LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

"Bouteille", "Fleurs du Mal", "Spleen" et "Ideal", Baudelaire

Analyse sectorielle : "Bouteille", "Fleurs du Mal", "Spleen" et "Ideal", Baudelaire. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  22 Juin 2018  •  Analyse sectorielle  •  1 443 Mots (6 Pages)  •  1 060 Vues

Page 1 sur 6

«Le flacon », Les fleurs du mal, Spleen et idéal, Baudelaire

INTRODUCTION

Ce poème, intitulé le flacon, est extrait de l'ouvrage "Les fleurs du mal", Spleen et idéal de Baudelaire. Ce poème est dédié à Mme Sabatier, il est possible que ce soit un souvenir d'amour entre elle et Baudelaire. Il montre le poète comme étant chargé d’une mission: permettre de conserver des souvenirs même à travers la mort.

Un objet particulier permet au poète d'exprimer ce qu'il ressent, ses angoisses face à la création poétique, même s'il est convaincu de la puissance de son œuvre. Le flacon n'est pas choisi pour son esthétisme mais pour ce qu'il suggère. Peut être que d'une certaine manière on peut se demander si le flacon n'est pas une métaphore de l'œuvre poétique elle-même faite de « vers ».

I L'OBJET: LE FLACON

1) Comment est il désigné ?

C’est un titre rare, étonnant, on l’associe mentalement à l’odeur, la magie, on a donc affaire à un objet très subjectif au niveau des sensations. Il est désigné par métonymie dès le premier vers. C’est avant tout le contenant d’un parfum, d’une effluve, d’un poison d’une liqueur. Il est personnifié « vieux flacon qui se souvient » (ligne 7) « vieux flacon » (ligne 23), ça créer un phénomène d’écho qui doit aider le lecteur à faire la comparaison entre l’objet et le poète. « vieux », c’est donc un objet qui a traversé les âges, une sorte de témoin du passé. On s’aperçoit que cet objet est découvert au sens archéologique du terme.

2) Sa découverte

On nous propose des circonstances « en ouvrent un coffret », cela faisait longtemps qu’il n’avait pas été ouvert, « l’Orient » donne un côté exotique qui témoigne d’un ailleurs, et « coffret » montre qu’il est précieux, il y a du mystère, de l’éloignement. On a une allitération en « r ». Le deuxième quatrain est l’aboutissement dans l’oubli, la maison n’a plus d’habitant, c’est l’image du temps qui passe « âcre… », on a toujours l’idée d’une boîte qui contient le flacon. Il n’est pas facile de mettre à jour le flacon, il faut aller le chercher comme un archéologue, surtout lorsque le temps a fait son œuvre et qu’il est bien caché « serrure » « armoire », il a fallut cinq vers pour le faire apparaître, on a un effet de retardement, le flacon ne se livre pas immédiatement, il faut faire cet effort de recherche.

3) Le flacon

On a une absence de propriétaire, dès que le flacon est retrouvé, la vie revient, elle surgit à travers le verbe « se souvenir », s’il se souvient c’est qu’il est témoin d’un autrefois. Il est personnifié et associé à la vie, vers 8 on entend vraiment la vie surgir, c’est un mouvement visuel ascendant qui renvoi à l’eau, à la source de la vie, « jaillit » dénote un mouvement puissant, on a l’impression que qu’il n’attendait que ça. On retrouvera cette personnification au vers 23. C’est comme-ci le flacon se mettait à parler vers 21, l’ensemble du poème prend son sens à partir de ce vers. Le flacon est bien plus qu’un objet, il est représentatif du travail du poète, il pers donc statut d’objet, il peut aller jusqu’à permettre de comprendre qui est le poète.

II_ LE CONTENU DU FLACON

Il faut faire un parallèle avec les correspondances, plus les notions olfactives. Le parfum est un thème très cher au poète, car s’était un Dandy, il faisait attention à lui, de plus le parfum permet l’évasion.

1) De quels parfums est-il question ?

« il est de forts parfums » évoque le musc, la puissance olfactive, mais qui va jusqu’à traverser la matière (au sens physique du terme), qui fait que sa puissance peut aller au-delà du contenant. Ce qui est parfaitement hermétique ne l’est pas pour le parfum. « verre », on voit bien ici dans l’homophonie* l’idée d’associer la matière physique à la matière poétique. On a affaire à des parfums agressifs « acre », des odeurs qui sont aussi fétides car elles sont liées à la décomposition « miasmes humains » (« Lazard »), ce parfum est peut être odorant de mort ou des onguents qui les embaumés.

2) Ce que suggèrent ces parfums est positif (Idéal)

C’est positif avec quelque chose qui ressemble à l’élévation « âme », à l’idéal.

...

Télécharger au format  txt (8.9 Kb)   pdf (50.5 Kb)   docx (14.3 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com