LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commentaire: Comment le sentiment amoureux est-il rendu à travers le Carpe Diem et à travers les siècles ?

Mémoire : Commentaire: Comment le sentiment amoureux est-il rendu à travers le Carpe Diem et à travers les siècles ?. Recherche parmi 274 000+ dissertations

Par   •  23 Juin 2014  •  1 387 Mots (6 Pages)  •  1 079 Vues

Page 1 sur 6

Objet d'étude : La poésie

Problématique(s) : Comment le sentiment amoureux est-il rendu à travers le Carpe Diem et à

travers les siècles ?

Introduction :

Au XVIè siècle, la poésie de la Pléiade marque un tournant dans l'histoire de la poésie française en rompant les liens qui la retenait à la poésie médiévale et en cherchant a enrichir la langue française avec l'apparition de néologismes

Situation

Le poème qui nous intéresse est extrait d’un recueil intitulé Sonnets pour Hélène, écrit suite à la rencontre à la cour d’Hélène de Surgères.

Forme

Il s’agit d’un sonnet traditionnel de 14 vers qui se compose d’alexandrins (ABBA ABBA CC DEED).

Sujet :

Ronsard évoque le « dédain » de la dame et profite de ce thème amoureux classique pour parler du temps qui passe. Il se présente également en poète virtuose et profite du sonnet pour célébrer la poésie. En effet, la jeunesse et la vie passent, mais la poésie est immortelle.

Nous verrons donc comment ce sonnet présente d’abord un tableau nostalgique et réaliste de la vieillesse tout en étant une déclaration d’amour originale et enfin comment il constitue une célébration de la poésie.

Nous avons donc annoncé le plan suivant:

Un tableau nostalgique et réaliste de la vieillesse

Une déclaration d’amour originale

Célébration et immortalité de la poésie

ANALYSE DU TEXTE

I) Un tableau nostalgique et réaliste de la vieillesse

1. La projection dans le futur

Le poète se projette dans le temps : le premier quatrain est une description de la vie monotone d'une femme âgée. Le poète insiste sur l'âge (« bien vieille ») et les occupations calmes de la femme en question (« dévidant et filant » ; les participes présents créent un rythme lent). L'évocation de la fin de journée (« au soir ») fait penser à la fin de la vie. L'opposition futur / passé (« serez », « direz » / « célébrait » (la femme était la muse du poète), « j'étais ») souligne la différence entre la beauté (propre à la jeunesse) et la vieillesse.

2. Evocation de la vieillesse et la mort Le premier tercet et le premier vers du second tercet opposent la mort du poète (champ lexical de la mort : « sous la terre », « fantôme », « sans os » et « repos ») et la vieillesse d'Hélène qui regrettera de ne pas l'avoir aimé (« regrettant [...] votre fier dédain »). La succession de rimes pauvres dans le sizain final accentue la triste réalité de la mort.

II) Une déclaration d'amour particulière

1. Une image peu flatteuse de la femme aimée

Le poète n'hésite pas à évoquer la vieillesse de manière cruelle.

Sa beauté est passée. Ce sonnet a été écrit pour Hélène, or il ne cherche pas à la célébrer mais lui renvoie plutôt une image peu flatteuse d'elle-même. Sa beauté n'apparaît qu'à l'imparfait : "Ronsard me célébrait du temps que j'étais belle" (v.4).

Son dédain. Au moral non plus, Hélène n'est pas célébrée. Son attitude en face de Ronsard est évoquée pour être regrettée. Elle apparaît en effet dans une attitude de dédain en face de l'amour qui lui est offert " regrettant mon amour et votre fier dédain " (v.12).

Sa vieillesse, non sans une certaine cruauté, Ronsard préfère envisager l'heure des souvenirs mélancoliques. A deux

...

Télécharger au format  txt (7.2 Kb)   pdf (88.5 Kb)   docx (11.2 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com