LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Crise Des Subprimes

Dissertation : Crise Des Subprimes. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  2 Mars 2015  •  598 Mots (3 Pages)  •  800 Vues

Page 1 sur 3

Quand votre banque vous accorde un prêt, elle procède à sa revente sur le marché financier par une opération qu’on appelle titrisation. A l’origine de la crise de 2008, les prêts dits « subprime », prêts risqués accordés à des familles américaines disposant de peu de moyens financiers, et présentant un niveau de remboursement incertain. Ces prêts auraient du être classés par les agences de notation dans la famille des produits spéculatifs, mais ce classement les aurait rendus difficiles à vendre.

Pour cette raison, les banques et les agences de notation ont imaginé un produit plus attractif : le CDO pour « collateralized debt obligation ». Dans les CDO, sont rassemblés des prêts peu risqués et des prêts à risque comme les subprimes. Quand la crise de l’immobilier a éclaté, les CDO ont fait l’objet de toutes les suspicions. Les CDO sont devenus illiquides, c'est-à-dire invendables. Et la méfiance à l’égard des banques qui les détenaient est devenue permanente. Les établissements bancaires étant liés les uns aux autres, la faillite de l’un entraine l’ensemble des acteurs du système.

La démonstration est peut-être un peu rapide. Alors pour ceux qui ont raté l’enchainement, je vous laisse dans les mains expertes de Paddy Hirsch.

Quand votre banque vous accorde un prêt, elle procède à sa revente sur le marché financier par une opération qu’on appelle titrisation. A l’origine de la crise de 2008, les prêts dits « subprime », prêts risqués accordés à des familles américaines disposant de peu de moyens financiers, et présentant un niveau de remboursement incertain. Ces prêts auraient du être classés par les agences de notation dans la famille des produits spéculatifs, mais ce classement les aurait rendus difficiles à vendre.

Pour cette raison, les banques et les agences de notation ont imaginé un produit plus attractif : le CDO pour « collateralized debt obligation ». Dans les CDO, sont rassemblés des prêts peu risqués et des prêts à risque comme les subprimes. Quand la crise de l’immobilier a éclaté, les CDO ont fait l’objet de toutes les suspicions. Les CDO sont devenus illiquides, c'est-à-dire invendables. Et la méfiance à l’égard des banques qui les détenaient est devenue permanente. Les établissements bancaires étant liés les uns aux autres, la faillite de l’un entraine l’ensemble des acteurs du système.

La démonstration est peut-être un peu rapide. Alors pour ceux qui ont raté l’enchainement, je vous laisse dans les mains expertes de Paddy Hirsch.

Quand votre banque vous accorde un prêt, elle procède à sa revente sur le marché financier par une opération qu’on appelle titrisation. A l’origine de la crise de 2008, les prêts dits « subprime », prêts risqués accordés à des familles américaines disposant de peu de moyens financiers, et présentant un niveau de remboursement incertain. Ces prêts auraient du être classés par les agences de notation dans la famille des produits spéculatifs, mais ce classement les aurait rendus difficiles à vendre.

Pour cette raison, les banques et les agences de notation ont imaginé un produit plus attractif : le CDO pour « collateralized debt obligation ». Dans les CDO, sont rassemblés des prêts peu risqués et des prêts à risque comme les subprimes.

...

Télécharger au format  txt (3.8 Kb)   pdf (59.9 Kb)   docx (8.2 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com