LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Devoir: culture générale et expression - CNED

Dissertation : Devoir: culture générale et expression - CNED. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  21 Avril 2016  •  Dissertation  •  2 248 Mots (9 Pages)  •  1 007 Vues

Page 1 sur 9

1) Analyse des documents et extraction des idées à retenir :

1.1. Le premier document est un article de presse du genre non littéraire intitulé « Le Banquet Chrétien au Haut Moyen Age ». Il a été écrit en 1996 par Jacques Voisenet, pour l'Université de Provence. Le type de l'article est narratif puisqu'il est énoncé par Grégoire de Tours, un des personnages de l'article. On peut citer au début du texte « Grégoire de Tours nous rapporte dans son histoire des Francs... ».

L'idée directrice ici mise en avant par l'auteur est le fait qu'au Moyen Age les banquets représentent un grand intérêt, qu'ils sont influents. Dans cet extrait l'auteur nous présente les banquets comme un moyen d'inviter des amis ou de la famille, de les servir en se montrant généreux, de montrer sa puissance au travers un bon et copieux repas, à la hauteur d'un repas royal. Cette rencontre permettrait ainsi à l'hôte et à ses invités d'entretenir des liens d'amitié, notamment en s'offrant mutuellement des cadeaux comme c'est le cas dans cet extrait. En effet l'auteur raconte ici l'histoire d'un esclave, Léon, acheté par un homme riche, qui après avoir été domestiqué est devenu le meilleur cuisinier de la demeure. Son maître décide un jour d'organiser un grand banquet dans le but d'y inviter sa famille et demande alors à Léon de lui préparer un repas digne d'un banquet royal. Cet extrait nous fait prendre conscience de l'importance des banquets à cette époque et des valeurs qu'il transmet : la générosité mais aussi la puissance et la richesse (comparaison du banquet à ceux royaux).

1.2. Le second document est un extrait du roman « L'assommoir », écrit par Émile Zola. Le genre est donc littéraire. L'extrait présenté ici à pour nom « La fête de Gervaise ». Il s'agit d'une réédition Folio Gallimard, datant de 1978. Le type de l'extrait est narratif.

L'idée directrice de cet extrait est l'abondance de la nourriture dans un milieu normalement précaire, le milieu ouvrier de la fin du 19ème siècle. L'extrait raconte avec beaucoup de détails un repas donné par Gervaise, une blanchisseuse, à l'occasion de sa fête. Une dizaine d'ouvriers sont conviés à cette occasion et comme le décrit si précisément le passage, ils mangent à foison. La nourriture consommée est sa manière d'être ingurgité et d'écrit de manière très détaillée et de façon assez moqueuse car il est bien connu qu'à cette époque la classe ouvrière manquait cruellement de nourriture. A travers ce repas ressort néanmoins la personne de Gervaise, chaleureuse et généreuse à travers la gourmandise de son repas.

1.3. Le troisième document est un article de presse du genre non littéraire, écrit par Jacqueline Lalouette, et qui a pour titre « Les femmes dans les banquets politiques en France vers 1848 ». L'article a été mis en lige le 16 novembre 2006. Son type est informatif puisqu'il a pour but de nous informer sur le déroulement des banquets pour les femmes, avant et après la révolution de 1848. L'idée directrice de l'article est de montrer que les femmes avant la révolution de 1848 n'avaient pas le droit d'être présente à table, aux côtés des hommes, lors des banquets. En effet elles devaient se tenir muette et regarder les hommes attablaient en train de manger. Elles ne servaient qu'à décorer. Et après la révolution de 1848 il n'y eu pas beaucoup plus de changement. Les femmes n'avaient toujours pas le droit de prendre part au repas ni même de participer à la soirée, elles devaient se contenter de rester dans les tribunes réservées à cet effet et regarder la soirée. L'extrait met donc en évidence le fait que les banquets se déroulent avant ou après la révolution de 1848, les femmes n'avaient toujours pas le droit de prendre part aux banquets, bien qu'elles soient présentes.

1.4. Le quatrième document est un extrait du roman « L'Homme et le Sacré », de genre littéraire, écrit par l'auteur Roger Caillois. L'extrait a pour sous-titre « La fête comme excès » et a été publié en 1938 par les Édition Gallimard. L'extrait est du type argumentatif. L'idée directrice de cet extrait est que, peu importe l'époque, la fête est synonyme d’excès. Les traditions festives n'ont pas changé et les effets néfastes sont toujours les mêmes. Bien que le déroulement et les activités aient évoluaient, leurs excès comme là sur consommation l'alcool ou de nourriture sont toujours les mêmes. L'influence du temps n'a pas fait changer les excès des fêtes.

2) Résumez le texte de Roger Caillois La fête comme excès en respectant une fourchette comprise entre 50 et 60 mots ; vous indiquerez le nombre total des mots utilisés à la fin de votre exercice.

Encore maintenant les fêtes se caractérisent de la même manière. Malgré que plusieurs années soient passés, que les gens et la société aient évolué, les fêtes sont toujours à l'image de celles d'autrefois. Les excès de boissons, de nourritures ou même de danse sont encore bien présents. Allant jusqu'à l'épuisement, c'est le principe même de la fête. (56 mots)

3) Aujourd’hui, les caractéristiques des repas festifs sont en nette évolution. Dans un développement composé et solidement argumenté, vous en étudierez les changements les plus notables tout en vous interrogeant sur les raisons de telles modifications. Votre exercice sera entièrement rédigé et ne comportera ni titres, ni sous-titres, ni chiffres (ou lettres).

Une nouvelle manière de recevoir : le repas festif. Autrefois on l'appelait « banquet », avec un déroulement et des coutumes bien différentes d'aujourd'hui, mais qui nous accompagne toujours pour les dîners d'occasions. Mais qu'elles sont les changements les plus notables à travers les époques et qu'elles en sont les raisons ?

Dans une première partie nous étudierons les nouvelles formes de nos repas festifs, puis dans un second temps nous verrons qu'elles sont les nouvelles fonctions de ces réunions.

On observe depuis plusieurs générations une grande évolution dans nos repas festifs. En effets, leurs formes divergent sur plusieurs points par rapport aux banquets dans tant.

Tout d'abord on peut observer que les repas festifs sont de moins en moins opulents, lourd et riche. Ce changement peut s'expliquer de différentes

...

Télécharger au format  txt (13.6 Kb)   pdf (124.1 Kb)   docx (13.3 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com