LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Analyse linéaire Marivaux / « Les fausses confidences » ,

Commentaire de texte : Analyse linéaire Marivaux / « Les fausses confidences » ,. Recherche parmi 274 000+ dissertations

Par   •  21 Juin 2022  •  Commentaire de texte  •  822 Mots (4 Pages)  •  53 Vues

Page 1 sur 4

Marivaux a cherché incessamment dans son théâtre à capter ce moment très particulier et fugace de la naissance du sentiment amoureux.

Dans la pièce qui nous occupe justement « La fausse confidences » , Dubois - récemment employé chez une jeune veuve riche dont est épris son maître - cherche

+ à faire naître ce sentiment dans le cœur d’Araminte, afin entre autres de régler les problèmes financiers de Dorante. Ce dernier, épris de la veuve, réussit à s’introduire chez elle en tant qu’intendant.

Araminte, curieuse, vient de questionner Dubois sur son nouvel intendant … qui après en lui avoir fait un portrait très élogieux vient de lui avouer les sentiments de son maître : écoutons-les

Problématique

La lecture de cet extrait nous invite à nous demander comment, par sa volonté de manipulation, Dubois transforme un vrai sentiment en une fausse confidence.

On peut distinguer en effet 2 moments dans cette scène

Une première partie où Dubois construit un récit très orienté dans le but de persuader Araminte de la profondeur des sentiments de son maître (l.1 à 26)

Ce récit amène une délibération : faut-il ou non renvoyer Dorante, délibération subtilement orientée – encore – par notre valet. (l.27 à 45)

Le récit d’un vrai sentiment remanié par un manipulateur

La révélation d’un coup de foudre (l.1 à 11)

N.B : Adresse de Dubois qui répond à une question d’A. = il a réussi à attiser sa curiosité et sans doute sa coquetterie.

Sa réponse est circonstanciée mais de façon très … imprécise : un lieu très fréquenté « l’Opéra », un moment vague avec l’emploi de l’article indéfini « un jour » mais précisé quant au jour de la semaine « un vendredi », précision renforcée par la répétition « oui, un vendredi » (épanorthose) qui met à jour l’effort de mémoire de notre narrateur

Un narrateur justement qui s’ancre fortement dans l’énonciation avec les verbes «  je m’en ressouviens » et «  à ce qu’il me raconta » : un narrateur qui se met quasiment en scène : «  je le trouvai «  = Dubois est sujet, Dorante objet. Il faut imaginer Dubois qui rejoue littéralement devant Araminte la scène.

Dorante : objet donc d’un coup de foudre dramatisé par notre metteur en scène – acteur - manipulateur qui en réunit les ingrédients

La vue comme élément déclencheur « il vous vit »

D’une émotion très forte « extasié », métaphore spirituelle cocassement associée à une remarque très prosaïque « il ne remuait plus » dont l’imparfait laisse entendre la durabilité du choc + métaphore « il n’y avait personne au logis » = Dorante est dépossédé, « égaré »

Une narration qui n’oublie pas son but = faire naître un sentiment amoureux chez Araminte : un portrait flatteur de Dorante en creux « meilleur maître » , « esprit jovial », « humeur charmante »

Araminte, par sa

...

Télécharger au format  txt (5.4 Kb)   pdf (41.9 Kb)   docx (9.7 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com