LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Qu'elles sont, d'après vous, les causes de la peur de l'abandon ?

Dissertation : Qu'elles sont, d'après vous, les causes de la peur de l'abandon ?. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  16 Novembre 2018  •  Dissertation  •  686 Mots (3 Pages)  •  169 Vues

Page 1 sur 3

Les causes de la peur de l’abandon sont nombreuses, elles seraient toujours liées à une situation mal vécue au cours de la vie fœtale ou de la prime enfance. Elles ne sont pas forcement liées à un abandon effectif mais à différentes sortes d’abandons, comme l’absence d’un père, une mère débordée, l’arrivée d’un autre enfant ou le décès d’un être cher, comme le précise le Dr D.Dufour*. L’enfant se développe progressivement et a besoin pour cela d’un environnement sécurisant stable, de repères, de l’amour de sa mère et des adultes qui l’entourent. Son développement affectif se crée en contact étroit avec sa mère ou toute autre personne s’occupant de lui, il me semble donc logique que les causes de la peur de l’abandon ont pour origine une carence affective qui surviendrait chez le nourrisson ou le jeune enfant.

Spitz en 1946 découvre le « syndrome de l’hospitalisme » ou dépression anaclitique, en observant des enfants de 6 à 18 mois qui ont été séparés brutalement de leurs mères, dans des orphelinats après la deuxième guerre mondiale. Il s’est rendu compte que les bébés recevant des soins vitaux (nourriture, propreté…), mais privés de tout contact affectif, montrent rapidement de sérieux signes de régressions provoquant de graves lésions.

Spritz établi en même temps un parallèle avec les enfants de femmes incarcérées, qui sauf séparation brutale, ne présentent pas de syndromes d’hospitalisme car leurs mères s’occupent d’eux toute la journée même dans un environnement qui n’est pas spécialement approprié.

Heureusement les efforts fournis par les orphelinats et la compréhension de la carence affective et ses dégâts sur l’homme à l’âge adulte (peur de l’abandon), ont énormément progressé et l’hospitalisme est devenu exceptionnel.

J.Bowlby en 1969 poursuit les travaux de spritz. Selon la définition de l’attachement de Bowlby, est tout comportement qui favorise le contact ou la proximité d’un jeune enfant avec sa mère, afin de répondre à un besoin premier de l’enfant, le besoin de sécurité. Il s’intéresse donc aux réactions de l’enfant lors d’une séparation précoce maternelle, dont l’âge le plus sensible se situe entre 5 mois et 3 ans. Il observe trois phases :

- phase de protestation de la séparation, pleure, appelle des parents. L’enfant est inconsolable.

- phase de désespoir, refus de manger, l’enfant est inactif comparaison à un deuil.

- phase de détachement, il fini par accepter les personnes qui s’occupent de lui, l’enfant se détourne de sa mère si il la voit à se moment là.

L’abandon est l’une des causes les plus courantes du mal être et du mal vivre chez l’adulte. Rappelons que l’attachement à la mère dans les premiers mois est primordial, mais cet attachement varie selon la manière dont la mère va répondre aux besoins de l’enfant. Il y a des interactions précoces entre le bébé et sa mère qui selon s.lebovic est seule a avoir l’attention et la patiente et l’écoute nécessaire pour « entendre » se que désir l’enfant, ces interactions, contact de la peau, seins maternel, sourire, sont des moments de plaisir, ils apaisent les angoissent du nourrisson qui se sent en sécurité. Il va donc pouvoir se développer et commencer à interagir avec

...

Télécharger au format  txt (4.3 Kb)   pdf (42.3 Kb)   docx (11.7 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com