LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

VOLTAIRE, Dictionnaire philosophique (1764)

Commentaire de texte : VOLTAIRE, Dictionnaire philosophique (1764). Recherche parmi 299 000+ dissertations

Par   •  13 Décembre 2020  •  Commentaire de texte  •  476 Mots (2 Pages)  •  1 073 Vues

Page 1 sur 2

: commentaire de texte

Vous ferez le commentaire du texte suivant :

VOLTAIRE, Dictionnaire philosophique (1764)

Les cibles principales de Voltaire dans son Dictionnaire philosophique sont la superstition et l’obscurantisme. Pour provoquer la réflexion, il défend ici le cannibalisme en le comparant aux sacrifices humains rapportés dans les mythes antiques.

« Anthropophages

En 1725 on amena quatre sauvages du Mississipi à Fontainebleau, j’eus l’honneur de les entretenir ; il y avait parmi eux une dame du pays, à qui je demandai si elle avait mangé des hommes ; elle me répondit très-naïvement qu’elle en avait mangé. Je parus un peu scandalisé ; elle s’excusa en disant qu’il valait mieux manger son ennemi mort que de le laisser dévorer aux bêtes, et que les vainqueurs méritaient d’avoir la préférence. Nous tuons en bataille rangée ou non rangée nos voisins, et pour la plus vile récompense nous travaillons à la cuisine des corbeaux et des vers. C’est là qu’est l’horreur, c’est là qu’est le crime ; qu’importe quand on est tué d’être mangé par un soldat, ou par un corbeau et un chien ?

Nous respectons plus les morts que les vivants. Il aurait fallu respecter les uns et les autres. Les nations qu’on nomme policées ont eu raison de ne pas mettre leurs ennemis vaincus à la broche : car s’il était permis de manger ses voisins, on mangerait bientôt ses compatriotes, ce qui serait un grand inconvénient pour les vertus sociales. Mais les nations policées ne l’ont pas toujours été : toutes ont été longtemps sauvages, et dans le nombre infini de révolutions que ce globe a éprouvées, le genre humain a été tantôt nombreux, tantôt très rare. Il est arrivé aux hommes ce qui arrive aujourd’hui aux éléphants, aux lions, aux tigres, dont l’espèce a beaucoup diminué. Dans les temps où une contrée était peu peuplée d’hommes, ils avaient peu d’arts, ils étaient chasseurs. L’habitude de se nourrir de ce qu’ils avaient tué fit aisément qu’ils traitèrent leurs ennemis comme leurs cerfs et leurs sangliers. C’est la superstition qui a fait immoler des victimes humaines, c’est la nécessité qui les a fait manger.

Quel est le plus grand crime, ou de s’assembler pieusement pour plonger un couteau dans le cœur d’une jeune fille ornée de bandelettes, à l’honneur de la Divinité, ou de manger un vilain homme qu’on a tué à son corps défendant ?

Vous vous aiderez du parcours de lecture suivant :

1) Comment l’auteur rend – il son article captivant pour le lecteur ?

2) Comment met - il en évidence la notion de relativisme appliqué à la barbarie ?

3) Comment donne t – il une grande force critique voire polémique à son texte ?

...

Télécharger au format  txt (2.8 Kb)   pdf (33.6 Kb)   docx (7.9 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com