LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La Communication Et Ses Acteurs

Dissertation : La Communication Et Ses Acteurs. Recherche parmi 262 000+ dissertations

Par   •  28 Mai 2013  •  430 Mots (2 Pages)  •  656 Vues

Page 1 sur 2

La mise en péril de ce qu’il est convenu d’appeler le lien social a conduit les pouvoirs publics à

réagir. Même si des préoccupations d’ordre public ont motivé certaines des premières initiatives,

comme les opérations anti-été chaud, l’ambition a été bientôt plus vaste et plus soucieuse de la

cité et de ses membres. Un certain niveau d’inégalité est devenu intolérable, le modèle

républicain qui repose sur l’insertion sans la cité commune a paru en péril. Il s’est ensuivi

d’abord la mise en œuvre de multiples dispositifs essayant d’apporter, domaine par domaine, des

réponses destinées à renforcer ou à créer des liens défaillants. Aujourd’hui, conscient des limites

de ces politiques sectorielles, l’Etat s’emploie à une approche globale à travers la politique de la

ville qui est la tentative d’une politique du lien social.

Il nous faut des lieux communs. Communs au double sens du terme. C'est-à-dire où la présence

de chacun soit légitime. C'est-à-dire aussi qui soient inscrits dans le quotidien pour que la

rencontre soit naturelle. De cette communauté ne naît pas nécessairement une communion, mais

l’échange impérativement nécessaire à la survie collective. L’exemple extrême est celui des

« marchés du silence » où se rencontraient jadis aux confins de l’Afrique de l’Est des peuples

profondément hostiles, mais qui ne pouvaient pas se passer de l’échange de certaines

marchandises qui s’effectuait ainsi, pendant quelques jours, dans le plus profond silence pour

éviter tout incident. Or, nos lieux communs sont en état de raréfaction dans des domaines aussi

essentiels que l’espace physique, la production économique ou l’appartenance civique. Le

moindre village a été longtemps une leçon de vie publique à ciel ouvert avec sa mairie flanquée

de son école publique faisant face à une église, le marché se situant sur l’une ou l’autre de leurs

places. Dans les quartiers dits sensibles, il n’y a aujourd’hui de mairies qu’annexes, de lieux de

cultes que fermés pour les chrétiens et clandestins pour les musulmans. Le supermarché a enclos

et réduit à la seule fonction de consommation l’espace du marché, telle une grosse éponge, à quoi

il ressemble, qui aurait absorbé la vie sociale. Ainsi s’étiolent les lieux où les informations sont

échangées, les opinions débattues, les conflits exprimés. La rencontre des générations n’a plus de

scène. Les adultes

...

Télécharger au format  txt (2.8 Kb)   pdf (48.5 Kb)   docx (9.1 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com