jeunes, gais, vifs, aimez ! Défiez-vous

De tous ces conseillers douceâtres et sinistres.

Vous avez l'air joyeux, ce qui déplaît aux cuistres.

Des cheveux en forêt, noirs, profonds, abondants,

Le teint frais, le pied sûr, l'oeil clair, toutes vos dents ;

Eux, ridés, épuisés, flétris, édentés, chauves,

Hideux ; l'envie en deuil clignote en leurs yeux fauves.

Oh ! comme je les hais, ces solennels grigous.

Ils composent, avec leur fiel et leurs dégoûts,

Une sagesse pleine et d'ennui et de jeûnes,

Et, faite pour les vieux, osent l'offrir aux jeunes !

...

Télécharger au format  txt (1.9 Kb)   pdf (50.1 Kb)   docx (8.8 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com