LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Le livre de Paul Krugman " Pourquoi la crise revient toujours "

Commentaire de texte : Le livre de Paul Krugman " Pourquoi la crise revient toujours ". Recherche parmi 298 000+ dissertations

Par   •  19 Octobre 2014  •  Commentaire de texte  •  622 Mots (3 Pages)  •  926 Vues

Page 1 sur 3

Le livre de Paul Krugman intitulé "Pourquoi les crises reviennent toujours" (nouvelle édition mise à jour) est un ouvrage qui se lit très facilement. Le propos est clair, précis et compréhensible pour le profane qui aura l’agréable impression d’être devenu soudainement plus intelligent. On y découvrira rien de fondamentalement nouveau, spécialement si l’on a déjà lu sur le sujet des gens comme Lordon ou Giraud, mais on en profitera pour revoir sous un éclairage nouveau proposé par un économiste américain, des connaissances précédemment acquises.

Krugman n’y va pas par quatre chemins et explique d’entrée de jeu que le moyen de combattre les récessions est maintenant largement connu : il faut créer de la monnaie. Selon lui, la grande majorité des économistes reconnaît aujourd’hui que "la Grande Dépression est née de l’effondrement de la demande solvable et que la Réserve fédérale aurait du combattre la crise en injectant massivement de la monnaie."

Ceci étant posé, l’auteur passe en revue la plupart des crises qui se sont déroulées dans la 2ème moitié du XXe siècle pour nous en expliquer les causes, les effets et les solutions plus ou moins efficaces qui y ont été apportées. Une des conclusions principales qui en ressort est que " la réussite apparente d’une économie, l’admiration portée à ses dirigeants par les marchés et les médias ne garantissent nullement que cette économie fût à l’abri d’une crise financière soudaine" , ce qu’il appellera plus loin dans le livre une « crise autoréalisatrice ».

L’économiste s’interroge alors sur le rôle du FMI et sur le fait qu’il n’ait pas mis en œuvre les solutions qui paraissaient évidentes, à la lumière de l’expérience du passé et des connaissances acquises: " Pourquoi ces hommes très intelligents défendaient-ils pour les économies de marché émergentes des politiques qui étaient totalement perverse selon la doctrine économique standard ? La réponse tient en quelque mots : « la peur des spéculateurs »" Le propos ici ne consiste pas en une critique de plus du FMI. A travers cette institution et son action, Krugman attire notre attention sur le rôle majeur des attaques spéculatives autoréalisatrices, à l’origine des crises éponymes. On se rend compte alors que la psychologie du marché devient déterminante parce que "le fait de croire quelque chose rend ce quelque chose possible". On se rapproche ici grandement des thèses défendues par quelqu’un comme Pierre-Noël Giraud. Tout ceci permet à Krugman d’affirmer que "la politique économique internationale finit par avoir bien peu en commun avec l’économie. C’est devenu un exercice de psychologie amateur (…) " Il semble donc qu’avec les règles actuelles du système financier international il n’y ait pas vraiment de solutions pour éviter les crises.

Que faire alors ? Au delà des mesures d’urgence (faire repartir le crédit et soutenir les dépenses en injectant des capitaux), une réforme financière s’impose, décrite très succinctement par Krugman selon le principe général que "tout ce qui doit être secouru pendant une crise financière (…) devrait être régulé en dehors des crises" et notamment le « système bancaire de l’ombre » (dont les hedge funds font par exemple partie)

...

Télécharger au format  txt (4 Kb)   pdf (65.5 Kb)   docx (9.4 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com