LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Une vie de bonheur est-elle une vie de désir?

Dissertation : Une vie de bonheur est-elle une vie de désir?. Recherche parmi 275 000+ dissertations

Par   •  17 Octobre 2018  •  Dissertation  •  2 563 Mots (11 Pages)  •  562 Vues

Page 1 sur 11

Une vie de bonheur est-elle une vie de désirs ?

Le bonheur est pour certains leur quête ultime, le Graal qu'ils veulent obtenir. Pour cela, certaines personnes sont prêtes à tout faire pour atteindre leur but. Pour la plupart des gens, le bonheur est une vie de désirs accomplis. En effet, le bonheur serait de réaliser tous ses désirs, ou du moins, réaliser tous ses désirs « importants ». L'Homme heureux accomplit les objectifs qu'il s'est fixé, ceux qui ont une valeur pour lui-même. Le bonheur est donc ancré dans l'individu, dans ses projets et ses représentations. En réalité, il s'agit d'une notion beaucoup plus complexe. Nous pouvons alors nous poser plusieurs questions. Faut-il satisfaire tous ses désirs pour être heureux ? Le bonheur consiste-t-il à combler tous nos manques ou bien au contraire le fait de n'avoir plus aucun désir ne risque-t-il pas de nous rendre encore plus malheureux ? De plus, le sens commun du bonheur est un état durable de satisfaction accessible à tous. Le désir a, lui, pour définition la recherche d'un objet que l'on imagine ou que l'on sait être source de satisfaction. Ainsi, pour une vie heureuse est-il possible et souhaitable de satisfaire tous nos désirs si le bonheur se définit comme un état de satisfaction durable ? Dans un premier temps, nous verrons en quoi la satisfaction de nos désirs nous mène au bonheur. Dans un deuxième temps, nous verrons s'il est possible de satisfaire tous ses désirs. Puis, dans un troisième temps, nous pourrons voir quel désir il faut combler pour être heureux.

Dans un premier temps, nous allons voir en quoi la satisfaction de nos désirs nous mène au bonheur. Pour cela, nous pouvons voir que les désirs et les besoins se rejoignent sur plusieurs points. Un besoin est une exigence ou une nécessité naturelle ayant une cause physiologique comme le besoin de nourriture qui se manifeste lorsque l'Homme a faim. Néanmoins, le besoin est également d'un sentiment de manque, à tort ou à raison, de ce qui nous est nécessaire. Ainsi, nous pouvons parler, par exemple, en psychologie d'un besoin d'amour qui concerne des personnes en manque d'affection. Au sens courant, le désir est tout d'abord sexuel. Nous n'utilisons que rarement le mot « désir » dans un autre contexte. Si j'ai « du désir », c'est sexuel, tout comme lorsque nous disons que nous éprouvons « un désir pour X ou Y ». Parler de « désir » pour parler d'un souhait non sexuel n'est pas habituel. De plus, dans l’usage courant, nous marquons une différence entre le mot et le verbe. D’un côté, le non « désir » : rare et toujours sexuel. De l’autre, le verbe « désirer » est fréquent et non connoté. La philosophie, elle s'écarte de cet usage. De cette façon, les philosophes utilisent fortement le nom « désir » et le prennent comme une acceptation non sexuelle. Selon les contextes, on donne un sens plus ou moins large à la notion. Le désir est parfois très défini. Il est irrationnel, psychologiquement prégnant : ce n’est pas n’importe quel souhait. Il est d’autres fois très général : tout souhait ou toute volonté sont alors des formes de « désir ». Le désir est un élément qui trouble l’être humain, d’un point de vue corporel ou psychique. Il est lié à la possession d’un bien. Celui qui désire souhaite posséder quelque chose, et cette chose désirée est pensée comme un bien. En outre, dans le langage commun, nous disons aussi bien « nous désirons cet objet » que « nous en avons besoin ». Ainsi, nous mettons ces deux notions sur le même piédestal, toutes deux marquant le manque ou l'absence. Un exemple le montre clairement : quand j'ai faim ou soif, c'est-à-dire quand je désire boire ou manger, c'est que je manque de nourriture ou de boisson, autrement dit parce que j'en ai besoin. Selon Platon, le désir ne peut porter que sur ce que l'on n'a pas. Pour lui, « on ne désir que ce dont on manque ». Pour illustrer cela, nous pouvons prendre l'exemple d'un homme qui est déjà très grand et très fort. Ce dernier ne désirera pas le devenir puisqu'il l'est déjà. Il faut donc dire avec Platon que « ce qu'on n'a pas, ce qu'on n'est pas, ce dont on manque, voilà les objets du désir et de l'amour ». Ainsi, désir et besoin semblent identiques, ou du moins étroitement liés.

Néanmoins, ces deux notions sont également distinctes. Nous pouvons définir le besoin comme un manque objectif, la plupart d'ordre physiologique. En effet, l'Homme a besoin de nourriture lorsque son corps n'a plus les nutriments qui lui sont nécessaires pour se conserver. Tandis que le désir serait le sentiment ou la conscience que notre esprit a ce besoin corporel. Par ailleurs, le désir a un contenu différent du besoin. Le besoin a pour objet la nourriture en général alors que le désir portera sur un aliment précis en fonction des goûts de chacun. De cette façon, le besoin est neutre mais, au contraire, le désir, parce qu'il relève de la pensée, a un objet déterminé et différencié. C'est pour cela, qu'une vie humaine et une vie animale ne sont pas pareilles. Une vie humaine est faite de désir tandis qu'une vie animale de besoins (manger, boire, dormir). De plus, le lien unissant le besoin au désir est déroutant. D'une part, le désir s'éveille suite à un besoin dont il est la conséquence, mais il est aussi cet élan de l'esprit qui va nous conduire à combler ce besoin antérieur. Ainsi, si le désir est lié au besoin, il est également ce qui s'y oppose en le satisfaisant, et par là en le détruisant. Le besoin apparaît alors comme pure négativité tandis que le désir est un élan positif vers une conservation de soi. Le désir n'est donc pas, comme le besoin, un simple manque. Il est ce qui permet de combler ce manque, puisqu'il est à la fois conscience du besoin, et élan vers la satisfaction. En outre, il existe des besoins sans désirs comme l'anorexique, dont le corps manque de nourriture, et qui ressent la faim, mais qui ne désire pourtant pas manger. Néanmoins, il existe aussi des désirs sans besoin comme, par exemple, le désir amoureux qui est le fruit d'une attirance complexe d'ordre non seulement physique mais aussi intellectuel. Nous pouvons donc nous demander s'il est possible de satisfaire tous ces désirs.

Dans le désir, il n'est pas dit que j'aspire vraiment à une satisfaction qui fasse disparaître tout désir. Le désir est contradictoire car il veut et ne veut pas être satisfait :

...

Télécharger au format  txt (15.5 Kb)   pdf (53 Kb)   docx (15.6 Kb)  
Voir 10 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com