LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Travail de LAFOND

Fiche : Travail de LAFOND. Recherche parmi 265 000+ dissertations

Par   •  3 Octobre 2019  •  Fiche  •  757 Mots (4 Pages)  •  171 Vues

Page 1 sur 4

Les acteurs du terrain s’approprient le travail en réseau et exclue l’institution( l’institution étant trop formel , structurée). Ce besoin de relations interpersonnelles et par affinités conduit a une hiérarchisation institutionnelle.[pic 1]

Lorsque l’ institutionnalisation est forte cela complexifie les partenariats et amène à de nombreuses nécessitées . Cela serait le fruit du besoin de détention du pouvoir mais aussi du manque de clarté concernant qui prends les directives dans cette hiérarchie . La question institutionnelle n’est pas pris en compte dans les principes de coopération territoriales démontrant une forme d’incompatibilité.

A l’inverse la faible institutionnalisation ; des accords et objectifs commun permettent une cohésion forte entre individus (le pouvoir étant répartis entre tous) et institutions menant à plus d’efficacité. Le partenariat  est donc meilleur dans ces conditions .

3 risques peuvent affectés le partenariat.

Le premier est ainsi que l’indépendance qui pourrait se dégager chez l’acteur  pourrait lui faire perdre de vue son rattachement à son établissement et donc de l’utilité que celle-ci peut avoir. L’autonomie bien que pratique doit donc s’établir dans un certains cadre mesuré.

Le second concerne la rivalité pouvant exister entre partenaires. Ceci s’explique par le besoin d’imposer sa façon de faire , de mener des opérations en clair par une forme de prise de pouvoir.

Le troisième risque se traduit par la perte de qu’est ce qui fait l’intérêt de d’un professionnel au travers de la question qu’apporte t’il ? La mise en avant des compétences de chacun et donc un bon point.

        Plusieurs chercheurs s’intéressent sur ce qu’est la coopération entre individus . Ainsi les ressemblances, les différences , le besoin d’appartenir a un groupe , a une communauté mais aussi l’interdépendance faisant que les individus sont complémentaire sont des moteurs de la coopération.  La coopération peut aussi être la réponse a un besoin de reconnaissance et donc de monter sa valeur aux autres. Ceci profite alors a l’intérêt collectif comme individuel.

L’idée de l’anthropologue M. Godelier s’explique par la nécessité dans notre société d’expliquer son présent de par la raison première établie dans le passé . La communauté pouvant perdre de vue au fil du temps le pourquoi de son être.

La réalisation de projets par des acteurs peut se heurter à plusieurs problèmes. L’injustice que pourrait ressentir un acteur partageant des ressources avec un autre dans un souci d’équité. Ce problème n’est que peu présent dans les structures grâce au principe de L'unité de commandement : Ce principe, hérité de l'organisation des armées, signifie qu'un subordonné ne reçoit des instructions que de la part d'un seul supérieur. A l’inverse dans les structures moderne les zones d’ombre concernant a qui reviens la responsabilité des actions en cours entraîne confusion et le rejet de la faute sur l’autre menant  alors à des conflits et donc a un échec ou une efficacité amoindri de la coopération .L’aboutissement de projets dépend ainsi dépend ainsi de la cohésion entre acteurs , de la convergence des idées et de bonne prise de décisions.

...

Télécharger au format  txt (5 Kb)   pdf (63.1 Kb)   docx (10 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com