LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commentaire détaillé sur le Bourgeois Gentilhomme : en quoi Mme Jourdain s'oppose-t-elle aux ridicules prétentions de son mari dans la scène 12 de l'acte 3 ?

Commentaire de texte : Commentaire détaillé sur le Bourgeois Gentilhomme : en quoi Mme Jourdain s'oppose-t-elle aux ridicules prétentions de son mari dans la scène 12 de l'acte 3 ?. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  8 Juillet 2020  •  Commentaire de texte  •  1 734 Mots (7 Pages)  •  50 Vues

Page 1 sur 7

Le Bourgeois gentilhomme

Proposition de corrigé sous forme de plan détaillé

Problématique : En quoi Mme Jourdain s’oppose-t-elle aux ridicules prétentions de son mari dans cette scène ?

I – Les ridicules prétentions de monsieur Jourdain

  1. L’honneur contre le bonheur

Citation : « J’ai du bien assez pour ma fille, je n’ai besoin que d’honneur »

Procédé : La restriction « que » indique bien qu’il marie sa fille pour lui et non pour elle.

Effet produit : Monsieur Jourdain ne voit pas le bonheur de sa fille, mais seulement sa possible accession personnelle à la noblesse par un mariage brillant.

Citation :

« Monsieur Jourdain : […] je la veux faire marquise

Madame Jourdain : Marquise ?

Monsieur Jourdain : Oui, marquise. »

Procédé : La répétition du terme « marquise » dans la bouche de monsieur Jourdain puis de sa femme.

Effet produit : Cette répétition marque la surprise et la démesure de cette prétention. Ses prétentions se font plus précises puisqu’il indique quel rang dans la hiérarchie nobiliaire il veut pour sa fille.

Citation : « Et si vous me mettez en colère, je la ferai duchesse »

Procédé : la construction de la phrase avec la tournure hypothétique « si + présent / futur »

Effet produit : Effet comique, Monsieur Jourdain élève d’un rang ses exigences comme une menace. Le ridicule de cette remarque tient à ce que Monsieur Jourdain est persuadé que c’est lui qui a le pouvoir de faire accéder sa fille à ce rang encore plus élevé dans la hiérarchie sociale.

Citation : « Voilà bien les sentiments d’un petit esprit, de vouloir demeurer toujours dans la bassesse »

Procédé : Molière joue sur les mots « petit » et « bassesse » qui renvoient ainsi à la fois à une intelligence peu développée et à un manque d’ambition sociale.

Effet produit : Si Monsieur Jourdain se croit autorisé à prétendre à la noblesse sociale, c’est qu’il se sent doté d’une noblesse morale, il se sent supérieur à sa condition de bourgeois.

Transition sous partie : Nous sommes dans cette scène au bord de la tragédie, car le père abusif risque de compromettre le bonheur de tous par ses prétentions. Son obsession est un danger pour sa famille, mais aussi pour son équilibre personnel. Heureusement, nous sommes dans une comédie et chaque propos de Monsieur Jourdain est immédiatement tournée en dérision.

  1. Le bourgeois ridiculisé par les femmes

Citation :

« Monsieur Jourdain : c’est une chose que j’ai résolue.

Madame Jourdain : C’est une chose, moi, où je ne consentirai point »

Procédé : reprise exacte des propos de Monsieur Jourdain par Madame Jourdain (parallélisme de construction) suivie du pronom personnel tonique « moi » + proposition négative (ne + point)

Effet produit : Madame Jourdain s’oppose de façon formelle à son mari, elle va à l’encontre de son affirmation.

Citation : « Il faut » « il vaut mieux »

Procédé : tournure impersonnelle employée par Madame Jourdain

Effet produit : Elle oppose aux obsessions de Monsieur Jourdain la loi de l’expérience.

Citation : « Les alliances avec plus grand que soi sont sujettes toujours à de fâcheux inconvénients »

Procédés : Présent de vérité générale + adverbe « toujours »

Effet produit : Le présent de vérité générale donne à la phrase une allure de proverbe. L’adverbe « toujours » renforce la validité immuable du propos.

Citation :

« Madame Jourdain : …il vaut mieux pour elle un honnête homme riche et bien fait, qu’un gentilhomme gueux et mal bâti.

Nicole : Cela est vrai. Nous avons le fils du gentilhomme de notre village, qui est le plus grand malitorne et le plus sot dadais que j’aie jamais vu. »

Procédés : répliques construites en écho + antithèses (chez Mme Jourdain) « riche/ gueux » « bien fait/mal bâti » + (chez Nicole) superlatifs « le plus/ le plus » + emploi du patois « malitorne » + Construction pléonasmique « sot dadais »

Effet produit : Madame Jourdain est secondée par Nicole qui trouve là une occasion de remettre son maître à sa place. Les réplique des deux femmes sont en écho, la seconde caricature la première. La réplique de Nicole accentue le comique de la scène. Ce que les femmes ridiculisent ici, ce sont les éventuels partis que Monsieur Jourdain pourrait trouver à sa fille.

Citation : « Taisez-vous, impertinente »

Procédé : impératif + vocabulaire péjoratif

Effet produit : Le père impose le silence sans se préoccuper de ces réflexions.

Transition partie I : L’obstination de père de famille témoigne d’un certain infantilisme. Le personnage exige « Je veux », et ne tiendra compte d’aucun avis « en dépit de tout le monde » et il menace d’extravagances plus grandes encore si on ne lui passe pas son caprice. Mais Madame Jourdain oppose aux rêves mégalomanes de son mari la simple épreuve des faits. Pour rendre sensibles les conséquences que peuvent avoir sur la vie familiale les folies de Monsieur Jourdain, elle met en scène l’avenir.

II – La voix du bon sens

  1. La mise en scène des commérages

Citation : « S’il fallait qu’elle me vînt visiter en équipage de grand-dame »

Procédé : tournure hypothétique

Effet produit : Le prétexte à cette scène de rue est une visite que rendrait Lucile à sa mère. Elle pose le cadre de sa mise en scène.

Citation : S’il fallait […] qu’elle manquât par mégarde de saluer quelqu’un du quartier »

Procédé : Toujours la tournure hypothétique + expression « par mégarde »

Effet produit : Mme Jourdain indique quelles précautions diplomatiques devra prendre sa fille une fois alliée à la noblesse pour ne pas froisser les sensibilités.

...

Télécharger au format  txt (10.7 Kb)   pdf (65.3 Kb)   docx (12.2 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com